mer. Mai 22nd, 2024

Milan L’étude la plus citée après l’approbation surprise par le gouvernement de la taxe sur les bénéfices supplémentaires des banques provient du bureau d’étude de la Fondation Fiba, qui depuis des années, pour le syndicat First Cisl, à chaque tour trimestriel, analyse l’évolution des comptes des établissements de crédit et met en évidence le rôle central des employés dans le succès des banques. L’analyse publiée le 7 août montre qu’au cours des six premiers mois de l’année, les cinq plus grandes banques italiennes ont gagné un total de 17,8 milliards d’euros d’intérêts nets, soit près de 58 % de plus qu’il y a un an. Une augmentation objectivement impressionnante.

Riccardo Colombani, secrétaire général de la First Cisl, mais cette taxe est-elle à votre avis une bonne ou une mauvaise chose ? 

Je ne pense pas qu’il soit utile d’exprimer des jugements divergents de nature éthique. L’Association bancaire italienne (Abi) semble vouloir négocier pour réduire le montant, le rendre déductible et modifier, je crois, les critères d’application de l’impôt extraordinaire qui concerne toutes les banques, et pas seulement les plus grandes, comme cela s’est produit en Espagne. La règle devra être soigneusement formulée pour éviter les litiges. Je pense, par exemple, aux groupes bancaires qui ont réalisé des opérations de fusion d’entreprises en 2022 ou 2023.

Mais la taxe frappe-t-elle vraiment une marge « injuste », comme l’a dit le Premier ministre ? 

La taxe frappe un poste du compte de résultat, la marge d’intérêt, qui a beaucoup augmenté l’année dernière, en raison de l’augmentation du taux d’intérêt. écart entre les taux d’intérêt débiteurs et les taux d’intérêt créditeurs. Cependant, il ne faut pas oublier que la hausse des taux d’intérêt sur les obligations d’Etat a également contribué à l’augmentation de la marge. Mais il est certain que les banques ont profité de la hausse des taux de la Banque centrale européenne pour gagner plus d’argent en augmentant les taux d’intérêt débiteurs et en laissant les taux d’intérêt débiteurs à vue à zéro, afin de s’assurer plus de dividendes et de faire des bénéfices. rachats par lesquels elles rachètent leurs propres titres au profit des actionnaires.

Les politiciens sont retournés vers les banques pour redistribuer les bénéfices. Au vu des batailles menées par la First Cisl au fil des ans, ils devraient être satisfaits. 

La destination des recettes reste à définir, ce sont les détails qui feront la différence. L’évaluation ne sera possible qu’après la conversion en loi. Ces dernières années, la politique s’est intéressée aux banques pour faire des réformes que je qualifierais de controversées pour le moins, pour gérer des crises, et maintenant pour une augmentation des recettes fiscales avec une mesure ponctuelle. Il faut faire plus et surtout mieux.

Que faudrait-il faire ? 

Les banques territoriales doivent être soutenues et encouragées de manière adéquate, compte tenu des charges plus importantes liées à l’exécution d’un service physique de proximité, nécessaire pour ceux qui n’ont pas la capacité d’utiliser les canaux numériques. Ensuite, une législation articulée et organique est indispensable pour inciter les banques à exercer pleinement leur rôle social pour la protection et la valorisation efficaces de l’épargne et l’exercice du crédit. Les banques doivent être un moteur puissant pour assurer un développement économique fort et durable dans un cadre social réellement inclusif. Les mesures conjoncturelles, en revanche, alimentent l’incertitude et risquent d’avoir des effets négatifs sur le pays. Il existe un risque réel d’augmentation des frais facturés aux clients et de recherche de commissions plus élevées pour les services d’investissement, par le biais d’une pression commerciale accrue, avec des répercussions négatives sur la qualité réelle du service. En outre, les groupes bancaires qui en ont la possibilité pourront revoir leurs activités au détriment de l’Italie.

La taxe est intervenue au tout début des négociations sur le renouvellement du contrat national des banquiers. Y aura-t-il des répercussions sur les négociations ? 

La productivité du travail est très élevée et nous devons protéger le pouvoir d’achat des travailleurs. Il s’agit d’une taxe extraordinaire qui sera épuisée avec le paiement d’ici juin 2024. L’affectation des recettes doit aller à ceux qui en ont le plus besoin. Il serait absurde que les travailleurs soient pénalisés, alors que les actionnaires et les dirigeants ont les poches pleines.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *