lun. Mai 20th, 2024

« Certaines choses semblent impossibles, jusqu’à ce qu’elles deviennent historiques… ». Dans la légende, laAlfa 33 Stradale  il existe déjà, une icône des années 60 produite en seulement 18 exemplaires, une voiture considérée comme l’une des plus fascinantes de tous les temps et dérivée directement de la Tipo 33, protagoniste du sport automobile mondial. Dès sa naissance en 1967, avec une présentation en avant-première à Monza puis au Salon de Turin, la 33 Stradale s’est révélée être une voiture de sport. la voiture de sport la plus belle et la plus chère du marché Elle se vend à près de 10 millions de lires (une 500 pouvait être achetée cette année-là pour 505 000 lires) contre 6-7 millions pour ses concurrentes plus prestigieuses.

Un mythe, une icône qui est reproposée aujourd’hui dans une tonalité plus futuriste que moderne, elle réinterprète le passé et lui rend hommage, mais ouvre le chapitre « d’une nouvelle histoire pour la marque Alfa Romeo » comme l’a dit avec transport et passion Jean Philippe Imparato (administrateur délégué de la marque Alfa Romeo). Une voiture pour « quelques privilégiés », non seulement en raison de son prix officieux (on parle d’une fourchette de plus d’un million d’euros, entre 1,5 et 2,0 millions, un coût lié aux options de personnalisation), mais aussi parce qu’elle est fabriquée à seulement 33 unités. «  Pas une de plus », a précisé Imparato, à l’exception de celle destinée à rester la propriété de la marque pour être exposée au Musée historique Alfa Romeo comme témoignage de la création d’une véritable « œuvre d’art », un symbole de beauté pure. Soit 33 voitures seulement, toutes déjà réservées et vendues en sept semaines seulement.

AAlfa Romeo  à l’esthétique extraordinaire, aussi grinçante qu’extrêmement raffinée en termes de style et de technologie : « Avec la nouvelle Alfa 33 Stradale, nous avons voulu créer un modèle à la hauteur de notre grand passé, une voiture spéciale dont le monde des Alfistes puisse être fier ». Une ingéniosité aux retombées importantes et particulières, comme l’intuition d’Imparato lui-même qui a constitué une équipe de super-professionnels unis par la compétence, la passion et la rigueur, réunis dans ce qu’il a appelé la « Bottega », créée pour développer et réaliser le projet et inspirée par la grande école italienne des carrossiers-stylistes et des ateliers de production : la « Bottega » a trouvé sa lumière et son espace dans la Salle du Conseil de l’Hôtel de Ville, où elle a été construite. Musée Arese  où le projet de 1967 a été approuvé. La qualité est une obsession pour moi et en Italie, le talent est reconnu partout, même aux États-Unis. Passée à la production, la 33 Stradale est fabriquée ici. Première livraison le 17 décembre 2024 puis un rythme de 2-3 par mois. Cela aura un impact positif et augmentera la valeur de la marque », a ajouté M. Imparato.

Innovation et haute technologie  (avec des solutions déjà éprouvées sur la Maserati MC20), le style et les performances, l’unicité des aménagements selon les souhaits des clients et les détails qui différencient les différents modèles, l’artisanat (en collaboration avec la Carrozzeria Touring Superleggera) : au final, il n’y aura pas deux modèles identiques. Quatre livrées exclusives (Alfa Rosso classique pastel, Blu Reale, Rosso raffiné ‘Villa d’Este’ et un hommage graphique rouge et blanc à la légendaire voiture de course Tipo 33), différentes finitions en fibre de carbone, différents logos (choix entre Quadrifoglio et Autodelta), des plaques et des gravures spécifiques pour signer chaque modèle. Deux styles d’intérieur distincts, ‘Tributo’ avec cuir et aluminium et ‘Alfa Corse’ avec fibre de carbone et matériau Alcantara sophistiqué, tous deux avec différentes combinaisons de couleurs, de graphismes et de finitions de caractère. Direction orientée, volant compact sportif et épuré, combiné d’instruments télescopique, touches d’instruments mécaniques.

Le choix se porte sur l’alimentation électrique :  « Vingt-neuf des 33 clients sont venus ici pour le lancement, pour voir la voiture en direct, certains ont changé la configuration, même sur l’unité d’alimentation », a déclaré Imparato sans entrer dans les détails de la préférence, qu’elle passe de l’électrique au thermique ou vice versa. Sous le capot, des solutions très élaborées, dont la suspension à double bras avec amortisseurs actifs, le moteur longitudinal, évolution du V6, biturbo de 3,0 litres et plus de 620 ch, la boîte de vitesses américaine Tremec, la propulsion arrière, le différentiel à glissement limité électronique. En configuration électrique (BEV), puissance supérieure à 750 ch et autonomie de 450 km. Puissance et sportivité : vitesse de 333 km/h, 0 à 100 km/h en 3″ (électrique 2″5), freinage de 100 à 0 km/h en moins de 33 mètres (freins carbocéramiques ventilés). A l’avant, un système permet de rehausser le nez de 5 cm. Un petit bijou : le calibrage final par le pilote de F1 Bottas. Un modèle « sur mesure » qui récompense « le courage de rêver »,  slogan adopté pour le lancement de la voiture, mais comme mentionné, il ouvre la porte à l’avenir d’une nouvelle Alfa Romeo. Une histoire qui, pour le public « normal », saluera bientôt l’arrivée d’un petit SUV et attendra de nouveaux modèles.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *