mar. Juin 18th, 2024

L’ère post-Covid a mis à genoux les géants de la livraison de nourriture, aux prises avec des coûts en hausse et des clients et revenus en baisse. Jeudi, Uber Eats, la  » côte  » de livraison à domicile de la multinationale américaine de la mobilité, a annoncé qu’elle quitterait l’Italie dans un mois : un marché considéré comme non rentable après sept ans de présence. Arrivé à Milan en 2016, Uber Eats s’est implanté dans soixante villes, a collaboré avec six mille restaurants et a embauché des milliers de coureurs. Mais cela n’a pas suffi. Une quarantaine d’employés vont perdre leur emploi, tandis que les livreurs, classés comme indépendants, . L’objectif déclaré d’Uber est de n’être compétitif que dans les pays où les parts de marché sont élevées, comme la Grande-Bretagne, la France, l’Espagne et l’Allemagne. Le retrait d’Israël, annoncé au même moment, doit être lu dans ce sens. En Italie, le marché est entre les mains des rivaux Just Eat et Glovo. Dans le secteur de la livraison de nourriture, celle d’Uber n’est pas la première fermeture. L’an dernier, c’est Gorillas, le service de livraison de restauration rapide à domicile, qui a licencié 540 personnes avant d’être racheté par le turc Getir. Dans notre pays, les travailleurs de la gig economy, selon les estimations de l’Inapp pour 2022, sont plus de 570 000, dont environ 60 000 (estimation faite par le tribunal de Milan dans le cadre de l’enquête sur le « caporalato » (travail forcé)) sont des cavaliers.

Uber a toutefois choisi de rester en Italie et de se concentrer sur les services de mobilité : à partir du mois prochain, il travaillera en tandem avec It Taxi, le plus grand opérateur de réservation italien, qui compte plus de 12 000 chauffeurs de taxi. La présence du géant américain en Italie a été marquée par des événements judiciaires mouvementés. En 2020, il a été placé sous mandat de justice pour caporalato : les chauffeurs, engagés par deux sociétés intermédiaires, étaient payés trois euros de l’heure. En 2022, une centaine de travailleurs ont été indemnisés, tandis qu’en avril dernier, une nouvelle condamnation pour comportement antisyndical lié à l’utilisation d’algorithmes a été prononcée.

L’adieu d’Uber Eats, qui laisse présager l’ouverture d’une saison de crise, a mobilisé les syndicats qui demandent au gouvernement des mesures adéquates pour protéger les coureurs en cas de cessation d’activité. En Europe, des modèles de protection durable sont à l’étude depuis un certain temps : le Conseil européen vient d’approuver le texte de la « directive sur le travail de plateforme », qui prévoit un cadre pour les travailleurs de l’économie parallèle. Son application pourrait conduire à environ 5 millions de nouvelles embauches avec des contrats de salariés, sur les 28 millions de personnes actuellement employées sur des plateformes numériques. Selon les syndicats européens, l’essentiel de ces embauches concernerait les cavaliers.

La secrétaire confédérale de la CGIL, Francesca Re David, souligne que les chauffeurs Uber « encadrés en tant que collaborateurs occasionnels et TVA, n’auront pas droit à des amortisseurs sociaux ni à aucun soutien public pour une éventuelle délocalisation ». Sur la même longueur d’onde, la Cisl propose de reconnaître aux riders un fonds de licenciement extraordinaire et des parcours de réinsertion adéquats et demande à Assodelivery et au gouvernement une réunion urgente.

Pour le syndicat autonome de cavaliers Milan Deliverance, les raisons de la fermeture d’Uber Eats, clairement expliquées par les investisseurs, font ressortir le vrai problème. « Le marché de la livraison est saturé et il ne suffit pas que des multinationales comme Uber, Deliveroo, Glovo ou Foodora compriment au maximum les coûts de la main-d’œuvre et le risque commercial, en se déchargeant sur les épaules des travailleurs par le biais du travail à la pièce, pour rester sur leurs pieds. C’est la preuve que la catégorie doit être réglementée dès que possible et que les négociations entre les partenaires sociaux doivent être encouragées pour garantir la sécurité des travailleurs.

Situation similaire dans le monde entier : le Finacinal Times dans un article récent, estime à 15 % la réduction du nombre de travailleurs des plates-formes, qui, pendant les années de pandémie, ont connu une activité intense et ont ouvert des « cuisines fantômes » (lieux où la nourriture est produite pour les livraisons) afin de satisfaire les clients. Aujourd’hui, le vent a tourné : les commandes sont en baisse et les frais d’application élevés, estimés entre 15 et 30 %, poussent de nombreux restaurants à effectuer leurs propres livraisons. Il sera difficile de maintenir les coûts de livraison à un niveau bas. Pour y parvenir, les plateformes licencient (Grubhub et DoorDash aux États-Unis ont supprimé respectivement 2 800 et 1 250 employés) ou se retirent de marchés moins effervescents : Deliveroo a quitté l’Australie et Zomato a suspendu ses livraisons dans 255 villes indiennes.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *