dim. Mai 26th, 2024

Sicuritalia, première entreprise italienne du secteur de la sécurité privée, a racheté la société gérée par la coopérative Servizi Fiduciari, qui faisait déjà partie de son consortium, et a signé avec les syndicats un accord prévoyant une augmentation de 38 % des salaires, qui concerne 6 729 employés. Pour la Sicuritalia, il s’agit d’un investissement important dans le secteur : il s’agit de 100 millions d’euros prévus pour les cinq prochaines années, qui permettront de sécuriser les travailleurs en leur garantissant de meilleures conditions, avec des paquets de salaires qui atteindront 1 380 euros par mois lorsqu’ils seront pleinement opérationnels.

« Avec cette opération, la Sicuritalia renforce sa position de leader dans le secteur de la sécurité, avec un investissement sans précédent en Italie en termes de ressources fournies et de nombre de travailleurs concernés », déclare le président de la Sicuritalia. Lorenzo Manca, président-directeur général du groupe Sicuritalia  -. Dans un contexte inhabituel et très complexe, nous sommes conscients de pouvoir apporter une contribution significative à la stabilité et à l’évolution du secteur vers des services plus qualifiés ». Manca lance un appel pour que la table de négociation entre les partenaires sociaux, promue par le ministère du Travail, « aboutisse rapidement à la définition de règles plus efficaces et durables pour garantir à la fois des salaires équitables pour tous les travailleurs du secteur des services fiduciaires et la durabilité économique et financière des entreprises ».

L’enquête judiciaire a donné raison à la coopérative de services fiduciaires.  L’acquisition réalisée par Sicuritalia clôt le cercle d’une affaire qui a commencé le 22 juin dernier, avec une activité d’inspection de la Guardia di Finanza et la mise en place d’un contrôle judiciaire par le Tribunal de Milan sur la coopérative Servizi Fiduciari, en raison du paiement aux travailleurs de salaires « trop bas, considérés en violation de l’article 36 de la Constitution, bien que prévus par le contrat de travail national de référence, renouvelé le 30 mai dernier », explique Sicuritalia dans une note. L’affaire, qui en quelques semaines a vu l’extension de l’enquête du Tribunal de Milan à d’autres entreprises du secteur, avec la même motivation. Début septembre, le jugement du Tribunal administratif de Lombardie « a clarifié la situation, en donnant raison à la coopérative Servizi Fiduciari, en annulant la mesure par laquelle l’Inspection du travail avait prescrit l’application rétroactive du contrat de travail multiservices et en confirmant l’application correcte par l’entreprise du contrat de travail de surveillance et de services fiduciaires », conclut la note de Sicuritalia.

C’est dans ce contexte articulé et non conventionnel, caractérisé par un débat politique intense sur la possibilité d’introduire un salaire minimum unifié par la loi, que Sicuritalia est intervenue pour reprendre la société de la coopérative Servizi Fiduciari, qui n’était pas en mesure de procéder de manière autonome à une adaptation des salaires, de toute façon nécessaire en raison des nouvelles conditions du coût de la vie et du marché du travail, et pour assurer la continuité aux travailleurs en leur reconnaissant une augmentation salariale automatique.

Le groupe Sicuritalia en Europe.  Le groupe Sicuritalia est le leader en Italie dans le secteur de la sécurité, le deuxième opérateur privé en Europe, présent en Suisse, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, avec un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros et 17 500 employés ; à travers sept divisions : Surveillance privée, Transport de valeurs, Services fiduciaires, Systèmes de sécurité, Investigations, Sécurité des voyages, Cybersécurité, elle offre une gamme de produits et de services qui répondent de manière intégrée à la demande de sécurité exprimée par le marché, en combinant l’utilisation de la technologie, de la main d’œuvre et des TIC pour garantir des solutions personnalisées. Elle compte plus de 100 000 clients, dont des entreprises des secteurs industriel, bancaire, commercial et public (Intesa SanPaolo, Unicredit, Carrefour, Esselunga, Tim, Leonardo, Fincantieri, Eni et Enel).

Le secteur de la sécurité privée en Italie emploie 76 000 personnes. . En Italie, selon un rapport de Censis-Confedersicurezza de 2021, la sécurité privée est une réalité solide avec 1 745 entreprises et 76 203 employés dans le secteur de la sécurité. Au cours des dix dernières années, l’ensemble du secteur a connu une croissance énorme en termes de nombre, de fonctions et de capacités techniques et professionnelles, et avec Covid19, il est prêt à élargir encore ses tâches et ses capacités pour continuer à soutenir les autorités de sécurité publique et à améliorer la qualité de vie des Italiens.C’est également le cas dans le reste de l’Europe, où l’on compte 51 310 entreprises appartenant au secteur de la sécurité privée, avec un total de près de 1,5 million d’employés et une moyenne de 2,8 employés pour 1 000 habitants, contre une moyenne italienne de 1,2 pour 1 000 habitants.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *