sam. Avr 13th, 2024

Avec le temps, comme nous l’avons déjà évoqué à plusieurs reprises, nous prendrons du recul et reconnaîtrons ce que nous avons vu dans le passé. Le soir du 8 avril, il s’est passé quelque chose dans la ville de Séville. Le Santo Entierro Grande nous a offert des images pour l’histoire récente de notre festival en raison de leur caractère unique et exceptionnel, ainsi que de leur caractère unique.

Cependant, il n’est que juste de répéter les l’exemple, le sacrifice et l’engagement des confréries de l’époque. pour garantir le bon déroulement de la procession générale. La venia de Campana a été avancée de trois quarts d’heure et les confréries – en particulier El Sol, Los Servitas et La Trinidad – se sont appliquées avec fraternité et effort pour la plus grande gloire de notre Semaine Sainte. Et les confréries en ont été reconnaissantes.



Et ce samedi saint, les confréries de la journée nous ont également offert des moments pleins de personnalité, en maintenant le cachet de leurs processions et en accomplissant leur station pénitentielle. C’est le cas de la confrérie d’El Sol, qui se tourne résolument vers l’avenir et qui, en plus de sa personnalité déjà indéniable, tient fermement à ce que sa stabilité quotidienne et son cortège attirent un plus grand nombre de frères et de nazaréens.

La confrérie regagna son quartier de Plantinar, entourée d’une foule nombreuse. Les membres de la confrérie – même les frères eux-mêmes étaient certainement satisfaits – à leur heure, mais imprégnés de la récréation de ceux qui savent que leur travail a été accompli. Pendant quelques heures, le quartier s’est habillé d’une Semana Sansta revitalisée et contemporaine, avec d’autres concepts mais avec les mêmes racines.

Lire aussi:  La seule confrérie de la Semaine Sainte de Séville à laquelle Manuel López Farfán a dédié trois marches processionnelles

Une fois le Varón de Dolores récupéré, et à la surprise de tous les présents, la fanfare de clairons et de tambours du Sol attendait aux abords de l’église paroissiale pour signer l’un de ces moments où l’histoire et le temps se confondent, malgré son adolescence. Quand le dais de la Virgen del Sol a été levé, la fanfare a joué une marche processionnelle et les costaleros adaptent le paso et son balancement au rythme de la musique. A un chicotá lent et parcimonieux, sans s’effondrer. Une ovation a clôturé le palio del Sol, le groupe et la fraternité, et dans les yeux des frères brillait ce précieux trésor qui nous définit en tant qu’êtres humains : le sentiment d’identité, d’appartenance. Un instantané dont les frères et sœurs se souviendront sûrement comme d’une chose inattendue et sincère.

Sur ce lien, vous pouvez voir le moment exact, dans une vidéo de la chaîne Costero de Frente.   

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *