dim. Avr 21st, 2024

Après le transfert célébré dimanche matin dernier de son siège canonique, San Antonio de Padua, à San Lorenzo, les images titulaires du Buen Fin se trouvent maintenant à leur emplacement provisoire.devant l’autel principal de l’église paroissiale de San Lorenzo. Les deux images partagent un autel simple sur lequel le crucifix, surélevé, se trouve derrière la Vierge de La Palma qui, en l’espace de quelques heures, a changé ses vêtements pour la saison ordinaire. Elle est vêtue d’un manteau blanc et d’un sac, avec une coiffe et un diadème. À l’arrière-plan, à l’endroit où commence le retable de l’autel principal, une série de chandeliers avec leurs bougies respectives.

Les sculptures, toutes deux du XVIIe siècle, de Sebastián Rodríguez, le Christ et la Vierge anonyme, seront vénérées sur ce site au cours des prochaines semaines.au moins pour la durée de l’été, car l’intention est de rester à San Lorenzo le temps des travaux de nettoyage de San Antonio de Padua.



Le maître-autel, conçu par Juan Martínez Montañésest dédiée à Saint Laurent et à sa vie. Le sculpteur originaire d’Alcalá a également réalisé les boiseries, avec la nouveauté de placer le tabernacle et le manifestant, œuvre de López Bueno en 1616. Elle contient des sculptures d’un Christ crucifié, du saint titulaire de l’église et d’anges, œuvres des frères Felipe et Francisco Dionisio de Ribas et réalisées au XVIIe siècle. Le presbytère possède plusieurs peintures à l’huile de grande valeur artistique, réalisées par Juan de Uceda et Francisco Pimentel.

La Pastora, dans le sacramental

Pour sa part, l’image de la Divina Pastora a également été placée dans son nouvel autel provisoire, à l’intérieur de la chapelle sacramentelle de San Lorenzo. Elle y sera vénérée de la même manière pendant les prochains mois jusqu’à son retour à San Antonio de Padua.

Il s’agit, en quelque sorte, d’une image inconnue de nos générations mais qui a fait partie indissolublement de l’histoire de nos confréries. Pratiquement depuis sa fondation jusqu’en 1911, la Bergère était vénérée sur ce même site, à San Lorenzo, jusqu’à ce qu’il soit déplacé à San Antonio en raison de travaux dans l’église paroissiale. Voici comment la confrérie elle-même le raconte : « La ferveur populaire et l’enthousiasme des paroissiens firent que la chapelle assignée, la dernière de la nef de l’Évangile, fut rénovée et remodelée avec le consentement des marquis de La Motilla, à qui elle appartenait, et en 1732, le chanoine de Lima, D. Francisco Sánchez, fit don de l’image que l’on vénère aujourd’hui ».

Comme la dévotion à la bergère en général et dans cette paroisse en particulier augmentait, et vu l’étroitesse et le manque d’espace dans la chapelle de l’autel pour une image aussi digne de la bergère et pour son culte, les dévots et les paroissiens demandèrent à nouveau à la mairie de placer l’image de la bergère dans l’autel. licence pour les travaux d’agrandissement nécessaires et l’annexion d’une partie du virage de la rue derrière la chapelle. Cette demande fut acceptée le 10 octobre 1738. Par la suite, un nouveau retable fut construit sur l’autel, qui est celui qui existe aujourd’hui dans cette paroisse, et l’ensemble de la chapelle fut réaménagé et façonné en 1739″.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *