jeu. Avr 18th, 2024

Les accidents du travail sont encore trop nombreux en Italie. Le dernier en date est celui qui s’est produit peu avant minuit dans la région de Turin, faisant cinq morts et deux blessés. Les rapports d’accidents présentés à laInail  au mois de juin étaient de 296 665, en baisse par rapport aux 382 288 des six premiers mois de 2022 (-22,4 %), en hausse par rapport aux 266 804 de 2021 (+11,2 %) et aux 244 896 de 2020 (+21,1 %), et en baisse par rapport aux 323 831 de 2019 (-8,4 %). Au niveau national, les données collectées au 30 juin de chaque année montrent une diminution des cas survenus à l’occasion du travail au premier semestre 2023, par rapport à la même période en 2022, passant de 340 784 en 2022 à 252 675 en 2023 (-25,9 %), tandis que les cas survenus à l’occasion du travail au premier semestre 2023 sont en baisse. à itinerec’est-à-dire survenant à l’aller et au retour entre le domicile et le lieu de travail, a connu une augmentation de 6 %, passant de 41 504 à 43 990. 450 accidents du travail mortels ont été déclarés, soit 13 de moins que les 463 déclarés en janvier-juin 2022. 88 de moins qu’en 2021, 120 de moins qu’en 2020 et 32 de moins qu’en 2019.En juin dernier, le nombre d’accidents du travail déclarés était de -27,6 % dans l’Industrie et les services (de 313 474 cas en 2022 à 226 964 en 2023), de -1,1 % dans l’Agriculture (de 12 612 à 12 471) et de +1,8 % dans le Compte de l’État (de 56 202 à 57 230). Des baisses des accidents du travail ont été observées dans presque tous les secteurs de production, en particulier dans la santé et l’action sociale (-73,1%), l’administration publique, qui comprend les activités des organismes de santé – Asl – et des administrateurs régionaux, provinciaux et municipaux (-63,2%), et les transports et l’entreposage (-55,2%). Certains secteurs manufacturiers ont contrarié la tendance, tels que les boissons (+17,4%), l’habillement (+8,7%) et les produits chimiques (+2,2%). L’analyse territoriale montre une baisse du nombre de déclarations d’accidents dans toutes les régions du pays : la plus importante dans les îles (-29,2%), suivies du sud (-28,7%), du nord-ouest (-25,6%), du centre (-22,1%) et du nord-est (-14,3%). Les régions enregistrant les plus fortes baisses en pourcentage sont la Campania, la Liguria, le Molise et l’Abruzzo. La diminution qui ressort de la comparaison entre les premiers semestres 2022 et 2023 est liée à la fois à la composante féminine, qui enregistre une baisse de 35,6% (de 165 055 à 106 305 cas déclarés), et à la composante masculine, qui affiche une baisse de 12,4% (de 217 233 à 190 360). La baisse a touché à la fois les travailleurs italiens (-25,4 %), les travailleurs de l’UE (-18,9 %) et ceux des pays tiers (-3,1 %). Une analyse par groupe d’âge montre des baisses dans tous les groupes, à l’exception des moins de 20 ans (+13,1%). Dans le même temps, lesa canicule effraie de plus en plus ceux qui sont obligés de passer plusieurs heures à l’extérieur pendant les heures les plus chaudes de la journée en été. En Italie, il y a malheureusement déjà eu plusieurs cas de travailleurs décédés à cause des températures élevées. Plusieurs études confirment aujourd’hui le risque accru d’accidents du travail lorsque la chaleur devient difficile à supporter. Les principales causes d’accidents sont la fatigue et le manque de concentration dus à la chaleur, et parmi les groupes les plus exposés figurent les personnes travaillant à l’extérieur, telles que les jardiniers, les ouvriers du bâtiment et les personnes chargées de l’entretien des routes.  

La formation nécessaire pour prévenir 

Plus de 19 millions d’euros de contributions ont été accordés en 2019/2023 par FondItalia (Fondo Formazione Italia) pour soutenir les cours obligatoires en entreprise. sur la santé et la sécurité sur le lieu de travail. Les contributions qui ont touché un public de plus de 60 000 travailleurs et près de 6 000 entreprises. Parmi celles-ci, près de 3 000 sont des micro-entreprises (jusqu’à neuf employés), un peu plus de 2 000 petites entreprises (de dix à 50 employés) et des entreprises de taille moyenne. 634 grandes entreprises de plus de 50 salariés. La région italienne où l’on a le plus investi dans la formation sur le sujet est la suivante Lombardie (plus de quatre millions d’euros sur la période de cinq ans), où près de 20 000 travailleurs ont participé aux cours de formation ex-législative pour un total de 2 000 entreprises. La deuxième place de ce classement spécial est occupée par les Pouilles, avec près de 3,5 millions d’euros pour les projets financés. et 557 entreprises participantes avec un total de 8 500 travailleurs. Lazio avec 277 entreprises et près de 5 000 travailleurs.  Les secteurs de production qui ont exprimé le plus grand besoin de ressources pour la formation obligatoire sont l’industrie manufacturière (près de cinq millions d’euros pour environ 1 500 entreprises et un peu moins de 13 000 salariés), le commerce de gros et de détail (plus de trois millions d’euros de contributions pour plus de 2 000 salariés) et le commerce de détail (plus de trois millions d’euros de contributions pour plus de 2 000 salariés). mille entreprises et plus de 10 000 travailleurs) et Santé et travail social (près de deux millions de cotisations pour 270 entreprises et plus de 7 000 travailleurs). Le système entrepreneurial italien s’est montré très attentif à la formation obligatoire en matière de santé et de sécurité sur le lieu de travail. Egidio Sangue,  vice-président et directeur de FondItalia – notre pays paie encore un prix excessivement dramatique en termes d’accidents et de décès sur le lieu de travail. Certes, la loi 81 de 2008 a apporté quelques avantages, mais nous devons tous en faire plus. Je pense à la formation continue, qui est actuellement obligatoire tous les cinq ans, mais qui devrait être plus stricte. Ou aux écoles, où nous devrions commencer à parler de la sécurité et de la santé sur le lieu de travail, en accordant une attention particulière à l’avenir de nos jeunes ; ou aux travailleurs étrangers, qui rencontrent souvent des difficultés de compréhension de la langue et auxquels nous devons nécessairement accorder une « attention différente ». Pour Francesco Franco,  président de FondItalia, « la formation obligatoire en matière de santé et de sécurité sur le lieu de travail est une pierre angulaire de la législation italienne qui facilite, améliore et rend plus sûre la vie professionnelle des travailleurs. Pour tout cela, nous, à FondItalia recommande d’accompagner les cours de formation continue plus ciblés et spécifiques afin de rendre les travailleurs italiens encore plus préparés et compétents ». Alors que le cavec la publication en Journal officiel Dans le cadre de l’avis de financement public Isi 2022, l’Inail renouvelle son soutien aux entreprises qui choisissent d’investir dans la prévention, en mettant à disposition plus de 333 millions d’euros d’incitations non remboursables pour la mise en œuvre de projets visant à améliorer la santé et la sécurité sur le lieu de travail. d’une entreprise (axe 5.2). Les bénéficiaires du financement sont des entreprises, y compris des entreprises individuelles, enregistrées auprès de la Chambre de commerce, d’industrie, d’artisanat et d’agriculture. Les organisations du secteur tertiaire peuvent également accéder aux fonds de l’axe 2 pour la réduction des risques liés à la manutention manuelle de charges. Chaque entreprise ne peut présenter qu’une seule demande, pour un seul axe de financement et pour un seul type de projet. Pour chaque projet admis, l’apport en capital d’Inail peut couvrir jusqu’à 65 % des dépenses encourues avec un maximum de 130 000 euros, sur la base des paramètres et des montants minimum et maximum spécifiés dans l’appel à propositions pour chaque axe d’intervention.

Le décalogue pour une culture de la sécurité au travail 

Le problème de la sécurité au travail doit être abordé à la racine en visant la diffusion d’une éducation et d’une culture qui visent un lieu de travail sûr. C’est pourquoi, selon leconseiller et coach en HSE Tommaso Barone,  quels sont les conseils pour pour accroître la diffusion de la culture de la sécurité  dans l’entreprise et au-delà :

L’éducation à la sécurité au travail doit commencer dans la famille et à l’école. Elle doit faire partie de l’éducation des enfants et des jeunes afin de devenir une culture commune ;

Insister sur le concept de Respecter ceux qui vous entourent . Au bureau, à la maison, dans la rue, le respect est toujours indispensable ;

Informez-vous et adoptez les Règlement relatif à la sécurité de l’État en commençant par le décret 81 de 2008, car leur application résoudrait la plupart des problèmes à la source ;

La la sécurité n’est pas une contrainte mais un objectif à atteindre pour le bien-être psychophysique des travailleurs et pour un environnement de travail de qualité ;

Les préoccupations des travailleurs doivent toujours être écoutées afin de intervenir rapidement  en cas de besoin ;

L’employeur a le devoir d’assurer la sécurité des travailleurs, tout comme les travailleurs doivent veiller à la sécurité de leur propre personnel. collègues ; 

Faire jeu d’équipe  en sachant qu’un environnement de travail sûr profite à tous ;

Se rappelant que la mauvaise action d’un individu  peut également avoir des conséquences pour d’autres collègues ;

Dans le secteur privé comme dans le secteur public, tout le monde, sans exception, est impliqué dans la prévention et le respect des règles de sécurité ;

La sécurité sur le lieu de travail implique une mode de vie  et une alimentation saine et équilibrée.

Autres initiatives 

Le ministère du Travail et des Affaires sociales a  a annoncé que 983 inspecteurs techniques, lauréats de concours, ont rejoint l’Inspection Nationale du Travail et ont pris leurs fonctions dans les premiers jours de juillet.  Ils ont été rejoints par 42 inspecteurs du travail. Lors de la présentation du suivi de l’activité de contrôle de l’INL, il est apparu que les contrôles du premier trimestre 2023 ont progressé de 8 % par rapport à la même période de 2022, tandis que les estimations pour les six premiers mois de cette année font état d’une augmentation de 26,3 %. La capacité de l’INL à intercepter les irrégularités en matière de sécurité s’est également accrue : grâce à l’ renseignement avec laquelle les contrôles sont ciblés sur les situations potentiellement les plus à risque, les contrôles de ces premiers mois de 2023 ont constaté des irrégularités dans 86% des cas (+3% par rapport à 2022).

Lancement de la 2e édition du concours de bonnes pratiques sur les chantiers temporaires ou mobiles. L’initiative, née de la collaboration entre Inail et le Groupe technique interrégional pour la santé et la sécurité au travail, en collaboration avec le Conseil national des ingénieurs,  s’adresse aux entreprises, aux professionnels et aux organismes publics. La procédure en ligne pour participer à la sélection sera active à partir de 5 septembre au 5 décembre sur le site web d’Inail. 

Le recul progressif de l’âge de la retraite entraîne un vieillissement de la population active. Les troubles musculo-squelettiques affectent trois travailleurs sur cinq et figurent parmi les technopathologies les plus répandues et les plus communes en Europe. Selon les données les plus récentes de l’INAIL, près de la moitié des cas d’accidents survenus en Vénétie en 2022 concernaient la tranche d’âge des 40-59 ans. En Europe, selon l’enquête Share (Survey of Heath Aging and Retirement in Europe), plus de 30 % des travailleurs âgés de 50 à 64 ans présentent au moins une limitation de la mobilité, de la fonction des membres supérieurs ou de l’exécution de mouvements fins. « C’est pourquoi nous avons pensé au projet Capacité de travail et vieillissementEn effet, ces pathologies compromettent également les activités non traditionnelles, telles que les performances dans les domaines de la santé et de l’éducation. le travail intelligent, dans lequel de nombreux travailleurs sont encore engagés », déclare le directeur général de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (ESA). Fòrema  Matteo Sinigaglia -.  Dans une logique de protection globale et intégrée de la santé des individus et considérant que les travailleurs passent une partie importante de leur vie sur leur lieu de travail, les employeurs peuvent promouvoir des actions visant à améliorer les modes de vie de leurs employés, notamment en facilitant la pratique d’activités physiques ». Pour plus d’informations : www.forema.it .

La Région Toscane  rejoint la Charte d’Urbino un document d’intention visant à promouvoir le bien-être des travailleurs sur le lieu de travail. « Outre l’adhésion aux principes énoncés dans la Charte, nous voulons également donner des exemples concrets de bonnes pratiques et de stratégies réelles et efficaces pour la prévention des accidents du travail. C’est pourquoi le gouvernement régional a également approuvé un appel d’offres pour la recherche, la diffusion et la valorisation des compétences, des expériences et des bonnes pratiques technico-organisationnelles et procédurales en faveur de la santé et de la sécurité des travailleurs. Un logo sera créé, identifiant les entreprises les plus vertueuses en la matière, et une archive de stratégies, d’actions et de choix d’entreprises sur ce thème sera créée et mise en œuvre. Il est dans l’intérêt de tous de développer la culture de la sécurité et de la prévention des risques sur le lieu de travail », souligne le conseiller régional pour le droit à la santé. Simone Bezzini . Les bonnes pratiques et les entreprises qui ont contribué à améliorer la culture de la sécurité sur le lieu de travail seront récompensées, en distinguant les catégories en fonction de la taille de l’entreprise. Les micro, petites, moyennes et grandes entreprises ayant au moins un bureau opérationnel en Toscane pourront participer. L’efficacité du projet en termes de prévention, l’exportabilité des bonnes pratiques, la faisabilité technique et économique, la présence d’initiatives de formation ou d’information et l’investissement dans des mises à jour technologiques visant à améliorer la sécurité seront évalués. Les lauréats recevront une plaque de mérite et auront la possibilité d’utiliser le logo d’identification dans leur documentation et sur leur site web.

Enfin, grâce à un projet de recherche promu par l’Inail et l’Institut Tecip de la Scuola Superiore Sant’Anna de Pise, en collaboration avec les Régions et les Autorités du Système Portuaire. Les problèmes liés à la sécurité au travail dans les zones portuaires de Trieste, Venise, Ravenne, Ancône, Bari, Tarente, Civitavecchia, Livourne et Piombino ont été étudiés en profondeur, avec le développement de neuf plans de prévention ciblés. Une formation complémentaire en fonction du public cible a été dispensée à plus de 1 300 opérateurs et 120 entreprises portuaires, ainsi qu’à des entreprises de pêche (armateurs) et de services d’amarrage.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *