ven. Sep 29th, 2023

C’est un été torride en NBA, caractérisé par les télénovelas de Lillard et Harden – et les nombreuses signatures qui ont animé la free agency et changé le visage de plusieurs équipes.

LES DEUX SUPERSTARS MÉCONTENTES. Une star mécontente et impatiente qui demande à être échangée est désormais un « must » pour le marché de la NBA, et cet été, le film se répète, doublant même le nombre d’acteurs principaux : Damian Lillard et James Harden. Les meneurs de jeu de Portland et Philadelphie ont demandé à être transférés à leurs franchises respectives, en indiquant dans les Heat et les Clippers leurs destinations préférées. Cependant, les équipes de Floride et de Californie ne semblent pas avoir de packages disponibles pour répondre aux demandes des joueurs. Blazers et Sixersdevant donc se mettre à la recherche d’une troisième équipe qui pourrait les aider à mener à bien les négociations. Si les Blazers se sont déjà protégés (en cas d’adieux des Lillard) avec le choix de Scoot Henderson le soir du repêchage, on ne peut pas en dire autant des 76ers. Daryl Morey, directeur général de Philadelphiea dans son effectif le possible remplaçant naturel de James Harden (Tyrese Maxey)L’équipe des Houston Rockets est en train de s’agrandir, mais elle devra essayer d’obtenir une autre star – ou au moins deux joueurs de rôle de haut niveau – pour flanquer une équipe d’élite à l’intérieur de l’équipe. Joel Embiid qui ne semble plus convaincu de son avenir dans la ville de l’amour fraternel. Avec l’été qui avance et les camps d’entraînement qui se rapprochent, une solution devra être trouvée rapidement, tant pour les Lillard et Harden.

ÉTOILES DÉJÀ ÉCHANGÉES. Pour deux étoiles qui attendent encore d’être échangées, il y en a d’autres qui sont déjà passées à autre chose : Bradley Beal, Kristaps Porzingis et Chris Paul. Le désormais ancien joueur clé de l’équipe Washington Wizards a appelé son départ de la capitale en direction de Arizonapour former un nouveau trio avec Durant et Booker (à laquelle nous ajoutons également Ayton) dans Phoenix. Pour s’attacher les services de Beal, les Suns ont dû « seulement » accepter Chris Paul, Landry Shamet, cinq choix du deuxième tour et quatre échanges de choix. Il n’a même pas eu le temps de se rendre à Washington que CP3 a été immédiatement transféré des Wizards aux Golden State Warriors, dans le cadre d’un échange qui a vu Jordan Poole et Patrick Baldwin Jr. faire leurs adieux à la région de la baie. Porzingis aux Celtics. Du long letton au nouveau Will Dawkins, GM des Wizardsa tiré le bleu Danilo Gallinari et Mike Muscala de Bostonà laquelle a été ajoutée Tyus Jones de Memphisdans un échange à trois équipes qui a vu Marcus Smart quitte les Verts après neuf saisons pour porter le maillot de l’équipe de France. Grizzlies.

Lire aussi:  LBA - Olimpia Milano, sixième scudetto pour Ettore Messina en Italie

LES PROTAGONISTES. NBA free agency est toujours un événement particulier qui permet à certaines équipes de modifier leur position au sein de la ligue grâce à l’espace salarial disponible. Cette année, les grands protagonistes ont été les Houston Rocketsqui, après avoir embauché Ime Udoka en tant que nouvel entraîneur principal, ont investi le plus grand nombre d’employés de l’équipe dans la formation de l’équipe. 80 millions d’euros d’espace libre. Le Texas a donc obtenu Fred Van Vleet (130 millions sur trois ans), Dillon Brooks (80 millions sur quatre ans), Jock Landale (24 millions sur quatre ans) et Jeff Green (16 millions sur deux ans).. Avec ces signatures et le choix de Amen Thompson Le soir de la draft, les Rockets se préparent à disputer à nouveau la post-saison, aspirant à une place en play-in à l’Ouest. Parmi les autres vedettes de la free agency, on trouve les Phoenix Suns et les Los Angeles Lakers. Les premiers ont renforcé un effectif peu étoffé avec l’arrivée de Eric Gordon, Yuta Watanabe, Keita Bates-Diop, Drew Eubanks et Chimezie Metu, ainsi que le retour de Damion Lee.. I Lakers ont au contraire confirmé avec deux nouveaux contrats les deux Rui Hachimura et Austin Raeves, grands protagonistes de la dernière série de playoffs de la yellow-viola et ont amené dans la cour de LBJ un trio composé de Gabe Vincent, Jaxson Hayes et Cam Reddish.

LES GAGNANTS ET LES PERDANTS. Comme c’est souvent le cas en raison de l’augmentation du plafond salarial, les vrais gagnants de la free agency sont les joueurs, qui parviennent à décrocher de meilleurs contrats que par le passé. Un exemple parmi d’autres Van Vleet, mais aussi Desmond Bane et Jerami Grant. peuvent se targuer de renouvellements de contrats tout sauf mauvais (207 millions sur 5 ans pour le joueur des Grizzlies et 160 pour celui des Blazers). Un autre gagnant de cette free agency est sans aucun doute Draymond Greenqui, malgré les rumeurs qui ont couru tout au long de la saison sur son possible transfert aux Lakers, a renouvelé son contrat pour quatre années supplémentaires, pour un total de 100 millions, avec les Golden State Warriors, voyant également Poole, avec qui il s’était disputé au début de la saison, faire ses valises et partir à Washington. Ils peuvent aussi se réjouir Jaylen Brown et Anthony Davis qui, avec les prolongations de contrat signées, gagneront plus de 60 millions par an. Ils poussent un soupir de soulagement Les Dallas Mavericks qui ont vu Kyrie Irving rester au Texas en prolongeant son contrat avec la franchise de Mark Cubanau lieu de lui dire merci et au revoir, la laissant en plan. Pour conclure le palmarès, impossible de ne pas mentionner les San Antonio Spurs, qui, avec le premier choix de la draft (devenu par la suite Victor Wembanyama), ont fait le bingo pour la troisième fois de leur histoire. Ceux qui sourient le moins sont plutôt les Denver Nuggets et les Toronto Raptors. Les champions en titre ont perdu Bruce Brown (qui a signé un contrat de 52 millions de dollars sur deux ans avec les Indiana Pacers), tandis que les Canadiens sont toujours dans l’incertitude, avec Masai Ujiri incapables de prendre leur courage à deux mains et de refonder la franchise sur les Scottie Barnes, cédant O.G. Anounoby et Pascal Siakam.

Lire aussi:  LBA OFFICIEL - Disqualification judiciaire pour Milan, un match pour Teodosic et Hackett : tous remplacés en amende

DE L’EUROLEAGUE A LA NBA. Parmi les nombreux mouvements de la free agency il faut aussi signaler le saut d’Europe aux Etats-Unis des deux derniers MVP de l’Euroleague, à savoir Vasilije Micic et Sasha Vezenkov. Le Serbe a mis fin à une telenovela qui se répétait chaque été en signant un contrat de trois ans et 23,5 millions de dollars avec l’Olympique de Marseille. Oklahoma City Thunderqui avait acquis ses droits en 2020 auprès du Philadelphie 76ers (équipe qui l’a repêché avec le 52e choix en 2014), tandis que le Bulgare (choisi en 2017 avec le 52e choix par les Brooklyn Nets) a atterri chez les Sacramento Kings avec un contrat de trois ans d’une valeur totale de 20 millions de dollars. Les Californiens, véritable surprise de la saison dernière, avec la signature d’un contrat de trois ans d’une valeur totale de 20 millions de dollars. de l’ancien joueur de l’Olympiacos veut ajouter du danger depuis le périmètre grâce à un taux de 40% de réussite à trois points lors de la dernière campagne d’Euroleague. I Tonnerre Au lieu de cela, ils placeront Micic à la tête du deuxième quintet, l’utilisant à la fois comme créateur principal et pour ses coéquipiers, une pièce manquante la saison dernière pour un jeune OKC qui est passé à deux doigts des playoffs.

AGENTS LIBRES ENCORE DISPONIBLES. Les meilleurs ont désormais trouvé un foyer, mais certains joueurs intéressés sont encore disponibles sur le marché, notamment Christian Wood, PJ Washington, Kelly Oubre Jr, Tj Warren et Hamidou Diallo.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *