mer. Avr 17th, 2024

La guerre qui a éclaté entre Israël et le Hamas risque de mettre à mal l’économie mondiale et européenne, dans un contexte mondial déjà tendu par le conflit entre la Russie et l’Ukraine et les tensions entre la Chine et Taïwan. Le retour des tensions géopolitiques au Moyen-Orient est suivi de près par les marchés, qui affichent une certaine faiblesse, alors qu’au contraire les prix du pétrole brut et des valeurs refuges comme l’or et le dollar ont bondi.  Les tensions sur les prix du pétrole qui sont déjà apparues vendredi pourraient avoir un impact sur l’inflation en influençant les politiques monétaires dans un sens restrictif. De nouvelles hausses de taux par la BCE et la Fed pourraient affecter une croissance mondiale déjà ralentie.

Les bourses européennes ouvrent sur une note morose.  Ouverture de la semaine en fibrillation pour les marchés boursiers européens. L’attention reste portée sur les obligations d’Etat alors que la réunion au Maroc de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire est en cours, les banquiers centraux donnant des indications sur les décisions de politique monétaire à venir. Le marché obligataire américain est fermé aujourd’hui pour le Columbus Day. Les principaux marchés ont ouvert dans le rouge, mais en milieu de matinée, les pertes s’étaient en partie résorbées.

Un dollar fort, un shekel au plus bas depuis sept ans  Sur le front des devises, le dollar s’apprécie à nouveau face à l’euro et à la livre. La monnaie unique tombe à 1,05 contre le billet vert. Le shekel israélien a fortement chuté, la Banque centrale lançant un programme de vente de dollars à hauteur de 30 milliards pour « calmer la volatilité du marché ». La monnaie israélienne a chuté de 1,8 % à 3,9 pour un dollar, sa valeur la plus faible en sept ans. L’attaque militaire, quant à elle, stimule les achats de matières premières. L’or est acheté comme valeur refuge et a gagné 1,5 % à 1 849 dollars l’once.

Les prix du pétrole et du gaz augmentent . Le pétrole bénéficie des risques de déstabilisation du Moyen-Orient, notamment si le conflit s’étend à l’Iran qui, malgré les sanctions, reste l’un des principaux producteurs de pétrole. Le pétrole brut a démarré en forte hausse ce matin, pour ralentir ensuite, avec 87 dollars le baril pour le Brent et 85,3 pour le Wti, au niveau de septembre, même si une extension du conflit dans les prochains jours pourrait déclencher un nouveau choc sur les cours du brut. Cet été, le prix du pétrole a de nouveau frôlé les 100 dollars le baril, avant d’inverser la tendance. Le gaz était également à la hausse, affecté à la fois par le conflit en Israël et par la menace de grève des travailleurs de certaines usines de gaz naturel liquéfié (GNL) en Australie. De plus, une fuite suspecte a été découverte dans un gazoduc sous-marin reliant la Finlande et l’Estonie. À Amsterdam, les prix ont augmenté de 6,7 % pour atteindre 40,8 euros par mégawattheure.

Opep : la demande mondiale de pétrole augmente . Ce matin, l’OPEP a revu à la hausse ses prévisions concernant la demande mondiale de pétrole jusqu’en 2045, et ce malgré la crise climatique. La consommation de pétrole augmentera de 16 % au cours des deux prochaines décennies pour atteindre 116 millions de barils par jour en 2045, soit environ 6 millions de barils par jour de plus que les prévisions précédentes. Le transport routier, la pétrochimie et l’aviation seront les moteurs de cette augmentation. Selon l’Opep (13 pays membres, dont l’Arabie saoudite, les États du Golfe et le Venezuela), la demande mondiale de pétrole sera tirée par les pays non membres de l’OCDE, l’Inde étant le principal moteur, tandis qu’elle diminuera à partir de 2025 dans la zone de l’OCDE.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *