mar. Avr 23rd, 2024

Les saisonniers manquent pour assurer les vacations et garantir un service de qualité face aux 442 millions de présences attendues en cet été chaud (+12% par rapport à 2022). Mais le tourisme n’est pas le seul à faire les frais de la pénurie de personnel. Avec le nouveau décret Fluxes, le Conseil des ministres tente de répondre aux besoins des entrepreneurs. Pour la période triennale 2023-2025, en effet, le gouvernement prévoit un total de 452.000 entrées, contre un besoin identifié de 833.000.  Un quota supplémentaire de 40.000 personnes est prévu, entièrement destiné aux entrées pour le travail saisonnier dans les secteurs agricole et touristique-hôtelier, sur la base des demandes déjà présentées dans le jour-clic de mars dernier. Par définition, le travailleur saisonnier est celui qui exerce une activité professionnelle concentrée sur une période déterminée de l’année sans caractère de continuité. Il s’agit de relations de travail à durée déterminée marquées par des règles assez particulières par rapport aux contrats canoniques de ce type, qui se distinguent à la fois par des limites quantitatives et par une durée maximale. Toutes les figures impliquées dans les activités saisonnières ont été définies par le décret du ministère du travail et de la politique sociale et par les contrats nationaux, et peuvent être limitées à trois secteurs principaux : l’agriculture, le tourisme et les services. Sauveteurs et personnel de plage, cuisiniers et serveurs, hôtesses et réceptionnistes sont les principales figures qui accomplissent leurs tâches en fonction de la nature cyclique de l’emploi lui-même. Il n’y a pas de durée spécifique, de renouvellement ou de prolongation en raison de la nature même du contrat, mais la loi stipule que ce type de contrat doit avoir une durée maximale de trois ans. une durée maximale de huit mois par an.  Les travailleurs saisonniers bénéficient de certaines protections de la part de l’employeur : ils ont le droit de priorité sur les nouvelles embauches à durée déterminée par le même employeur pour les saisons suivantes, ou par exemple la protection de la maternité avec une période de congé pendant laquelle la travailleuse a droit à l’allocation de maternité. Les travailleurs saisonniers ont également droit à un jour de congé hebdomadaire et à une période de repos de 11 heures entre les équipes. . Comme tous les autres travailleurs, ils accumulent des congés, des vacances, des mois de salaire supplémentaires et des indemnités de licenciement, et en cas de maladie, ils ont droit aux allocations correspondantes. La grande crise qui a frappé le secteur du tourisme et des services a eu un écho qui se fait encore sentir aujourd’hui : si en 2023, les chiffres confirment une reprise, celle des travailleurs reste une priorité à résoudre. « Les activités pénibles en termes d’engagement et de travail posté, la grande crise qu’a connue le secteur du tourisme et des services en raison de la pandémie ont contribué au problème du manque de personnel saisonnier », explique le commissaire européen à l’emploi et aux affaires sociales. Luca Furfaro,  expert en matière de travail et de protection sociale et propriétaire de l’entreprise du même nom –.  Il doit y avoir une nouvelle adéquation entre l’offre et la demande et l’Italie avance très lentement dans ses politiques actives de l’emploi, vous ne pouvez pas trouver les personnes parce qu’il n’y a pas de système centralisé pour que cela fonctionne ». Afin de favoriser le développement du secteur, le gouvernement a inclus de nouvelles mesures dans la conversion du décret sur le travail, qui consiste en une compensation supplémentaire sous la forme d’un traitement complémentaire spécial. Du 1er juin au 21 septembre 2023, le saisonniers bénéficieront d’une augmentation brute de 15 % de leur rémunération,  rémunérés en fonction du travail de nuit et des heures supplémentaires effectuées,  une somme au titre d’un traitement complémentaire spécial, dont le but est de promouvoir le taux et la stabilité de l’emploi. Cette intervention corrective doit s’accompagner de la nécessité de raisonner sur les particularités du travail saisonnier avec un mécanisme structurel qui parvienne à rendre ce type de travail plus attractif. attractif en termes de rémunération et de protection sociale . Il est nécessaire que le travail saisonnier devienne un engagement fixe, afin de créer du personnel qualifié et d’aider les entreprises dans le processus de sélection, tout en soutenant les travailleurs pendant les périodes d’inactivité. Selon Luca Furfaro, une solution possible serait de faciliter la stabilisation de ces travailleurs en créant des types spéciaux de contrats à temps partiel sur une base annuelle qui utilisent les économies de cotisations pendant les mois d’inactivité. En d’autres termes, le travailleur saisonnier pourrait recevoir un salaire pour toute l’année, mais les périodes de « non-travail » seraient couvertes par des filets de sécurité sociale financés par l’État Cela garantirait, sous certaines conditions, un soutien économique au travailleur tout en le maintenant lié à son employeur.

Conseillers du travail et travail saisonnier 

Selon les estimations de Groupe Susini Stp Selon Susini Group Stp, une importante société de conseil en matière d’emploi basée à Florence, plus de 500 000 travailleurs seront nécessaires entre mai et juillet dans les secteurs de l’industrie, de l’agriculture et du tourisme, et environ 350 000 travailleurs saisonniers dans les seuls hôtels, restaurants et établissements balnéaires. Environ 140 000 travailleurs manqueront à l’appel dans le secteur du tourisme et certains entrepreneurs seront contraints de fermer leur établissement plus tôt ou même de garder leurs portes fermées. Ce sont surtout les jeunes qui semblent les plus mal lotis en termes de travail. En Italie, plus de cinq millions de personnes doivent travailler le dimanche et les jours fériés.  Mais 33% des 18-25 ans considèrent que le travail du week-end est trop exigeant et mal rémunéré, tandis que 15% seraient prêts à le faire en échange d’un salaire plus élevé. Un chiffre qui fait réfléchir quand on sait que le taux de chômage des jeunes est de 22,3 %, alors que la moyenne nationale est de 7,8 %. Les jeunes considèrent que c’est un trop grand sacrifice de travailler les samedis, dimanches et jours fériés et préfèrent effectuer des tâches, même plus pénibles, qui leur permettent d’avoir une meilleure vie sociale. « Le gouvernement et les partenaires sociaux doivent s’efforcer d’enrayer ce phénomène qui ne peut être atténué que par des négociations et des mesures qui protègent la conciliation du travail et de la vie sociale. Les négociations collectives nationales devront garantir la réduction du temps de travail, la flexibilité, les salaires, la productivité et l’emploi – commentaires Sandro Susini Le gouvernement, quant à lui, devra continuer à réduire le coin fiscal en garantissant des salaires nets plus élevés pour les travailleurs et, pourquoi pas, défiscaliser et décontrôler les rémunérations liées aux heures supplémentaires, les majorations pour le travail du dimanche et des jours fériés ainsi que celles liées à la productivité et à la participation aux bénéfices ».

L’initiative de la CGIL 

La première étape de la campagne Mettons le tourisme à l’envers de la CGIL è Départ de Bolzano . La tournée a traversé l’Italie du nord au sud, avec des camping-cars de marque, des dépliants et des banquets dans des stations balnéaires, des villes d’art ou des montagnes, afin d’attirer l’attention sur les priorités et les perspectives du secteur. Mettre le tourisme au sommet signifie surmonter un modèle d’emploi qui n’est plus viable, afin de placer le travail, la qualité de l’emploi et la durabilité des conditions des personnes travaillant dans l’industrie du tourisme au centre, en recourant à des outils de développement, à des politiques actives, à des reconversions ciblées et à de nouvelles entreprises », souligne la Commission européenne. Monja Caiolo secrétaire nationale de Filcams CGIL -. Ce qui continue cependant à rester dans un état de retard, c’est le travail dans le tourisme, les conditions insoutenables des travailleurs dans les différents secteurs de l’industrie, dont le professionnalisme, dans la plupart des cas, n’est pas reconnu, à la limite de l’exploitation ». Après l’arrêt lié à l’urgence sanitaire de ces dernières années, le tourisme en Italie est aujourd’hui en plein essor, en particulier le tourisme des hôtels de luxe, le tourisme expérientiel, le tourisme lent, avec des activités de plein air et de bien-être. Le travail dans le tourisme est à 70 % irrégulier, à 60 % à temps partiel, à 55 % sur appel, à 40 % précaire et à 20 % saisonnier. Les salaires, comme si cela ne suffisait pas, sont considérablement inférieurs à la moyenne des autres secteurs économiques et de production : il suffit de dire que 80 % des travailleurs sont employés aux niveaux les plus bas des contrats nationaux du secteur. « Ces chiffres à eux seuls clarifient la réalité du travail dans le tourisme italien et expliquent les vraies raisons de la difficulté des entreprises du secteur à trouver les professionnels dont elles ont besoin pour leurs activités », poursuit le secrétaire d’État. « L’industrie du tourisme est une industrie relationnelle », affirme le secrétaire d’État. Stefano Landi président de SL&A Tourisme et Territoire – vous pouvez ne pas savoir qui a acheté un produit pharmaceutique, mais vous ne pouvez pas ne pas avoir de contact avec la personne qui vous sert à dîner ou qui vous accueille à l’hôtel ». C’est pourquoi le système touristique ne tiendrait pas sans les travailleurs qui, chaque année, sont contraints de jongler avec la précarité, le travail non déclaré, les horaires exténuants et les rémunérations insuffisantes.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *