sam. Juil 20th, 2024

C’est le genre d’activités qui passent inaperçues, mais qui, grâce à la des gestes très simples, offrent des lueurs d’espoir. et de bonheur aux gens. La Pastorale des Prisons de l’Archidiocèse de Séville a organisé l’événement. d’un groupe de détenus du centre pénitentiaire de Séville II.situé à Morón de la Frontera, au centre de détention de l Basilique del Gran Poder le samedi 24 juin dernier.

À l’église, ils ont été accueillis par le frère aîné de la confrérie, Ignacio Soro, et d’autres membres du conseil d’administration. Le pèlerinage a commencé par la célébration de la messe présidée par le prêtre Pedro Sola, aumônier du centre pénitentiaire de Morón, suivie de l’office religieux. la vénération de l’image du Seigneur et la visite de la maison de la fraternité.



« Une journée inoubliable devant le Seigneur de Séville, dont le visage reflète la douleur que les personnes emprisonnées portent tant et l’espoir qui, avec nos yeux sur Lui, triomphe toujours », a déclaré Felix Quijada, secrétaire de cette pastorale diocésaine.

Le relation entre les confréries et les prisonset donc les détenus, est restée vivante au fil des ans.. En de nombreuses autres occasions, les confréries de Séville – et d’Andalousie en général – ont maintenu la pratique des demander la liberté d’un certain nombre de prisonniers qui remplissent les conditions d’une grâce ordinaire, c’est-à-dire qui purgent actuellement une peine et qui répondent aux exigences de la justice, de l’équité ou de l’utilité publique. Cette pratique remonte au XVIIIe siècle, sous le règne de Charles III.

Le cas le plus connu est celui de Jesús el Rico, à Malaga, bien que certaines corporations de notre ville aient demandé au gouvernement de gracier un prisonnier. Par exemple, la Confrérie de la Trinité a gracié plusieurs prisonniers ces dernières années, notamment en 2015, 2016 et 2017, bien que cette initiative ait déjà été développée auparavant. Fidèle à sa tradition trinitaire, la Hermandad de San Pablo a également gracié un certain nombre de prisonniers au cours des dernières Semaines Saintes, y compris des femmes. Une proposition plausible qui favorise la réinsertion sociale des personnes et la possibilité de leur offrir l’opportunité de retrouver une vie pleine sans privation de liberté.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *