mar. Avr 23rd, 2024

Le siège de Groupama

Le siège de Groupama – Archive

L’Agence nationale de cybersécurité estime que l’Italie a aujourd’hui besoin de plus de 100 000 experts en cybersécurité. Il s’agit d’un secteur en pleine croissance : en 2022, il représentera 1,86 milliard d’euros, auxquels s’ajouteront des fonds d’un montant de 623 millions d’euros. euro du PNR-Plan national de relance et de résilience. Des investissements et des chiffres qui font donc de la cybersécurité la première priorité d’investissement dans le numérique dans notre pays, même face à une augmentation considérable des cybermenaces (+169% 2022vs 2021). Pour l’observatoire de la cybersécurité &amp ; protection des données , 61% des organisations de plus de 250 employés ont décidé d’augmenter leur budget de sécurité au cours des 12 derniers mois :  en 2022, le marché italien de la cybersécurité a enregistré un chiffre d’affaires de18% d’accélération  plus qu’en 2021 et devrait croître en 2023. Cependant, le marché ne parvient pas à répondre à la demande des experts pour un certain nombre de raisons concomitantes allant de la la vitesse de croissance de la demande par rapport à la vitesse de formation des profils requis à laune forte concurrence pour les talents  spécialisé dans les disciplines liées à la cybersécurité, à l’adresse suivante complexité de la technologie  en constante évolution. C’est le point de vue de Ermes Cyber Security Le projet est basé sur le principe de l’excellence italienne dans le domaine de la cybersécurité, selon lequel le haut niveau de compétence des profils requis nécessite un temps de formation adéquat et une formation continue de haut niveau. toutes les universités n’ont pas été prêtes, par le passé, à inclure dans leurs programmes des cours liés à la cybersécurité et à l’intelligence artificielle.  adaptés à la demande du marché du travail. À cela s’ajoute le fait que, culturellement, dans notre pays, le monde de la cybersécurité, et des professions liées aux technologies de l’information en général, reste malheureusement l’apanage d’une population purement masculine, ce qui exclut un grand nombre de professionnels potentiels.

Formation et placement 

L’enseignement secondaire (lycées scientifiques et instituts techniques) offre aux jeunes la possibilité d’approcher le monde de l’informatique, afin de commencer à construire les connaissances nécessaires pour affronter plus tard le monde académique universitaire. En ce qui concerne l’enseignement universitaire, les profils les plus demandés par les entreprises sont ceux de l’informatique et de l’ingénierie informatique, avec un accent particulier sur la spécialisation dans les domaines de l’intelligence artificielle et de la science des données, des parcours académiques dans lesquels la possibilité de trouver un emploi avant l’obtention du diplôme est très élevée. Cependant, toutes les spécialisations dans les matières Stem (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques) restent d’un grand intérêt pour les entreprises. Depuis quelques années, les Its- Higher Technical Institutes, des formations post-diplôme de deux ans qui offrent une formation pratique et spécialisée très proche du monde du travail, gagnent également du terrain. Il existe également la possibilité d’obtenir des certifications grâce à une vaste offre de cours en ligne permettant de rester à jour dans un domaine qui évolue constamment et rapidement. De précieuses plateformes, pour n’en citer que quelques-unes, sont par exemple Coursera, Code Academy, Talent Garden et Learnn, qui proposent des cours très spécialisés, une porte d’entrée dans le cybermonde. Les figures les plus recherchées sont Data Scientist, Machine Learning Engineer, AI Research Scientist ainsi que les ingénieurs logiciels toujours très demandés.  Outre les domaines techniques, les entreprises de cybersécurité, de plus en plus nombreuses et de plus en plus grandes, recherchent également des profils ayant une expérience de la cybersécurité dans les domaines de la vente et du marketing.  Ermes Cyber Security a  a ouvert des candidatures pour plusieurs emplois dans le domaine des technologies et des métiers du numérique : la recherche est ouverte pour les postes de Inside Sales, Ingénieur Backend Junior, Ingénieur Backend Senior, Ingénieur Frontend Junior, Ingénieur Frontend Senior.  Voici le lien vers la campagne de recrutement : https://www.ermes.company/it/lavora-con-noi/ .

De plus en plus de femmes, mais l’Italie est à la traîne 

Selon la Rapport sur les femmes dans la cybersécurité les femmes occuperont 25 % des emplois en cybersécurité dans le monde en 2022 : un pourcentage en hausse si l’on considère les 20 % de 2019 et les quelque 10 % de 2013. Des chiffres qui donnent donc de l’espoir, puisque le même rapport de la Commission européenne sur la cybersécurité a été publié en décembre dernier. Steve Morgan,  fondateur de Cybersecurity Ventures  et rédacteur en chef de Cybercrime Magazinequi prévoit que les femmes représenteront 30 % de la main-d’œuvre mondiale dans le domaine de la cybersécurité d’ici 2025, ce chiffre passant à 35 % d’ici 2031. La demande est donc forte, sachant qu’au niveau mondial, ce chiffre a augmenté de 350 % depuis 2013, en ce qui concerne la demande du marché. En Italie, cependant, la situation n’est pas aussi rose : seulement 10 % de la population féminine travaille dans le domaine de la sécurité informatique,  malgré la demande croissante pour ce type de profession. « Nous n’avons que sept femmes sur 38 personnes dans l’entreprise, malgré notre recherche incessante de candidates, qui ne représentent que 10 % des candidats chaque fois que nous ouvrons un nouveau poste à pourvoir », explique le directeur général de l’entreprise. Emanuela Panero,  Chief People Officer d’Ermes. L’excellence italienne dans le domaine de la cybersécurité s’est engagée depuis sa création à intégrer des femmes dans ses effectifs car, comme le stipulent également les statuts de la société, « Ermes veut être un environnement de travail accueillant et inclusif où chaque membre du personnel est respecté et apprécié en tant qu’individu, indépendamment de facteurs tels que l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe, l’orientation sexuelle et le handicap ». Entre-temps Les femmes dans le cyberespace le cours de formation organisé par Jardin des talents  et promu par Groupama Assicurazioni  e Softlab.  Women in Cyber se positionne comme un tremplin important pour entrer dans le monde du travail.  des femmes, en les rapprochant des questions de cybersécurité, d’analyse des risques et d’identification des menaces. Un cours d’avant-garde qui découle également de la capacité d’intercepter les tendances du marché du travail. Il représente également un moment d’engagement significatif en faveur de l’employabilité des femmes dans le domaine de la cybersécurité. D’où l’initiative de Groupama Assicurazioni et Softlab, engagés dans le développement de jeunes talents,  pour financer dix bourses d’études destinées à des femmes sans emploi ou inaptes au travail. Pendant les 13 semaines de formation (qui ont débuté le 5 juin 2023), les participants  ont pu s’impliquer et approfondir ce qu’ils avaient appris à travers des tests pratiques, des travaux de groupe et des projets de formation avancée. Dans le cours didactique, dispensé principalement en ligne, les étudiants ont acquis des compétences fondamentales dans le monde de la cybersécurité : administration de réseau, criminalistique, piratage éthique, traitement des incidents, sécurité des réseaux et des applications, renseignement sur les menaces, gestion des risques, principes de conception sécurisée. À l’issue de la formation, les deux entreprises ont proposé aux participants de se former à la cybersécurité. participants les plus méritants  un stage. 

Stress lié au travail et risques pour les responsables de la sécurité informatique 

Le stress est un problème très répandu chez les professionnels de l’informatique. Les données de la dernière enquête Global Incident Response Threat Report de Vmware, 47 % des professionnels de la sécurité informatique ont déclaré avoir souffert d’épuisement au cours des 12 derniers mois.  Les professionnels italiens sont confrontés à plusieurs défis. Il s’agit notamment de charges de travail élevées, souvent dues à des délais serrés et à des projets complexes, qui génèrent un sentiment d’accablement et de stress chronique. L’environnement concurrentiel du secteur ajoute une pression supplémentaire, avec une culture du travail qui mesure souvent le succès en termes de résultats extraordinaires et constants. Les changements technologiques rapides exigent une mise à jour constante des dernières technologies. Ces processus d’adaptation doivent être correctement gérés par les entreprises afin que tous les employés puissent suivre, sans risquer de se surmener et d’être exposés à un stress élevé. Une autre cause importante d’épuisement professionnel est l’isolement numérique, car de nombreux postes exigent de longues périodes de travail devant un écran, souvent sans interactions sociales valables. Toutefois, outre ces éléments, le manque de personnel constitue un problème majeur.  Le manque de compétences techniques spécifiques est une limitation critique qui influe directement sur la pénurie de personnel. Les compétences requises sont hautement spécialisées et nécessitent des années d’expérience et de formation. Cette situation a conduit à une pénurie de professionnels qualifiés pour occuper ces postes, les compétences requises changeant constamment en raison de l’évolution rapide du monde des technologies de l’information, ce qui rend la sélection des bons professionnels encore plus difficile. En outre, ces secteurs requièrent non seulement des compétences techniques, mais aussi des compétences non techniques (pensée critique, résolution de problèmes et communication efficace), qui peuvent être complexes à acquérir. Cette situation, associée à des contextes où la promotion de la culture du travail est une priorité absolue, accroît la pression et le surmenage, ce qui entraîne de forts déséquilibres entre le travail et la vie personnelle, au point d’atteindre de véritables états d’épuisement professionnel. De nombreuses entreprises technologiques italiennes prennent des mesures pour résoudre le problème de l’épuisement professionnel et promouvoir le bien-être de leurs employés. Ces initiatives peuvent inclure des programmes de sensibilisation au stress, des politiques de travail flexibles, des activités de renforcement de l’esprit d’équipe et l’accès à des services de conseil psychologique. Pour prévenir l’épuisement professionnel, il est essentiel de promouvoir activement un équilibre sain entre vie professionnelle et vie personnelle. travail intelligent y contribue grandement. Enfin, une bonne formation au bien-être pour aider les employés à reconnaître les signes d’épuisement professionnel est essentielle pour gérer le stress de manière saine et efficace.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *