dim. Juin 23rd, 2024

Comme cela s’est produit pour tant d’autres auteurs, La production musicale de Manuel Borrego (Huévar del Aljarafe, 1899) n’a pas été reconnue ou évaluée à sa juste valeur dans le genre de la musique de procession des confréries. Il est pourtant essentiel de connaître la musique de Borrego pour comprendre l’évolution du genre à travers les âges. Il s’agit, sans crainte de se tromper, de d’un des compositeurs les plus qualitatifs et les plus retentissants de l’histoire de la musique. qui ont composé pour notre principal festival. Borrego, qui était joueur de bugle dans le 9e régiment de Soria sous le commandement de Manuel López Farfán, a fondé et dirigé plusieurs groupes musicaux dans la région de l’Aljarafe.

Le fait qu’il n’ait pas spécifiquement dédié ses marches à certaines images pieuses a peut-être assombri une grande partie de son œuvre, de même que l’absence et la disparition de nombreuses partitions. Mater Lacrimosa, El Varal de los Dolores, Salus Infirmorum… Après ces titres très génériques cachent des dévotions comme la Soledad de San Buenaventura (la première) ou la Salud de San Gonzalo (la seconde, qui n’a été exécutée qu’une seule fois cette année et dans la Carrera Oficial). Précisément, parmi les plus de vingt marches qui portent le sceau de Borrego, on distingue les suivantes une en particulier, malheureusement peu connue, qui porte également un titre énigmatique, presque métaphorique, déchirant lorsqu’il est déchiffré : Le lys coupé.



Composé en 1929 -C’est donc l’une des premières œuvres qu’il a écrites alors qu’il n’avait que trente ans et qu’il n’avait pas encore développé tout son potentiel. L’auteur y exprime l’une des souffrances les plus cruelles que l’être humain puisse endurer : la perte d’un être cher. Manuel Borrego dédie cette marche à Manuela Moreno Borrego, sa cousine, décédée alors qu’elle n’avait que 15 ans, pour des raisons que nous ignorons aujourd’hui. En revanche, loin d’être une composition funèbre, Borrego recourt à une mélodie presque enfantine, douce et tendre, voire entraînante dans son trio final – sensationnel – pour se souvenir de sa cousine.

Cette marche est jouée depuis quelques années après le palio de La Hiniesta, est généralement jouée presque chaque année après la fête de la Vierge de la Candelaria. dans l’après-midi ou la soirée du mardi saint et toujours au même endroit : la rue Cuna. Nous ne savons pas si c’est par tradition ou pour une raison particulière – nous invitons les amis de la fanfare et de la confrérie à nous éclairer à ce sujet – mais c’est une valeur sûre. De plus, les cofrades emporteront dans leur sac à souvenirs un chicotá différente, avec de la personnalité, d’une autre époque. L’un de ceux dont on a besoin. L’un de ceux qui aident la fête à survivre. Une fois de plus, les expériences personnelles et la Semaine Sainte sont, en somme, la même chose.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *