lun. Mar 4th, 2024

Dans un monde, celui de la banque privée, typiquement dominé par les « seniors », tant du point de vue de la taille de leurs actifs que des compétences et de l’expérience acquises dans leur gestion, la position de Gian Maria Mossa, CEO de la Banca Generali, émerge du chœur. Au cours du mois dernier, il a élevé le niveau du débat sur l’avenir du secteur du conseil, en abordant des questions cruciales dans les défis pour la compétitivité du pays. En effet, un de ses récents posts sur Linkedin a attiré beaucoup d’attention, dans lequel, partant de la crise démographique et de l’indispensable élan des jeunes vers l’innovation et le développement, il a esquissé le concept de « croissance durable », en l’appliquant avant tout à sa propre sphère. « La baisse de la natalité et le vieillissement progressif de la population sont une tendance qui se consolide en Italie, comme dans d’autres pays industrialisés, depuis de nombreuses années, mais l’aspect qui me frappe concerne non seulement le coût social et économique de cette tendance, mais aussi l’éloignement croissant des jeunes du débat sur des questions telles que la productivité, l’innovation et la confiance globale dans le système », a expliqué le numéro un de la Bank of Leo.

Cependant, vos clients sont principalement des entrepreneurs et des personnes disposant d’un certain patrimoine et d’une certaine propension à l’épargne, pas exactement des jeunes. Où voyez-vous le point de rencontre ? 

Partout. Dans notre travail, nous nous préoccupons de la protection du patrimoine à long terme et nous accompagnons les familles dans la planification de leur épargne. Parler de l’avenir des jeunes, c’est s’intéresser à la croissance des entreprises, à l’économie et donc aux investissements. Nous sommes souvent amenés à dialoguer avec des entrepreneurs qui sont indécis quant à l’avenir de leur entreprise en raison des problèmes de transition générationnelle et des questions critiques liées à la gouvernance. Et c’est à ce moment-là que nous constatons les plus grandes difficultés pour ceux qui n’ont pas été en mesure d’impliquer les nouvelles générations à un niveau de discussion approprié. Nous vivons dans un pays où la richesse privée est détenue principalement par des personnes d’âge mûr, les jeunes étant souvent laissés à l’écart dans ces cercles familiaux, tout comme ils sont négligés par les professionnels, ce qui rend le débat intergénérationnel encore plus difficile. Cette dynamique accentue l’asymétrie d’information et la méfiance à l’égard d’un modèle dans lequel ils se considèrent peu impliqués, favorisant ainsi une propension aux offres « disruptives » qui ne sont pas toujours sans risque, comme l’ont montré certaines spéculations sur les monnaies numériques. Le dialogue et des politiques largement inclusives avec la responsabilité de toutes les parties prenantes sont les facteurs clés pour changer de cap.  

Lire aussi:  États-Unis. La grève des voitures s'étend à la plus grande usine de Ford

Même dans votre travail, peu de portes sont ouvertes aux jeunes. D’après les données dont nous disposons, les consultants âgés de moins de 35 ans ne représentent que 2 % du total. Comment cela se fait-il ? 

Le conseil a 40 ans, mais son explosion, après une première phase de croissance dans les années 1990 avec l’expansion de l’offre de fonds, remonte aux 12-15 dernières années. Il s’agit donc d’une période relativement courte au cours de laquelle la dynamique du marché a conduit à une concentration des opérateurs les plus compétitifs, capables d’exprimer la qualité, qui se sont concentrés sur des profils plus seniors avec des relations bien établies. En fait, si nous regardons les chiffres du secteur, le nombre total de consultants au cours de la dernière décennie est resté le même, alors que la distance entre les acteurs principaux et le reste de l’offre s’est considérablement accrue. Ainsi, pour répondre à votre question, l’environnement extrêmement compétitif et la nécessité de consolider davantage la figure professionnelle du conseiller financier en tant qu’interlocuteur de référence pour l’épargne des ménages ont certainement pénalisé l’accès des jeunes. De même, la dynamique même de la profession, qui requiert une formation, des compétences et une expérience que la crise bancaire de ces dernières années n’a pas favorisées, a pesé lourd. Aujourd’hui, je constate que le contexte a changé, avec plus de solidité et de professionnalisme à différents niveaux au sein des entreprises et une attention croissante du monde académique et institutionnel sur l’accélération de la dynamique numérique, ce qui représente un ensemble de facteurs qui ouvrent de nouvelles opportunités pour les jeunes.  

Que faites-vous à la Banca Generali pour initier les jeunes au métier de banquier ? 

Au cours des deux dernières années, plus de la moitié de nos placements ont concerné des profils plus jeunes que la moyenne du secteur qui, comme nous le savons, est de plus de 50 ans. Depuis le début de l’année, nous avons placé une cinquantaine de professionnels et, sur les 12 à 18 derniers mois, plus de 35 jeunes de moins de 30 ans ont choisi de suivre notre parcours de formation et de développement « Nouvelle génération », avec l’engagement d’équipes soutenant des professionnels établis et un accent général sur l’expérience dans le domaine. Après un premier projet pilote à Bologne, nous structurons maintenant des cycles de rencontres avec les jeunes diplômés et les jeunes qui en sont à leur première expérience dans le secteur financier, afin de leur montrer la dynamique du métier de banquier d’une manière simple, immédiate et engageante. L’inclusion des jeunes est une question stratégique qui doit faire l’objet d’un engagement de la part de l’ensemble du top management, notamment parce qu’elle nécessite un changement majeur de proposition. Les jeunes d’aujourd’hui recherchent une proposition basée sur le concept du travail en équipe, avec le numérique comme levier important pour libérer du temps et simplifier, et un accent de plus en plus important sur la durabilité. C’est un engagement prioritaire pour nous, et c’est pour cette raison que nous travaillons non seulement en conseil mais aussi en interne, avec des projets dédiés et des focus de formation sur les talents, ainsi qu’en dehors de la banque, comme dans les relations préférentielles avec les universités sur les questions de durabilité, de gouvernance, de richesse numérique, de gestion et de transition générationnelle, ou dans l’engagement social et la communication dans l’éducation financière et la sensibilisation aux défis de l’agenda 2030 de l’ONU.

Lire aussi:  Prévisions. D'ici novembre, 1,4 million d'embauches

Aujourd’hui, ce ne sont pas seulement les jeunes qui s’inquiètent de l’avenir, mais aussi les familles, compte tenu de la dynamique de l’inflation. Que vous demandent les clients ? 

Une protection contre l’inflation et les risques de marchés de plus en plus complexes, compte tenu des tensions géopolitiques et du ralentissement mondial en cours. Les clients vous demandent donc de plus en plus de les accompagner sur la voie de la diversification de leur épargne à moyen et long terme et de la protection de leur patrimoine global. Dans un monde où les prix sont passés d’environ zéro à 7-8% par an, avec la pression des taux élevés sur les hypothèques et les prêts, il est important de se déplacer en gardant à l’esprit les différentes criticités. Alors que le stationnement sur un compte soulève les risques d’érosion du pouvoir d’achat avec l’inflation, l’investissement à sens unique dans certains instruments, tels que les obligations, apporte avec lui les inconnues des conditions de taux dans le temps et l’impact potentiel de l’évolution des conditions économiques. Nous continuons à croire en la valeur de la gestion active, qui apporte l’avantage d’un plus grand contrôle en cas de pics de volatilité et d’une diversification ciblée, ainsi que des instruments d’assurance, en tirant les bénéfices de la mutualité et, en général, de l’apport de l’expérience d’un banquier aux côtés des familles dans le conseil et le choix d’objectifs et d’horizons personnels. Car notre travail ne se limite pas à l’analyse des investissements, mais, comme je le fais de plus en plus personnellement, il consiste aussi à accompagner les clients dans les défis de leur entreprise ou de leur transition générationnelle. Et ce n’est pas un hasard si nous sommes devenus ces dernières années une référence pour les entrepreneurs sur ces questions.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *