mer. Mai 29th, 2024

L’importance de la données et la légèreté des théorie . La différence est de taille. Les données, par exemple, indiquent que a  aujourd’hui, seules trois voitures sur dix en circulation en Italie pourraient être remplacées par une voiture électrique . Et cela un véhicule récent respectueux de l’environnement (classe Euro 5 ou 6) conduit de manière inefficace peut avoir un impact environnemental plus important qu’une voiture plus ancienne mais « verte ». . C’est ce qu’indiquent les recherches menées par l École polytechnique de Milan  qui a élaboré leIndice de mobilité E-Privée l’indice représentant le pourcentage de véhicules conventionnels qui peuvent être effectivement remplacés par des véhicules électriques, présenté lors de la conférence de l’Union européenne sur les véhicules électriques (E-Private Mobility Index). « Le conseil de la mobilité urbaine » d’Unipol  à Milan.

L’étude a porté sur un échantillon du parc automobile de trois grandes villes italiennes, Brescia, Rome et Bari , estimant que les durabilité économique  de la voiture électrique et l’amortissement des frais encourus en fonction de la longueur des trajets effectués, de l’existence d’un point de recharge domestique peu coûteux à proximité du domicile et des prix de recharge actuels. Sachant que la durée moyenne de possession d’une voiture particulière en Italie est de 8 ans, les résultats de l’analyse ont révélé que l’électrification n’est pas uniforme dans le pays. En particulier, l’indice de mobilité privée électronique était de 28 % à Brescia, de 17 % à Rome et de 42 % à Bari. L’analyse des trois provinces montre que, de toute évidence, l’une des variables qui affecte de manière significative le temps de retour sur investissement d’un véhicule électrique est le coût de la recharge. Et, comme mentionné, l’E-Mobility Index Italy estime que seulement 30 % du parc automobile italien pourrait être immédiatement remplacé par des voitures entièrement électriques.

Au cours de la deuxième édition du forum, des informations ont également été diffusées qui modifient l’état de l’art du processus d’électrification et qui, en plus de refléter le comportement des utilisateurs, devraient fournir un point de vue novateur et permettre aux administrations publiques de planifier des politiques plus ponctuelles et plus efficaces pour gérer le trafic des véhicules privés et limiter la pollution. L’étude de l’École polytechnique de Milan, qui a analysé les données recueillies par les boîtes noires installées sur les véhicules des clients d’Unipol dans les provinces de Rome, Brescia et Bari, a non seulement permis d’évaluer la faisabilité du passage des voitures à moteur à combustion à des voitures 100 % électriques, mais elle a également permis d’évaluer la possibilité de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de réduire les émissions de gaz à effet de serre. a mis en évidence comment les véhicules non électrifiés pouvaient continuer à circuler, sous certaines conditions, même dans les zones à circulation restreinte si les données collectées par les boîtes vertes étaient prises en compte.  Ces dispositifs connectés sont en effet capables de définir et de classer l’impact environnemental de chaque véhicule, allant au-delà de la traditionnelle classe générique Euro. 

Les analyses effectuées sur les données télématiques d’UnipolTech2 permettent de passer du concept de boîte noire à celui de boîte verte, mesurant en continu les kilomètres parcourus, les vitesses, les accélérations et freinages brusques. Et de l’analyse des données de conduite présentée au Conseil Mobilité Urbaine de Milan, il ressort que Les émissions réelles, calculées avec les boîtes vertes, indiquent que 43% des véhicules Euro 5 ont des émissions de gaz à effet de serre inférieures à la moyenne Euro 6, et même 26% des véhicules Euro 4 ont un impact CO2 inférieur à la moyenne Euro 6.   Indépendamment de l’âge ou de la technologie du moteur, l’étude présentée par le Politecnico di Milano met donc en évidence la nécessité de promouvoir une conduite écologique et responsable en fournissant aux conducteurs des informations (également en temps réel grâce à des connexions) sur les pratiques de conduite susceptibles de réduire les émissions et la pollution de l’air.

« L’étude réalisée sur les données télématiques en coopération avec UnipolTech indique que Sergio Savaresi directeur du département d’électronique, d’information et de bio-ingénierie du Politecnico di Milano – met en avant deux concepts fondamentaux. Le premier est que l’impact environnemental d’un véhicule, et en particulier ses émissions de CO2, est largement lié au type d’utilisation plutôt qu’à sa classe Euro . Il est peut-être temps, grâce à la technologie télématique moderne, de mesurer l’impact réel de chaque véhicule et de ne pas se fier aux valeurs moyennes traditionnelles. La seconde est que, en maintenant le schéma classique de la voiture privée pour un usage individuel, le passage effectif aux modèles électriques ne devrait pas dépasser 30 %. « . Pour Savaresi, « la transition vers de nouveaux modèles de mobilité en tant que service, plus facilement électrifiables, doit donc être gérée de la meilleure façon possible ». La boîte verte est conçue comme un outil permettant de définir et de classer l’impact environnemental de chaque véhicule, au-delà du concept traditionnel d’appartenance à la classe Euro, en mesurant en continu les kilomètres parcourus, les vitesses et le style de conduite. Essentiellement, grâce aux données des boîtes vertes, on peut passer de politiques basées sur la quantité moyenne d’émissions émises par un certain type de moteur à des politiques basées sur les données réelles du véhicule individuel et sur la façon dont il est conduit.  Une révolution, notamment dans la gestion de l’accès aux centres-villes, parce que l’entrée dans les ZTL se ferait non seulement en fonction de la voiture que l’on possède, mais aussi des kilomètres que l’on parcourt, des vitesses que l’on adopte, du sol que l’on occupe et de son style de conduite. 

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *