jeu. Avr 18th, 2024

L’inflation en net ralentissement en juin  avec une hausse des prix en glissement annuel de est tombée à 6,4 pour cent contre 7,6 pour cent en mai.  C’est ce qu’a annoncé l’Istat, soulignant qu’il s’agit d’une « nette décélération », qui continue d’être « un facteur d’incertitude ». influencée par la forte baisse de la dynamique des prix des biens énergétiques. 

Inflation de base à 6% Inflation acquise à 5,6%. . L’inflation de base, nette de l’énergie et des aliments frais, a continué à ralentir (de +6,0% à +5,6%). Enfin, le ralentissement de la croissance tendancielle des prix du panier de la ménagère s’est poursuivi, atteignant +10,5% en juin. L’inflation a été stimulée par la hausse des prix des produits alimentaires non transformés (de +8,8% à +9,4%), tandis que la croissance en glissement annuel des prix des biens (de +9,3% à +7,5%) et, dans une moindre mesure, celle des services (de +4,6% à +4,5%) s’est ralentie. La prévision d’inflation pour 2023 est de +5,6% pour l’indice global et de +4,9% pour la composante de base.

Inflation cyclique nulle en juin : pas depuis mai 2021.  « En juin, l’inflation affiche une nette décélération, dans un contexte de stabilité des prix au niveau conjoncturel, la dernière variation nulle sur une base mensuelle avait été enregistrée en mai 2021 », commente l’institut statistique.Sur une base mensuelle, l’inflation en juin affiche une variation nulle. La stabilité de l’indice général est affectée par la dynamique opposée de plusieurs composantes : d’une part, la croissance des prix des services liés au transport (+1,2%) et des services récréatifs, culturels et de soins personnels (+1,1%), également due à des facteurs de saisonnalité, et des produits alimentaires non transformés (+0,8%). D’autre part, les prix de l’énergie non réglementée (-4,5%) et réglementée (-0,6%) ont diminué.
 

Une bouffée d’air frais pour les familles les plus pauvres.  « Au deuxième trimestre 2023, l’impact de l’inflation est plus important pour les ménages ayant une capacité de dépense plus faible que pour ceux ayant un niveau de dépense plus élevé (respectivement +9,4% et +7,1%). Toutefois, par rapport au trimestre précédent, le ralentissement de l’inflation est plus prononcé pour le premier des deux groupes », souligne encore l’Istat, commentant l’estimation mensuelle des prix à la consommation.
 

Codacons : hausse vertigineuse des tarifs de transport . Les associations de consommateurs sont critiques et soulignent que la baisse des factures, surtout sur le marché libre, n’a pas profité aux denrées alimentaires, par exemple. A cela s’ajoute l’accélération des tarifs dans le secteur des transports, affecté par les facteurs saisonniers et l’arrivée de l’été, rapporte Codacons. En effet, les prix des billets d’avion augmentent en moyenne de +23,5 % sur une base annuelle, avec des pointes de +28,9 % pour les vols intérieurs, tandis que sur une base mensuelle, ils augmentent de +10,9 %, avec des pointes de +17,8 % pour les lignes intérieures. Les tarifs des ferries sont également en hausse, avec une augmentation de +6,1% en glissement annuel.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *