lun. Juin 24th, 2024

Pour l’originalité du projet qui place l’impact environnemental au premier plan, en combinant l’innovation, la recherche et la durabilité intégrale. cinq jeunes chercheurs, ingénieurs et biotechnologues romains ont remporté le prix de 6 000 euros pour la meilleure start-up durable, inclusive et compétitive lors du Festival de l’économie civile. . Yeastime, l’art de la fermentation…de la bière, ajoute-t-on. C’est le nom qu’ils se sont choisi Pierfrancesco Mazzolini, Ulisse Castellano, Alessandro Contaldo, Luca Buccarello, Federico Ortenzi  qui ont développé une profonde synergie avec l’Académie Tor Vergata de Rome, impliquant une douzaine d’autres collaborateurs parmi lesquels des physiciens, des ingénieurs et des informaticiens. « En 2021, nous avons eu l’idée d’étudier les processus d’optimisation de la fermentation de la bière, parce que nous étions en train d’étudier la possibilité d’améliorer la qualité de la bière. brasseurs : nous avions l’habitude de brasser de la bière à la maison », explique le biotechnologue Federico Ortenzi.

C’est à partir de là qu’a commencé l’étude approfondie de la bioacoustique, « nous nous sommes intéressés aux répercussions que certaines ondes acoustiques peuvent avoir sur les processus biologiques, nous sommes allés faire des tests appliqués aux processus de fermentation, grâce au fait que notre programme d’études nous a permis d’adopter une approche à la fois biotechnologique, technique et informatique ». Bientôt, après des expériences à la maison, nous avons commencé à travailler dans les laboratoires de l’Académie Tor Vergata, d’où nous avons lancé des projets de doctorat, tandis que d’autres financements provenaient de l’Université de Rome3, qui « nous a introduits dans le monde de l’entrepreneuriat, nous permettant de démarrer et de déposer des brevets ».

Mais qu’est-ce qui a été breveté ?  Qui a demandé au Le temps des levures Pierfrancesco Mazzolini, PDG et développeur d’affaires, a répondu qu’il s’agissait d’une stimulation mécanique par ondes sonores liée à des processus basés sur des cultures cellulaires liquides. Cette stimulation s’effectue à l’aide de l’un de nos appareils convivialité pour le consommateur qui se connecte aux fermenteurs existants ». Ainsi, grâce à ce dispositif, « nous dissipons les ondes sonores à l’intérieur du fermenteur afin de réduire le temps de fermentation et d’augmenter le rendement du bioprocédé », poursuit Mazzolini. « En réduisant le temps de fermentation, nous réduisons l’énergie nécessaire à la production d’un litre de produit. « . Moins de temps pour produire de la bière, plus de profit pour les entreprises qui peuvent augmenter leur production en réutilisant le temps gagné sur la fermentation avec Le temps de la levure. Par exemple, pour une bière Ipa à fermentation haute, on gagne même cinq jours. « Nous garantissons 12 cycles supplémentaires par an pour chaque fermenteur qui utilise notre technologie », ajoute M. Mazzolini.

Dans tout cela, il y a aussi un thème d’économie d’énergie Nous avons estimé que si tous les acteurs du marché de la bière utilisaient notre solution, la pollution serait jusqu’à 30 % inférieure à celle d’aujourd’hui, sans modifier le rendement de la production. En d’autres termes, « en rendant les usines existantes plus efficaces grâce à notre technologie, aucun nouveau consommable n’est produit », a ajouté Luca Buccarello, directeur des technologies de l’information. Une curiosité : sur le site web de la startup, il y a une rubrique formulaire qui permet de comptabiliser les économies économiques, environnementales et énergétiques en fonction du nombre de litres de bière produits par mois.  

Si le Le temps des levures est une idée économique générative qui ne produit pas de l’activité pour elle-même, mais des bénéfices étendus pour l’ensemble de la communauté, Les quatre autres startups finalistes sélectionnées par le Festival de l’économie civile étaient également durables, compétitives et inclusives. . Il est également intéressant, du point de vue de la lutte contre les déchets, de noter l’entreprise déjà lancée par Bestbefore  qui aide les producteurs à réduire le gaspillage alimentaire en intervenant directement dans les chaînes de production et en reprenant tous les produits qui risquent d’être jetés. Grâce à des plateformes déjà opérationnelles, les gens peuvent acheter des produits avec des réductions allant jusqu’à 70 %, réduisant ainsi le gaspillage alimentaire et l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement devient durable, de la production à la consommation. FattorMia   est une expérience mais aussi un portail qui permet une collaboration responsable entre les citoyens, les écoles et les entreprises désireux de s’engager dans la nature et de soutenir les exploitations agricoles qui améliorent la biodiversité et préservent les traditions locales. Ummy  a abordé la question du bien-être au travail par le biais d’une application mobile et web qui préviendrait le turnover grâce à l’intelligence artificielle et identifierait les zones dysfonctionnelles au sein des processus de travail ; enfin Ticketoo  est une place de marché communautaire offrant un moyen éthique, sûr et fiable d’acheter et de vendre des billets pour des événements. de fan à fan. Il permet de résoudre un grand nombre des problèmes courants associés aux systèmes de billetterie traditionnels, en rendant le processus de billetterie plus transparent et plus équitable.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *