mer. Mai 22nd, 2024

Quelle est la valeur de l’économie sociale dans notre société ? 450 000 organisations à but non lucratif, soit plus que les entreprises de l’industrie manufacturière. 1,9 million d’employés, soit le même nombre que l’ensemble de l’industrie métallurgique italienne. 

Ce sont là quelques-uns des chiffres contenus dans leAtlas de l’économie civile  présenté dans le cadre de la 23e édition des Journées Bertinoro de l’économie civile, qui se terminent samedi. Le résultat est le suivant une photographie actualisée du périmètre et de l’impact économico-social de l’économie sociale  avec l’intention d’offrir aux chercheurs, aux entreprises coopératives, au troisième secteur et à l’administration publique un outil utile pour renforcer leurs stratégies dans le sens du Plan d’action pour l’économie sociale de la Commission européenne.

« Ces deux premières questions sont suffisantes pour décrire la valeur économique de l’économie sociale, mais il en faut plus pour mesurer sa valeur sociale. Le projet d’atlas vise à donner la visibilité nécessaire aux sphères économique et sociale, sachant que l’existence de l’une est indissociable de la présence de l’autre. « expliqué Guido Caselli, directeur du Centre d’études de l’Unioncamere Emilia Romagna .

« Nous avons ressenti l’urgence de délimiter et de mettre en évidence les aspects économiques et transformateurs de l’économie sociale. . Il s’agit d’un projet stratégique ouvert à d’autres partenaires, créé pour sensibiliser à la valeur de l’économie sociale dans le cadre des stratégies de développement durable », a-t-il ajouté. Paolo Venturi, directeur d’Aiccon un centre d’études promu par l’Université de Bologne, l’Alliance des coopératives italiennes et de nombreuses organisations publiques et privées opérant dans le domaine de l’économie sociale.

Venons-en à d’autres questions : de 2019 à 2023, les entreprises d’économie sociale ont diminué de 1,5 %. Les effectifs des entreprises d’économie sociale ont diminué de 4,1 %. Selon le rapport Istat – Euricse, en 2015, 5,5 millions de bénévoles travaillaient dans l’économie sociale. ; alors que les premières estimations de l’ISTAT pour 2021 font état d’un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros. une baisse substantielle du nombre de volontaires à 4,6 millions. 

Lors de la conférence Bertinoro, les anticipations des enquêtes Istat. La photographie du tiers secteur : les employés augmentent aussi

Le secteur à but non lucratif est en pleine croissance. Plus d’organisations et de salariés, mais moins de bénévoles au cours des dix dernières années.  Les Journées Bertinoro de l’économie civile, rendez-vous traditionnel de l’Aiccon, le centre d’études de l’université de Bologne, ont mis l’accent sur la façon dont le troisième secteur a été transformé. De 2011 à 2021, le secteur à but non lucratif a connu une croissance numérique, enregistrant une augmentation de 20 % du nombre d’institutions à but non lucratif (Inp) et du nombre d’employés.  Bien que le bénévolat ait diminué : -2 %, passant de 5,5 millions en 2015 à 4,6 millions en 2021. Quatre institutions sur dix étudiées en 2011 ne seront plus actives en 2021. Les institutions à but non lucratif plus jeunes ou plus petites ont moins de chances de survivre, « car elles disposent de moins de ressources et, dans certains cas, n’ont pas développé de routines organisationnelles adéquates », a expliqué le commissaire européen à l’égalité des chances et à la protection des minorités. Massimo Lori, responsable du registre statistique des institutions sans but lucratif pour l’Istat Il souligne que celles qui opèrent dans des environnements concurrentiels, dépendent d’une seule source de revenus et jouissent d’un consensus social moindre sont également pénalisées. Les ISBL créées après 2011 (environ 35 % des ISBL actives en 2021) sont plus nombreuses parmi les coopératives et associations sociales. Elles sont surtout présentes dans le Sud, en particulier en Campanie (47,9%), dans les Pouilles (44,3%), dans le Latium (43,3%), dans les Abruzzes (43,5%), en Calabre (43,5%) et dans le Molise (42,1%). De plus, 37% de ces nouvelles associations ne sont pas enregistrées dans le Registre national unique du troisième secteur (Runts). En 2021, seulement 23,9% des Inp seront présentes dans le Runts. Les Inp non présentes dans le Runts opèrent principalement dans les secteurs du sport, de la culture et des loisirs et sont souvent des associations (86,5%) principalement concentrées dans les régions du nord de l’Italie (50,3%).

De l’analyse de l’identité des organisations du troisième secteur à leur processus de numérisation, raconté par le recensement permanent mené par l’Istat en 2022 en référence à l’année 2021.  Les obstacles à la numérisation du secteur sans but lucratif sont le manque de culture numérique (15,7 %) et la présence d’autres défis plus urgents (13,8 %).  En 2021, 79,5 % des institutions sans but lucratif utilisent au moins une technologie numérique. Parmi elles, « 74,9 % (soit 288 000 Inp) utilisent principalement des technologies numériques permettant de se connecter à l’internet », explique Sabrina Stoppiello, responsable du recensement permanent des institutions sans but lucratif pour l’Istat.  Un pourcentage plus faible (9,8 %) a investi dans des services d’informatique en nuage et seulement 2,2 % des ISBL numérisées ont adopté des technologies avancées. Quatre ISBL sur dix ont un niveau de numérisation « de base », caractérisé par une connexion internet et une propension limitée à utiliser le numérique à des fins de communication ou de collaboration. Les ISBL qui n’ont utilisé qu’une connexion internet représentent 40,5 % du total, soit environ 146 000 institutions. Parmi elles, 87,5 % n’ont pas d’employés, mais 29,5 % sont de taille moyenne à grande en termes de bénévoles (10 ou plus).

Les organisations sans but lucratif qui ont adopté des technologies numériques avancées représentent 2,2 % du total, soit environ 8 000 institutions. 30,7% d’entre elles ont au moins un employé et 72,8% au moins un bénévole. Une sur deux emploie un spécialiste des technologies de l’information et de la communication. Les Inp non numérisées sont principalement des associations (86%) concentrées dans des domaines tels que le sport (41,2%), les loisirs et la vie sociale (20,1%). La majorité de ces institutions ne prévoient pas d’utiliser les technologies numériques dans les années à venir, montrant peu d’intérêt pour la connexion internet (71,5%), les plateformes numériques (83,5%), ou les applications mobiles (81,9%).

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *