mer. Avr 24th, 2024

Depuis des années, le monde de la logistique peine à trouver des chauffeurs de camion. Et ce n’est pas tout. Selon les études les plus récentes de l’Ispi (Institut italien d’études politiques internationales), il y a une pénurie d’environ 400 000 au niveau européen, et de 17 000 à 20 000 en Italie. L’Italie est l’un des pays où le taux de chômage est le plus élevé. volumes d’exportation dans le monde, ce qui la place au premier rang des pays d’Europe centrale et orientale en termes de volume d’exportation. septième place après la Chine, les États-Unis, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Japon et la Corée du Sud. La forte propension au commerce extérieur est également attestée par les données de l’ISTAT pour la période janvier-mai 2023, qui enregistrent une variation positive des exportations (+4,2%) – portée par une croissance significative vers l’Extrême-Orient (+17,9%) et l’Amérique du Nord (+6,1%) – et une baisse des importations (-4,6%), toutefois affectée par la chute des prix des matières premières énergétiques. Malgré cette tendance positive, le dernier classement mondial réalisé par la Banque mondiale, qui certifie les performances logistiques de 160 pays, ne place l’Italie qu’en 19e position à partir de 2018 et tombe à la 24e et 26e place respectivement lorsque l’on analyse les différents postes. « procédures douanières » e « disponibilité des services internationaux« . « Pour la revitalisation du secteur, la simplification réglementaire est sans aucun doute nécessaire pour le bénéfice et l’avantage des entreprises, qui doivent aujourd’hui faire face à des réglementations obsolètes et peu claires qui génèrent des retards dans la chaîne logistique, entraînant des pertes importantes pour les entreprises en raison des retards, en particulier dans le processus de dédouanement des marchandises, » explique-t-il. Alessandro Pitto, président de Fedespedi,  la fédération nationale des entreprises d’expédition internationale qui regroupe plus de 2 100 entreprises. . Mais il est également nécessaire de créer de nouveaux parcours professionnels, capables de rendre attractive la figure du commissionnaire de transport et de promouvoir le secteur de la logistique du point de vue de l’emploi, en valorisant l’important soutien qu’il apporte à la croissance de nos entreprises sur les marchés étrangers. Le monde du transport de marchandises est appelé à changer pour attirer et valoriser les nouvelles compétences liées à l’innovation, au numérique et à la durabilité dans un marché du travail où les besoins en emploi du secteur sont croissants mais qui connaît des difficultés en termes d’attraction des talents et des compétences ». Le dernier rapport Anpal-Excelsior  indique en effet un besoin d’emploi de 163 900 personnes dans les secteurs de la mobilité et de la logistique, dont 128 000 pour le seul remplacement des travailleurs sortants sur la période triennale 2023-2027. Bien que l’emploi dans le segment du transport de marchandises soit passé de 29 406 en 2015 à plus de 32 505 en 2022, Fedespedi estime le besoin actuel du secteur à plus de 3 000 employés. Il s’agit d’opérateurs qui soutiennent les entreprises Made-in-Italy dans l’organisation de la chaîne de transport pour l’exportation de leurs produits et dans l’importation des matières premières nécessaires à la production, dans un environnement de plus en plus axé sur les données, où la capacité d’analyse et de modélisation est devenue une source d’avantage concurrentiel. Sont particulièrement recherchés les experts en cybersécurité, les marketeurs et les développeurs.  L’âge moyen des employés a augmenté au cours des sept dernières années, passant de 43 ans en 2015 à 46 ans en 2022. En 2022, il y aura plus de 2 000 personnes de plus de 60 ans, ce qui implique un besoin de remplacement de 5 % du personnel au cours des six prochaines années, et de 22 % sur dix ans. Pour assurer un renouvellement adéquat du secteur, une estimation réalisée par Fedespedi sur la base des données de GiGroup , Rien qu’en Lombardie, 15 000 étudiants supplémentaires par an sont nécessaires dans les instituts de formation technique et professionnelle dédiés à la logistique.  L’aspect réglementaire a été l’autre facteur clé abordé lors de l’Assemblée publique. Un cadre flou, complexe et incomplet constitue en effet un obstacle à la croissance des entreprises, à la fluidité du trafic et à la croissance économique, affaiblissant également les exportations nationales, véritable moteur de l’économie du pays. Fedespedi a présenté en détail les six facteurs qui, abordés dans le cadre du dialogue collaboratif, peuvent conduire à un renforcement de la chaîne d’approvisionnement à l’appui du commerce international : achever la réforme de la discipline de droit civil du contrat de transport maritime ; clarifier la figure du « chargeur-transporteur » ; redéfinir le périmètre de compétence des fonctions de l’Autorité de régulation des transports et des activités soumises à sa réglementation ; favoriser les mesures et les interventions réglementaires visant à simplifier la discipline de la TVA dans le transport international afin d’atténuer le stress de l’exposition financière qui pèse sur les entreprises du secteur et sur les exportations nationales mettre en œuvre la loi sur la délégation fiscale en réorganisant la réglementation douanière nationale (Tuld) et en particulier le système de sanctions administratives afin de les mettre en conformité avec les principes européens, en mettant l’accent sur la voie de la réforme du code des douanes de l’Union et sur l’utilisation croissante de l’innovation technologique pour soutenir les processus et les procédures douaniers achever la réorganisation du système télématique douanier, qui nécessite des ressources financières et humaines adéquates pour atteindre l’objectif d’une fonctionnalité complète, en évitant les inconvénients pour les opérations qui permettent le commerce international ; mise en œuvre du PNR et en particulier de la mesure 3, composante 2 « Intermodalité et logistique intégrée ». Cette mesure comprend deux domaines d’intervention : les ressources pour la mise en œuvre des projets de « numérisation de la logistique » au niveau du système et des opérateurs individuels et les « propositions de réforme réglementaire » : mise en œuvre du guichet et des contrôles douaniers uniques – SuDoCo, (actuellement en cours d’essai) ; adhésion au protocole à la convention Cmr pour la lettre de voiture électronique (en cours de ratification) ; révision de la discipline de droit civil du contrat d’expédition et de transport (partiellement mise en œuvre).

Lancement de la Cab Log Academy 

Cab Log,  une entreprise de logistique vénitienne (150 millions d’euros de chiffre d’affaires, plus de 360 000 mètres carrés d’entrepôts et plus de 300 véhicules en propriété) a décidé de lancer sa propre académie afin de trouver des jeunes de toute l’Italie qui souhaitent apprendre le métier et gagner leur vie. « Le projet d’Académie nous permettra de créer le conducteur idéal, avec une formation interne destinée à l’emploi », résume-t-il Walter Stevanato Notre objectif est d’embaucher un maximum de 20 personnes pour cette première académie, mais nous n’excluons pas de poursuivre des initiatives similaires dans nos autres sites italiens ». Les candidats doivent être âgés de 21 ans et posséder un permis de conduire B, ainsi qu’une connaissance de l’italien. Le cours, entièrement gratuit, est financé par l’Union européenne. comprend une formation théorique et pratique pour l’obtention de la licence CE + CQC (valeur : 5 000 euros), un certificat de qualification de conducteur et un soutien pour la demande de carte tachygraphique, un examen médical pour vérifier l’aptitude à l’emploi. En outre, dans 90 % des cas, les participants recevront une offre d’emploi à la fin de la formation, suivie d’une période initiale d’intégration et d’observation opérationnelle avec le personnel de l’Académie. L’Académie peut compter sur des espaces dédiés au siège de Cab Log à Noale, dans la région de Venise : un parcours technique adapté à la conduite de différents types de véhicules, des salles de classe équipées pour l’enseignement de démonstrations – en particulier sur la sécurité routière et l’arrimage de différents types de charges – et bientôt aussi un simulateur de conduite révolutionnaire capable de permettre la formation pratique à la conduite de véhicules légers et lourds. « Nous valoriserons la figure du conducteur, un travail professionnellement évolué avec des responsabilités importantes », déclare Stevanato, « et puis il y a les avantages pratiques : le conducteur aura la possibilité d’être employé dans l’entreprise en tant que conducteur avec un contrat régulier. Nous pensons qu’aujourd’hui le conducteur joue le rôle d’un véritable « manager » qui ne « pense pas seulement à conduire », mais qui gère de nombreux aspects, depuis les aspects bureaucratiques et organisationnels jusqu’au contact direct avec nos clients, et ce grâce à l’utilisation de technologies et de systèmes qui requièrent une formation constante. L’Académie a été créée précisément pour transmettre ce message aux nouvelles générations et les préparer à l’avenir ». Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature à [email protected]  ou consulter le site web : www.cab-log.it. 

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *