dim. Avr 21st, 2024

(par Giancarlo Fercioni). Videoumarell entre deux sites… Celui de la nuit, de la NBA et celui du jour, de la série finale pour le Scudetto. Et je ne parle pas des encouragements, bien qu’ils soient inévitablement présents, mais des matchs en vidéo, tels qu’ils sont racontés.

J’ai eu la chance, au cours de mes trente-cinq années de direction sportive, de participer en tant que directeur à presque toutes les tournées italiennes de la NBA : les différents Open McDonald, l’Europa Live, etc. Mais comment ? Les défauts ?

Par exemple, dans le McDonald’s de 1999, nous avions déployé une vingtaine de caméras, entre les caméras normales et les superslots, qui nécessitaient des caméras dédiées et presque autant de rediffusions. Ils produisaient du côté opposé au nôtre, plus ou moins le même, et les rediffusions étaient gérées à l’intérieur de plusieurs conteneurs avec un assistant à côté de l’opérateur, occupant les trois quarts de l’espace dédié à la télévision (dans le jargon de TV Compound).

Donc comparaison : nous deux camions de direction, un pour la direction du jeu et un pour la personnalisation, puis Télé+. Eux, deux camions de direction, un pour le match et un pour les Spurs, l’équipe visiteuse de la NBA, plus un nombre indéterminé de conteneurs consacrés aux reprises, aux graphiques, aux bureaux, etc.

Et jusqu’à présent, nous pouvons nous en accommoder, quand nous l’appelons Americana… Ensuite, une dernière chose au niveau opérationnel : nous avons essayé n’importe quoi ! Ceux qui ont eu la chance d’assister à un match de la NBA en direct savent qu’en plus du match, il y a le spectacle : il n’y a pas une minute qui manque. Animations, mascottes, jeux avec le public, cheerleaders, etc. et tout est répété. C’est tout à fait exact ! Et puis on s’emballe quand il se passe des choses comme la veille du match qui meurt Wilt Chamberlainune légende mondiale du sport et du basket-ball. Comme il est normal en pareil cas, une minute de silence est prévue… Ils ont voulu essayer cela aussi ! Un peu exagéré…

Les finales actuelles montrent ce qui est un rêve pour tout réalisateur, toutes sortes de caméras spéciales, une focalisation et une préparation sur n’importe quel thème du jeu, en plus des caméras dédiées aux protagonistes individuels. Tout cela est merveilleux mais, en tant qu’umarell, j’y ai aussi trouvé quelques erreurs. Grammaire. Vous êtes sur la caméra du jeu, elle s’arrête et un replay commence : exactement à l’envers, c’est-à-dire que d’abord ils couraient de droite à gauche et le replay de la même action exactement dans l’autre sens…un subjonctif erroné…

Nos finales : il y a quelque chose de plus que d’habitude : un Jimmijibb, la caméra télécommandée sur un bras au-dessus d’un panier (l’autre pas ?) une caméra à l’épaule travaillant sur les bancs dans le champ arrière et un gimbal sans câbles. Quelque chose pour l’umarell ? Oui. Cette dernière caméra, très différente des autres, beaucoup plus moche en qualité… Alors je suis désolé, j’aurais quand même aimé être là, c’est la vérité.

Qui sait ?

Giancarlo Fercioni

Veuillez noter. Pour ceux qui ne connaissent pas la définition, l’umarell (dialecte de l’Émilie mais désormais dédouané dans toute l’Italie) est le retraité curieux qui observe les chantiers, mais aussi tout ce qui se passe autour. Je suis entré dans cette catégorie après trente-cinq ans de réalisation télévisuelle autour de presque toutes les chaînes de télévision : d’abord privées, puis Rai, Mediaset et payantes, Tele+ et Sky. Aujourd’hui, à part promener mes chiens, je m’occupe de tout ce que je vois autour de moi, comme la plupart des retraités. La seule différence, c’est que je suis un umarell qui ne veut pas abandonner sa vieille passion (et son ancien métier), le basket-ball.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *