ven. Juil 19th, 2024

C’est le moment d’investir et de consacrer des efforts à la conservation du patrimoine. De nombreuses confréries profitent de la saison estivale – ou de l’après Pâques – pour intervenir sur différentes œuvres de leur patrimoine, depuis leurs images titulaires – dans le cas de La Sed ou de Las Aguas – jusqu’à leurs propres sièges canoniques, comme El Museo. Mais le patrimoine artistique ne se limite pas aux seules confréries ; certaines corporations ont légué un patrimoine pictural plus que remarquable tout au long de l’histoire.

C’est le cas de la confrérie des la Amargura, qui a présenté ces dernières heures la restauration de la toile La Caída del Maná, une œuvre attribuée au peintre Lucas Valdés et datant du début du XVIIIe siècle. Le tableau a été restauré par Enrique Gutiérrez Carrasquilla, un frère de la société. Plus précisément, l’intervention a été réalisée dans son intégralité et dans toutes ses couchesdu châssis au cadre, en passant par la toile et le tableau lui-même. La société insiste sur le fait que « le critère suivi à tout moment a été celui de la conservation, en éliminant autant que possible les éléments étrangers à l’œuvre ».



Le tableau est exposé en permanence dans la chapelle sacramentelle de San Juan de la Palma, et l’action du temps et de la saleté a privé les fidèles et les curieux de la contemplation de son chromatisme original. L’œuvre est d’un grand intérêt artistique, car le sujet est rarement représenté dans la peinture sévillane.. La chute de la manne est tirée de l’Exode : accablés par la famine lors de leur traversée du désert, les Israélites murmurent contre Moïse. Yahvé annonce alors au prophète qu’il fera pleuvoir du pain du ciel tous les jours. Le matin, lorsque la rosée s’est évaporée, il est resté sur le sol un élément semblable à du givre, comme du grain. Les Israélites sont stupéfaits et se demandent ce que c’est, ce qui signifie en hébreu « manne ». Ces grains devinrent la nourriture des Israélites.

Cette intervention a été cofinancée par grâce à la ligne de subventions programmée par la Junta de Andalucía pour la restauration des bâtiments et du patrimoine religieux. Le reste de l’argent a été fourni par la Confrérie de La Amargura elle-même.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *