jeu. Avr 18th, 2024

Où en est l’Italie en ce qui concerne les indicateurs de l’économie civile, du bien-être entendu non seulement au sens financier ? Pas assez bien, c’est la réponse qui ressort du rapport présenté au Festival national de Florence et anticipé hier par Avvenire. Pour la première fois en cinq ans, le thermomètre indique une détérioration générale du bien-être et une stagnation de la générativité. Au niveau territorial, les différences entre les grandes régions du pays s’accentuent, le Sud perdant du terrain par rapport au Centre et au Nord. Moins de coopératives et de start-ups innovantes voient le jour. Les indicateurs relatifs à l’engagement civique et à la sécurité présentent également des difficultés. Dans le système de santé, la très forte inégalité de PIB entre les provinces ne se traduit pas encore, heureusement, par une inégalité proportionnelle dans les services.

En définitive, un tableau d’ombres et de lumières qui appelle les communautés à aller « au-delà des limites » (c’est le titre du Festival de cette année) avec la force d’un engagement qui est précisément générateur d’expériences orientées davantage vers le bien commun que vers le profit individuel. Dans la direction indiquée vendredi par le pape François, celle d’une économie « éclairée » attentive aux plus faibles, et par le président Sergio Mattarella dans sa récente mise en garde contre le « capitalisme du vol », les exemples positifs ne manquent pas. Et c’est sur eux que la réunion de Florence, accueillie dans le merveilleux Salone dei Cinquecento du Palazzo Vecchio, a braqué ses projecteurs hier. Parmi les thèmes abordés au cours de la journée, citons la citoyenneté active, considérée comme un moteur du développement de l’individu et des communautés, et la culture de la prévention, antidote au gaspillage des personnes et des lieux. Lors de la présentation du rapport, coordonné par le par le rédacteur en chef d’Avvenire Marco Girardo les témoignages des maires de trois petites et moyennes communes italiennes.

Avec eux le directeur de Federcasse-Bcc Sergio Gatti a rappelé que le rapport met en évidence le décalage entre les niveaux de PIB des différentes provinces et la satisfaction de la vie des résidents. Un signe que BenVivere a besoin de relations personnelles, de valeurs et de priorités qui complètent les données économétriques. Une circonstance que l’on retrouve également dans le monde bancaire : là où les Bcc sont présentes, le niveau d’inclusion financière augmente également parce que le crédit coopératif collecte l’épargne et la distribue localement, la transformant en financement pour le travail. « Les statistiques confirment que là où il y a une banque mutualiste, le niveau de vie est plus élevé », souligne M. Gatti. Pour Elena Nappi, maire de Castiglione della Pescaia (Grosseto)  l’objectif prioritaire est de garantir la durabilité et la viabilité de la ville, qui connaît une très forte pression touristique (en Toscane, elle est la troisième après Florence et Pise). Le territoire souffre beaucoup de la présence touristique qui crée sa richesse. « Pour gérer cet état de fait au bénéfice de tous, nous avons misé sur l’intégration de la mer et de la terre pour attirer les touristes même en hiver et à travers des activités de loisirs et culturelles, car le segment balnéaire est saturé. Depuis neuf ans, nous avons un brevet d’hospitalité qui sert à faire connaître notre territoire aux opérateurs, aux touristes et aux citoyens. Ensuite, il y a la protection de l’environnement. Par exemple, la campagne contre le plastique, qui recycle les bouteilles pour faire le plus grand arbre de Noël d’Italie et distribue des distributeurs d’eau potable sur tout le territoire.

Enfin, il y a l’histoire de la renaissance de la petite commune de montagne de Ostana (Cuneo)  qui, selon le maire Silvia Rovere Dans les années 1980, le village d’Alba, qui comptait autrefois 1 500 habitants, était en train de disparaître, avec cinq habitants. « Nous sommes partis des communautés pour changer le cours d’un lieu qui n’était vraiment pas un endroit où il faisait bon vivre : la vie était misérable, il n’y avait pas de services, pas de chauffage, pas de salle de bain dans la maison. Aujourd’hui, Ostana est un village vivant, avec des espaces qui permettent aux gens de réaliser leurs propres projets de vie ». Le nombre d’habitants permanents est passé à environ quatre-vingts et une école maternelle a été ouverte avec deux enfants locaux et six autres venant du fond de la vallée, symbole d’un retournement de situation : « Nous sommes dans le top 10 des villes les plus éduquées d’Italie et nous avons le deuxième revenu par habitant le plus élevé du Latium, mais il y a une désintégration et il y a encore beaucoup d’endroits abandonnés dans la région », a-t-il déclaré. Mirko Di Bernardo, premier citoyen de Grottaferrata  (Rome) -. La stratégie de reconstruction de la communauté locale repose sur la participation : nous avons 40 citoyens, que nous appelons « délégués du maire », qui nous aident en écoutant les besoins des citoyens et en communiquant nos initiatives ; ils sont les ambassadeurs du bien-vivre ». Les initiatives comprennent la création d’une zone cardio-protégée, d’un espace vert public équipé pour le sport et d’un foyer pour les femmes victimes de violence.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *