mer. Mai 22nd, 2024

La Commission européenne  réduit ses estimations de croissance du PIB pour 2023. Les derniers chiffres ne sont pas très encourageants et, par rapport aux prévisions du printemps, il s’agit d’une révision à la baisse marquée et généralisée. La croissance de la zone euro s’arrêtera à 0,8%.  (contre 1,1 % dans les prévisions de printemps) et à 1,3 % en 2024  (de +1,6 %). Le PIB de l’Italie en 2023 augmentera de 0,9%.  (à partir de +1,2%) et de 0,8 % supplémentaires en 2024  (à partir de +1,1 %). L’exécutif européen parle de d’un « ralentissement de la croissance » au premier semestre de l’année.  L’inflation devrait atteindre 5,6 % dans la zone euro en 2023 (contre 5,8 %) et 2,9 % en 2024 (contre 2,8 %). En Italie, elle devrait atteindre 5,9 % et 2,9 % cette année et l’année prochaine.  

L’une des plus mauvaises données concerne l’Allemagne avec un PIB en baisse de 0,4 %.  cette année et en hausse de 1,1 % l’année prochaine. Il s’agit d’une réduction de 0,6 point de pourcentage alors que les prévisions de printemps tablaient sur une croissance de 0,2 % en 2023 et de 1,4 % en 2024. La croissance la plus forte se situe en Espagne avec 2,2 % (+1,9 % en 2024), et en France avec 1 % (+1,2 % en 2024). « La faiblesse de la demande intérieure, en particulier de la consommation, montre que les prix à la consommation élevés et toujours en hausse pour la plupart des biens et des services pèsent plus lourd que prévu dans les prévisions de printemps », déclare la Commission européenne en révisant les attentes à la baisse. « Dans l’ensemble, le ralentissement de la croissance dans l’UE devrait se prolonger jusqu’en 2024, et l’impact de la politique monétaire restrictive devrait continuer à freiner l’activité économique. » Jeudi, la BCE devra décider si elle relève à nouveau ses taux ou si elle marque une nouvelle pause, compte tenu également des données de croissance décevantes.

En 2024, la Commission européenne s’attend donc à « une légère reprise de la croissance, car l’inflation continue de baisser, le marché du travail reste robuste et les revenus réels se redressent progressivement ». Les indicateurs indiquent « un ralentissement de l’activité économique au cours de l’été et des mois à venir, avec une faiblesse persistante dans l’industrie et un affaiblissement de la dynamique dans les services, malgré une forte saison touristique dans de nombreuses régions d’Europe ». L’économie mondiale s’est comportée un peu mieux que prévu au premier semestre de l’année, malgré les faibles performances de la Chine. Toutefois, les perspectives de croissance et de commerce mondial restent inchangées par rapport au printemps, ce qui signifie que l’économie de l’UE ne peut pas compter sur un soutien important de la demande extérieure.

« L’hétérogénéité entre les États membres reste élevée en termes de croissance, » a souligné Commissaire européen à l’économie Paolo Gentiloni  a présenté les prévisions économiques actualisées de l’exécutif européen. « En Allemagne, le PIB du premier semestre a été nettement plus faible que prévu, a-t-il expliqué, la baisse des salaires réels a pesé sur la consommation, tandis que la demande extérieure a entraîné un ralentissement des exportations. En France, l’activité économique s’est fortement redressée au deuxième trimestre de cette année, principalement grâce aux exportations nettes, alors que la demande intérieure est restée faible.

Le ralentissement de la croissance « n’est pas particulièrement italien mais concerne plusieurs pays et je suis convaincu que l’économie italienne, comme elle l’a montré à maintes reprises, peut réagir positivement », a ajouté M. Gentiloni. Les prévisions pour l’Italie « sont en ligne avec la zone euro et l’UE » et liées, entre autres, à la « baisse de la demande intérieure » et aux « difficultés de l’industrie ». Surtout, le resserrement monétaire, qui « a un rôle particulier à jouer dans un pays où une grande partie des investissements dans l’économie dépend du financement bancaire, relativement plus que dans les autres pays européens ». La croissance au deuxième trimestre a surpris à la baisse avec une contraction de 0,4 %, due à la chute de la demande intérieure.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *