lun. Mar 4th, 2024

L’entraîneur le plus titré du basket-ball féminin italien célèbre un nouveau triomphe mais ne perd pas sa verve polémique sur les maux du basket-ball rose.

Aldo Corno est sa première promotion de la Serie B à la Serie A2 ?
« En fait, c’était la première fois de ma carrière que j’accédais à la série B. Ma fille vit à Giussano et mon neveu fait du mini-basket avec le club Basket Team Giussano. L’année dernière, ils m’ont demandé si je voulais devenir directeur technique. Il se trouve que l’entraîneur de l’équipe féminine a recommencé à jouer et ils m’ont demandé de m’asseoir sur le banc. Le reste appartient à l’histoire. La saison a été magnifique grâce à l’envie de ces filles de me suivre. Maintenant, je vais encore faire un an ou deux pour donner au club une organisation différente, puis je prendrai ma retraite.« .

Déjà à la retraite : ceux qui pensent que Corno a envie d’arrêter doivent se rendre compte de son envie et de sa facilité à gagner. Douze titres de champion, six fois sur la plus haute marche de l’Europe, 6 Coupes d’Italie, 4 Supercoupes d’Italie, 2 Coupes Ronchetti, 1 Mundialito pour les clubs. jusqu’en 2003. Puis l’expérience en France au Challes-les-Eaux « Où j’ai pu lancer Rachid Meziane, l’entraîneur champion d’Europe de l’équipe féminine belge, vers le haut niveau. Vraiment un grand homme« .

Horn avant de parler de l’équipe nationale, pourquoi avez-vous gagné la série B ?

« Parce que je travaillais dans une entreprise intelligente, avec 80 % de filles âgées de 19 à 22 ans. Avec mon arrivée, nous avons investi dans leur évolution, ce qui a été le cas. Pour l’année prochaine, nous allons confirmer six ou sept d’entre elles, la colonne vertébrale, et nous couvrirons les rôles de petite attaquante, d’attaquante forte et de centre. Nous avons gagné parce que nous avons bien défendu, nous avons bien couru et nous avons utilisé quelques astuces expérimentées, comme le box-and-one, que je n’aime pas beaucoup mais qui est utile de temps en temps. Nous voulons faire l’Académie Aldo Corno, mais pour l’instant nous n’avons pas de terrain, alors nous allons le chercher dans une ville voisine. Tous les 15 jours, nous organisons une réunion technique avec tous les entraîneurs afin que, dans 2 ou 3 ans, nous ayons nos propres entraîneurs formés à nos principes de jeu.« .

Lire aussi:  LBA - Derthona, Ramondino : "Soyez cohérents et prêts".

Qu’est-ce qui a changé en vous au cours de toutes ces années d’entraînement et de jeu ?

« Tout d’abord, ma conception des relations avec les joueurs a changé. J’ai dû m’habituer à la génération mobile. Les 24 secondes ont changé tout le basket et l’ont rendu un peu identique. Cette année, j’ai beaucoup travaillé sur les fondamentaux et j’ai vu de gros progrès. Je ne fais toujours pas de vidéos sur les adversaires, sauf pour quelques minutes, juste pour donner une idée. Nous partons de l’idée qu’une bonne pression défensive peut laisser quelques secondes à l’adversaire pour tirer et donc ne pas faire ce qu’il veut mais ce que nous voulons..

Restons sur les changements : il y a tout juste 20 ans, vous quittiez l’équipe nationale. Est-ce que quelque chose a changé ?

« Absolument pas. J’entends toujours le même discours après un échec, comme le mien lorsque nous ne nous sommes pas qualifiés pour le Championnat d’Europe et que j’ai démissionné. La seule chose que l’on fait, c’est changer d’entraîneur, à chaque fois sans réfléchir : un dur, puis un bon, puis un moyen, puis un gentleman comme Lino Lardo. Qui sera le prochain ? Un autre du côté des hommes ? J’ai toujours dit que ce qui ne fonctionne pas, c’est le système dans son ensemble. Les entraîneurs et les joueurs ont également une grande responsabilité. Tous ou beaucoup ont un bon maniement du ballon, mais je ne vois jamais de pénétration ou de stop and shoot réalisés avec la main gauche. Ou un jump shot. Pourquoi ? Est-ce que ce n’est plus enseigné ? Nous manquons de longs tirs, de vrais tirs, pour rivaliser avec le niveau européen, pas pour l’Italie où ceux que nous avons sont très bien.« .

Lire aussi:  EL MARKET - Barcelone, Navarro sur Jasikevicius : "Nous parlerons à la fin de la saison".

La question physique, cependant, ne concerne pas le fait qu’en tant que population, nous sommes plus petits que d’autres ?

« En partie. C’est en partie parce que nous ne les cherchons pas, et si nous les trouvons, nous ne les formons pas correctement. Et puis, le plus important à mon avis, c’est autre chose : nous sommes un mouvement médiocre, de troisième zone. Nous devons assimiler cette condition et commencer à créer de vrais joueurs pour le haut niveau. Attention : toutes les équipes nationales qui comptent ont un véritable quintet de joueurs importants. Il nous suffit d’un ou deux pour être bons. La vérité est que nous ne sortirons jamais de cette situation tant que personne ne s’intéressera au basket-ball féminin.« .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *