lun. Mai 27th, 2024

Après un premier trimestre positif, les indicateurs économiques des mois suivants étaient plus incertains et indiquaient un ralentissement, mais un chiffre a continué à croître, celui de l’indice des prix à la consommation. inadéquation – c’est-à-dire la difficulté pour les entreprises de trouver sur le marché du personnel possédant certaines compétences – a augmenté à 48%. Dans ce scénario, le marché fait preuve d’une plus grande ouverture et d’une plus grande réceptivité à l’égard des personnes expérimentées, savoir-faire et la capacité à gérer des projets complexes. Pour saisir les opportunités qui se présentent, il faut toutefois commencer par travailler sur son état d’esprit afin de tirer le meilleur parti de soi-même et de son employabilité. Pour cela, Intoo, la holding du groupe Gi qui s’occupe de l’employabilité, du développement et des services de transition de carrière. présente ses dix conseils pour mieux affronter les étapes de la réinsertion sur le marché après 55 ans :

1. PARLER POUR LA COMPÉTENCE, PAS POUR LES TITRES 
De ce que je suis à ce que je peux faire » : la première étape consiste à sortir de la « cage » de son titre professionnel et à penser en termes de domaines de compétences accumulées, trois au maximum, qui doivent immédiatement apparaître de manière claire et incisive dans tout contexte et instrument de présentation et de contact avec le marché.
Pour les identifier, un exercice utile consiste à se demander « Comment puis-je aider concrètement une entreprise ? Une attention particulière doit être accordée à l’expertise en matière de processus, par exemple la rationalisation des fournisseurs, qui peut représenter une valeur ajoutée dans des réalités moins structurées.

2. CHOISIR UN CV FONCTIONNEL SANS ACRONYME 
Le premier outil à adopter est donc un cv fonctionnel, c’est-à-dire un cv qui, contrairement aux cv anti-chronologiques, qui ont tendance à énumérer les expériences, se concentre principalement sur les capacités, en verticalisant les compétences. Comment le rédiger ? En classant les principales expériences en termes de réalisations et en regroupant les compétences par thèmes selon les trois domaines de compétence distincts identifiés. Le lecteur devrait immédiatement comprendre dans quels domaines il peut être la bonne personne. Bannissez ensuite les acronymes et les sigles de secteurs ou d’entreprises, qui ne sont pas compréhensibles en dehors de contextes spécifiques. Les activités exercées et les responsabilités gérées doivent être clairement expliquées.

3. MOTS CLÉS POUR UN PROFIL LINKEDIN « HR FRIENDLY 
Les recherches des recruteurs sur LinkedIn, mais pas seulement, s’effectuent désormais par mots-clés, plutôt que par rôles. C’est pourquoi inclure des intitulés de poste complexes dans le résumé peut vous pénaliser en termes de visibilité. Que faut-il indiquer à la place ? Des mots-clés qui correspondent à notre profil, tels que : « business development », « optimisation des processus » (en expliquant lesquels), « gestion des fournisseurs », « analyse des données », pays étrangers de compétence dans le cas de rôles internationaux, etc… En d’autres termes, le rôle doit être décomposé en activités pratiques, plus immédiates et plus faciles à comprendre.

4. AMÉLIORE L’EXPÉRIENCE AVEC LES JEUNES 
À une époque où plusieurs générations coexistent dans l’entreprise, jusqu’à cinq différentes, ceux qui ont participé à des projets de formation, de mentorat, de coaching, de soutien aux nouvelles recrues ou de développement de nouvelles ressources ont un avantage supplémentaire. Travailler avec la nouvelle génération est en effet un signe d’ouverture d’esprit, de flexibilité et de capacité à transférer le savoir-faire. Il est donc essentiel de savoir relater de telles expériences et de les valoriser, tant dans son CV et son profil Linkedin que lors d’un entretien.

5. NE PAS ÊTRE PRESSÉ D’ASSUMER IMMÉDIATEMENT UN RÔLE LOURD OU LE MÊME RÔLE 
Lorsque l’on passe d’une réalité à une autre, après plusieurs années de travail dans une entreprise, il ne faut pas se hâter de trouver immédiatement un poste similaire ou de même envergure que le précédent. Ce qui est important, c’est de commencer, peut-être à partir d’un domaine de responsabilité plus étroit ou d’un rôle transversal, pour se familiariser avec le nouvel environnement, la dynamique et les processus, afin de pouvoir consolider et élargir son périmètre de compétences par la suite.

6. LE TRAVAIL INTELLIGENT EST VOTRE ALLIÉ 
Aujourd’hui, différentes méthodes de travail permettent de collaborer même avec des réalités géographiquement éloignées, grâce, par exemple, au travail à distance, au travail intelligent ou hybride et à la semaine courte. Cela signifie que, lorsqu’on cherche une opportunité, on peut plus facilement évaluer les entreprises dans des zones autres que sa résidence ou son domicile, en combinant et en négociant en même temps les besoins familiaux et personnels.

7. LE RÉSEAU QUI COMPTE À L’EXTÉRIEUR ET À L’INTÉRIEUR 
Une fois que l’on a compris quel type d’entreprise peut avoir besoin de nos compétences spécifiques et sous quelle forme se présenter, il est essentiel de travailler en réseau, car, surtout après 50/55 ans, environ 80 % des opportunités n’apparaissent pas dans les annonces, mais proviennent de canaux informels et du bouche-à-oreille. Attention, le « réseau » de relations n’est pas seulement celui qui découle des connaissances acquises lors d’un précédent emploi ; il faut également élargir son réseau à de nouveaux contacts. Comment ? Par le personal branding et le réseautage, et pas seulement en ligne : les foires et événements post-pandémiques font leur retour et ne doivent pas être négligés en tant que source précieuse de nouveaux contacts. En même temps, il est important d’être conscient que dans certaines fonctions et rôles, tels que les achats ou les ventes, certaines relations construites au fil des ans peuvent être si fortes, particulières et difficiles à transférer qu’elles peuvent devenir l’objet d’une négociation pour rester dans l’entreprise.

8. PRÊT POUR LES ENTRETIENS EN LIGNE ET HORS LIGNE 
Malgré un certain retour à la présence pour de nombreuses activités, il est toujours bon de faire attention aux entretiens en ligne : toute une série de détails doivent être soignés, de la lumière (toujours préférable d’être de face par rapport à nous), au fond (mieux vaut des fonds blancs ou neutres, mieux vaut des fonds virtuels que des pièces épurées), à la stabilité de la connexion internet. Dans ce dernier cas, il peut être utile de faire quelques tests avant le rendez-vous, pour se familiariser avec l’application que l’on va utiliser et s’assurer que l’on en maîtrise les fonctions. Et n’oubliez pas d’avertir votre famille de l’importance pour la conversation de bénéficier d’une intimité et d’un silence corrects.

9. RESTER À LA POINTE DE LA TECHNOLOGIE 
Whatsapp, Google Drive, Teams, Slack, Skype, Zoom, Trello : aujourd’hui, la plupart des entreprises (de toutes tailles) utilisent des applications de messagerie instantanée et des outils de travail partagés. Ne pas savoir les utiliser, c’est prendre du retard dans les processus opérationnels quotidiens et les plus courants, s’interdire une opportunité. Cela aussi doit être un domaine de formation continue pour rester en phase avec l’avancée de la numérisation.

10. SE DÉBARRASSER DE CE QUI N’EST PLUS NÉCESSAIRE 
Cela signifie être capable de lâcher mentalement et concrètement ce qui ne fait plus partie du rôle et du contexte que l’on a connu ou que l’on a décidé de quitter ; cela signifie être capable d’accueillir la fraîcheur et la flexibilité dont toute réalité a besoin aujourd’hui, en se donnant également la chance de découvrir de nouvelles ressources que l’on ne soupçonnait pas et en se laissant surprendre par ce que l’on pourrait trouver.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *