lun. Mai 20th, 2024

Les opérations de capital-risque en Italie sont en baisse. Dans l’ensemble, le premier semestre 2023 s’est clôturé avec 150 opérations (initiales et de suivi) ; il y en a eu 192 l’année dernière (-22%). Si l’on considère uniquement les nouveaux investissements, initiaux, ils ont été de 138 contre 163. Les données sont contenues dans le rapport de recherche Venture Capital Monitor (VeMTM), produit par l’Observatoire Venture Capital Monitor – VeMTM actif à la Liuc Business School et réalisé grâce à la contribution d’Intesa Sanpaolo Innovation Center et d’E. Morace &amp ; Co. et au soutien institutionnel de Cdp Venture Capital Sgr et d’Iban.

En ce qui concerne le montant investi par les opérateurs nationaux et étrangers dans les start-ups italiennes, la valeur s’est élevée à 496 millions d’euros au cours du premier semestre de l’année, répartis sur 135 tours, en baisse par rapport aux 976 millions d’euros pour 180 transactions au cours du premier semestre 2022. Le montant investi dans les entreprises étrangères fondées par des entrepreneurs italiens a légèrement diminué, passant de 196 millions d’euros à 178 millions d’euros, avec un nombre d’opérations en ligne avec l’année précédente (15 tours contre 12). En additionnant ces deux composantes, le montant total s’élève à 674 millions d’euros (il était de 1,2 milliard d’euros au premier semestre 2022).

L’indice VeM-i a enregistré une valeur de 1,775 au deuxième trimestre 2023, ce qui est toujours le signe d’une bonne reprise après le ralentissement observé au cours des trois premiers mois de l’année. Au cours des six premiers mois de l’année, les grands absents sont les méga deals ; en effet, le montant investi dans les start-ups italiennes a pratiquement diminué de moitié, passant de 976 millions d’euros à 496 millions d’euros », souligne Anna Gervasoni, pro-rectrice Liuc – Université Cattaneo. « Le rôle des grands fonds internationaux, qui ont ralenti leur activité au cours de la première partie de l’année en raison de la crise économique et géopolitique en cours, a été absent ».

« Au cours du premier semestre de l’année 23, le marché italien du capital-risque a montré, dans l’ensemble, un ralentissement déjà largement anticipé par les marchés internationaux au cours du second semestre de l’année 22 », a observé Luca Pagetti, responsable du financement de la croissance des startups à l’Intesa Sanpaolo Innovation Center, « Il est encourageant de constater qu’au cours du dernier trimestre, l’indice VeM est reparti à la hausse ». Selon Paolo Anselmo, président de l’Iban, « malgré un contexte économique général modifié qui a entraîné une contraction au premier semestre 2023 pour les investissements dans les startups, le rôle des business angels continue d’être décisif. En effet, les business angels italiens ont participé indépendamment ou conjointement avec Italian Venture Capital à près de 47% des opérations enregistrées, soit 239 millions d’euros sur un total de 511 millions d’euros investis. Nous sommes optimistes pour le second semestre de cette année, et nous nous attendons à un nouveau départ avec de grandes opérations, confirmant que le marché italien continue sur la voie de la consolidation ».

En ce qui concerne l’activité de capital-risque des entreprises, le premier semestre de l’année a confirmé les preuves récentes d’une présence significative des entreprises dans les tours de table de capital-risque. En particulier, la participation des entreprises aux investissements soutenant les start-ups ou les entreprises en phase de démarrage a été enregistrée dans environ 21% de tous les tours de table. En ce qui concerne les start-ups basées en Italie uniquement, le capital-risque et le capital-risque d’entreprise ont investi 272 millions d’euros dans 82 tours de table, les activités de syndication entre le capital-risque, le capital-risque d’entreprise et les business angels ont enregistré des investissements de 224 millions d’euros dans 53 opérations, et les business angels ont investi à eux seuls 15 millions d’euros dans 17 tours de table. Au total, le secteur des entreprises en phase de démarrage en Italie a investi 511 millions d’euros dans 152 tours de table (il était d’environ 1 milliard d’euros dans 198 tours de table au premier semestre 2022).

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *