mar. Avr 23rd, 2024

L’enquête Enquête de ManpowerGroup sur les perspectives d’emploi  sur les perspectives d’emploi pour le quatrième trimestre de cette année révèle que les employeurs italiens prévoient une augmentation des embauches, avec une prévision nette d’emploi de +19%. Il s’agit du 11ème trimestre consécutif de prévisions positives. En outre, les perspectives sont en hausse par rapport au troisième trimestre 2023 (+7 %) et au quatrième trimestre 2022 (+7 %). Le secteur de l’énergie reste celui qui affiche les meilleures prévisions (+31%) et celles de l’informatique sont presque aussi bonnes (+29%). Le secteur des transports affiche également des perspectives très positives (+25%) et, de manière générale, tous les secteurs affichent des prévisions positives à deux chiffres. « Notre étude montre que les employeurs italiens prévoient un trimestre positif pour les embauches, ce qui se traduit par une augmentation de l’emploi. C’est un signe positif, après que les enquêtes des trimestres précédents aient révélé un climat d’incertitude dans certains secteurs », explique-t-il. Anna Gionfriddo, directrice générale de ManpowerGroup Italie -. . Notre rapport note également l’évolution de la culture du travail au sein des entreprises. Des sujets tels que l’amélioration des compétences par la formation et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée sont considérés comme des éléments clés de l’amélioration de la productivité des entreprises. Dans le même temps, la question de l’inclusion apparaît de plus en plus comme une priorité pour toute entreprise souhaitant élargir son vivier de talents. Les entreprises devront donc se concentrer encore davantage sur les valeurs d’entreprise, en particulier en ce qui concerne l’ESG, qui fait l’objet d’une attention croissante de la part des citoyens ». Le secteur de l’énergie confirme une année de croissance rapide avec des prévisions d’embauche de +31 %, les meilleures de tous les secteurs économiques. Les secteurs des technologies de l’information (+29%) et des transports (+25%) ne sont pas très différents. Le reste de l’économie, cependant, prévoit également des perspectives d’embauche à deux chiffres pour le dernier trimestre de l’année, allant de +17% dans l’industrie à +12% dans les biens de consommation et les services, avec, entre les deux, les télécommunications (+15%), la finance et l’immobilier (+15%), les soins de santé et les sciences de la vie (+14%). Dans les quatre macro-zones italiennes, les entrepreneurs prévoient d’augmenter leurs effectifs au cours du quatrième trimestre. Les prévisions des deux macro-zones septentrionales sont nettement positives : le nord-ouest est en tête avec +24%, juste derrière le nord-est (+21%). Cependant, les prévisions des entreprises situées dans les régions du centre et du sud sont également bonnes : +14% pour les perspectives enregistrées dans le centre de l’Italie et +13% pour celles du sud et des îles. Une part importante des nouveaux emplois du prochain trimestre proviendra des grandes entreprises : les organisations de plus de 250 personnes prévoient des perspectives d’embauche de +29%. Néanmoins, les prévisions enregistrées par les moyennes entreprises de 50 à 249 personnes (+18%), les petites entreprises de 10 à 49 employés (+14%) et les « micro » entreprises de moins de 10 travailleurs (+13%) sont également très bonnes. Outre les questions habituelles sur les perspectives d’embauche, le rapport pour le quatrième trimestre de l’année s’est penché sur d’autres aspects du monde du travail, tels que les moyens d’améliorer la productivité au sein de l’entreprise et les qualités recherchées par les entreprises chez les candidats. Concrètement, en ce qui concerne l’amélioration de la productivité dans l’entreprise, 39% des entreprises estiment qu’il est nécessaire d’intervenir dans le développement professionnel des personnes par des formations et des remises à niveau. Pour 35 % d’entre elles, il est utile d’améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, tandis que 29 % misent sur une culture du travail positive qui inclut des primes de production. En outre, 29 % des organisations soutiennent l’importance de donner des objectifs clairs, tandis que 25 % croient en la collaboration interpersonnelle entre les personnes. L’enquête a ensuite porté sur les compétences non techniques que les entreprises recherchent chez les personnes et les candidats. 38 % des entreprises ont déclaré qu’en plus des compétences techniques nécessaires, elles considèrent qu’il est important que les nouvelles recrues fassent preuve de fiabilité et de responsabilité dans l’accomplissement de leurs tâches. 36 % exigent la capacité de penser et de résoudre des problèmes de manière indépendante, 35 % l’aptitude à travailler en équipe, 26 % la curiosité et la volonté d’apprendre, et 21 % la résistance au stress et la capacité d’adaptation. Un changement dans la manière dont les entreprises recherchent de nouveaux collaborateurs a également été constaté, compte tenu de la pénurie de talents et des possibilités croissantes offertes par la formation en entreprise. À la question « quels types de candidats avez-vous été le plus enclin à embaucher au cours des 12 derniers mois pour pallier la pénurie de talents« 21% des employeurs ont en effet déclaré qu’ils étaient plus disposés que par le passé à embaucher des candidats qui ne possédaient pas toutes les compétences requises pour le poste, persuadés qu’ils seraient en mesure de les former une fois qu’ils seraient en poste.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *