sam. Juil 20th, 2024

Il y a environ 3 millions de salariés qui gagnent moins de 9 euros de l’heure en Italie. Environ un million d’entre eux se trouvent dans le Sud, où ils représentent 25,1 % des salariés, soit plus d’un salarié sur quatre. Environ 2 millions vivent dans les régions du Centre-Nord, où ils représentent 15,9 % des salariés. La perte de pouvoir d’achat touche aussi principalement le Mezzogiorno en Italie ainsi que les « travailleurs pauvres » : en 2022, les salaires bruts en termes réels sont inférieurs de trois points dans le Centre-Nord par rapport à 2008 ; dans le Mezzogiorno, ils sont inférieurs de douze points.

Les données sont contenues dans le Rapport Svimez 2023 publié ce matin, selon lequel, face à une croissance du PIB italien estimée à +1,1% cette année, le Sud maintient le rythme avec +0,9%, seulement trois dixièmes en dessous du Centre-Nord (+1,2%). Le rapport souligne également que la résilience du Mezzogiorno « pourrait être renforcée, au cours du second semestre, par une conclusion efficace des interventions liées à la période de programmation 2014-2020 des fonds de cohésion européens. En outre, avec la pleine efficacité du PNR, le PIB du Sud pourrait montrer une croissance plus élevée en 2023 d’environ 5 dixièmes (jusqu’à 1,4 pour cent) et d’environ 4 dixièmes dans le Centre-Nord. Par la suite, la contribution additionnelle du Pnrr aurait tendance à augmenter davantage dans le Sud, jusqu’à ce que l’écart de croissance avec le Nord se referme en 2025. Globalement, jusqu’en 2027, l’impact cumulé du PNR sur le PIB italien pourrait atteindre une valeur de 5,1 points de pourcentage : 8,5 dans le Sud et 4,1 dans le Centre-Nord.

Selon l’étude, entre le premier trimestre 2021 (durant lequel le pic négatif de l’emploi a été atteint) et le premier trimestre 2023, l’emploi a augmenté au niveau national de +6,5 % (+1,4 million de personnes employées) et de +7,7 % dans les régions du sud (+442 mille personnes employées). Pour la première fois depuis de nombreuses années, la composante permanente a également augmenté, surtout dans le Sud (+310 mille ; +9% contre +5,5% dans le Centre-Nord). Le Sud a « retrouvé des niveaux d’emploi supérieurs à ceux observés dans la période pré-pandémique (+22 mille employés en moyenne en 2022 par rapport à 2019). Toutefois, il convient de noter que le nombre d’emplois dans le Sud reste encore inférieur d’environ 300 mille aux niveaux atteints en 2008 »).

En ce qui concerne l’inflation, au pic enregistré en 2022, la dynamique de croissance des prix à la consommation a été plus soutenue dans le Sud (+8,7% contre +7,9% dans le Centre-Nord). Pour les trois prochaines années, Svimez prévoit une trajectoire de retour vers des valeurs proches de 2% en 2025, mais toujours marquée par des hausses relativement plus importantes dans le Sud. Selon les estimations de Svimez, en 2023, la consommation des ménages devrait croître plus lentement dans le sud de l’Italie (+1,1% contre +1,7% dans le Centre-Nord) – en maintenant des taux de croissance entre cinq et sept dixièmes de point de pourcentage inférieurs à ceux du Centre-Nord, même au cours des deux prochaines années – en raison de la dynamique plus soutenue des prix. Globalement, au cours de la période de prévision de trois ans, les investissements devraient croître de manière plus prononcée dans le Sud, grâce à des taux de croissance en 2024-2025 estimés supérieurs à la moyenne des régions du Centre-Nord. L’association souligne également qu’un nouveau resserrement monétaire de la BCE « aurait des effets récessionnistes plus intenses dans le Sud ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *