lun. Mai 20th, 2024

Un nouveau gouvernement doit commencer à préparer la Semaine de Pâques 2024 dès le mois de septembre. Les plans de sécurité et la préparation de toute la logistique nécessaire à cette grande fête ne s’improvisent pas vingt jours à l’avance. Pas plus que le style prudent exigé sur les réseaux, que ce soit sur les comptes officiels ou officieux. Ce ne sont pas les temps attachants de la Plan Trabajadera Les théories selon lesquelles la Semana Santa sort d’elle-même ne sont plus valables. Nous avons été expulsés de cette zone de confort il y a des années. Nous ne savons pas non plus nous déplacer dans les bullas comme autrefois, et cela ne consiste pas à tout confier au savoir-faire des Sévillans.. Une chose est les pregones et une autre, hélas, la réalité.

Dans le nouvel exécutif, certains sont bien conscients des conséquences d’une baisse de garde pendant la Semaine Sainte, comme cela a été le cas dans l’affaire du Madrugada 2015la dernière gérée jusqu’à présent par les dirigeants du PP. Cette nuit a été gâchée par un manque absolu de tension qu’aucune manœuvre ultérieure n’a pu cacher. Du maire et du délégué du gouvernement au dernier agent de sécurité privé de la course officielle, en passant par les agents de la police nationale et locale et les techniciens du Cecop, ils ont dû être tendus pendant de nombreux mois avant le dimanche des Rameaux 2024. Et avec des idées claires sur l’amélioration de la mobilité du public, touché par le cholestérol des chaises pliantes.




Cette réflexion est pertinente pour deux raisons. La première est la large manche que le nouveau maire a montrée à l’égard des bars de la Madrugada. Vive la liberté, bien sûr, mais avec une tête ! La seconde est l’annonce de deux nouveaux bars sur le Paseo del Cristina, deux kiosques sous la pergola qui crée la seule zone d’ombre entre le Puente de los Remedios et la Plaza Nueva, une zone clé pendant la Semaine Sainte puisqu’il s’agit d’un itinéraire préférentiel d’entrée et de sortie du centre pour des milliers de citoyens et parce qu’elle se trouve à quelques mètres des rives du fleuve où sont organisées les botellonas le soir du Jeudi Saint. La sécurité pendant la Semaine Sainte passe par la prévention pour éviter la réaction.

Ces dernières années, les choses ont été très bien faites, des améliorations ont été apportées qu’il ne faut pas perdre. Tous les groupes ont cédé dans l’intérêt du bien commun : des bars, avec des horaires restreints et des utilisations dans des créneaux horaires très précis, aux confréries elles-mêmes, de plus en plus soumises aux critères du Cecop à tous points de vue, car elles comprennent que la sécurité est primordiale. Céder n’a jamais été une défaite, mais un acte de responsabilité et de générosité envers la ville..

Cinq épisodes d’avalanche depuis l’année 2000 ne doit à aucun moment être oublié. Tout le monde doit être au clair sur la théorie des expériences et du gazage. ; Tout changement ou recul organisationnel nécessite une réflexion sérieuse au préalable.  . Tous les progrès accomplis depuis 23 ans ne peuvent être jetés à la corbeille, car si l’absence d’incidents n’est jamais garantie à 100 %, un sentiment de sécurité a été peu à peu rétabli, indispensable au bon déroulement de la Semaine Sainte.

Il n’est pas inutile de le rappeler. La seule Madrugada pour laquelle il n’y a pas de certitude quant à l’origine des émeutes est celle de 2000.. Sur les quatre incidents ultérieurs, il est clair que l’alcool, les bagarres et le manque de respect pour le passage d’une fraternité sont les éléments déclencheurs qui provoquent l’avalanche. En outre, les dernières études publiées ont trouvé des similitudes avec des événements et des causes similaires dans d’autres avalanches, bien que de moindre ampleur, en Estrémadure, à Malaga et à Huelva. Il existe un modèle commun de modus operandi dans tous les épisodes d’avalanches dans différentes villes. Ne baissons pas la garde.

Les trois zones sensibles

Les nouveaux dirigeants doivent savoir que la Semaine Sainte à Séville comporte trois zones sensibles, zones à risque ou autres, avec les points secondaires correspondants qui ne peuvent être ignorés, car il s’agit de secteurs caractérisés par la concentration de bars ou la consommation directe d’alcool sur la voie publique. Premièrement, le secteur des Reyes CatólicosLe deuxième secteur est celui des Reyes Católicos, qui est lié à l’accès à la Plaza Nueva, au pont de Triana, au secteur de la rue Radio Sevilla et à sa proximité avec l’un des côtés de l’Alameda, la Plaza de la Encarnación et sa zone d’influence avec la Calle Cuna, l’arrivée à La Campana et aussi un autre côté de l’Alameda.

Et troisièmement, le secteur de l’Arco del Postigole quartier de l’Arenal, le Paseo de Colón et sa proximité avec la cathédrale et Santa Cruz. Le contrôle de ces points de référence, dessinés sous forme de cercles, est fondamental pour le contrôle préventif de la Semaine Sainte.

Permettre la vente libre d’alcool dans ces zones et, en outre, obliger la police locale à surveiller cette activité au lieu d’exercer d’autres fonctions serait une erreur tactique et grossière. Les ressources sont limitées. Et il sera toujours préférable de de conserver les dispositifs qui ont fonctionné et d’utiliser les agents pour contrôler les foules et la circulation, pour donner deux exemples très pratiques.

En fin de compte, tout se résume à ; un engagement collectif pour la Semaine sainte  . Dans le cas des débits de boissons, il s’agit de restrictions minimales.Ne s’agit-il pas de mesures raisonnables dans une Semaine Sainte blessée sur le plan de la sécurité et alourdie, de surcroît, par le manque de mobilité et les mauvaises manières ?

L’interdiction de l’alcool dans la Madrugada de minuit à quatre heures du soir ne devrait pas représenter ne serait-ce que 10 % de l’activité de l’hôtellerie et de la restauration dans une Semaine Sainte de plus en plus longue. Cette demande n’est pas déraisonnable.A-t-on oublié, par ailleurs, les statistiques des coupures aux pieds des nazaréens dues aux bris de verre dans les rues ? Le zéro du nombre de pénitents blessés a été atteint simplement en mettant de l’ordre et du contrôle.

Attention aux nouveaux bars

Elles sont annoncées ; nouveaux bars sur le Paseo del Cristina   qui s’ajouteront à l’offre de la Puerta de Jerez, de l’Almirante Lobo et des commerces qui opèrent près de la rivière, ainsi qu’aux habituelles botellonas du Muelle de la Sal. Une combinaison risquée l’après-midi du jeudi saint, qui pourrait produire ses pires effets au petit matin. Il ne s’agit pas d’être alarmiste, mais de regarder l’évolution de la Semaine Sainte de 2000 à 2023. Tout est plus qu’étudié. Il s’agit d’être tendu, d’avoir des idées générales très claires et de réduire les risques. D’autres générations de Sévillans ont dû faire face à d’autres problèmes. Nous devons être clairs sur nos enjeux : la sécurité de tous et la mobilité des citoyens. Ne perdons pas les acquis. Nous ne pouvons pas laisser aux générations suivantes une Semana Santa pire que celle que nous avons reçue.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *