dim. Avr 21st, 2024

Aujourd’hui, elle est formalisée l’augmentation contractuelle au titre de la clause de sauvegarde de la convention nationale de la métallurgie est formalisée  et liée au chiffre d’inflation Ipca net des biens énergétiques importés en 2022. Les syndicats des travailleurs, Federmeccanica et Assistal, l’association nationale des fabricants d’installations et des services d’efficacité énergétique, participent à la réunion.

Ces derniers jours, l’Istat a annoncé que sur la base de l’indice Ipca pour l’année 2022 corrigé de l’inflation des biens énergétiques importés les métallurgistes pourront bénéficier d’une augmentation des minima égale à 123,40 euros par mois en moyenne. soit 6,6 points de pourcentage (96,4 euros de plus que prévu). Cette augmentation, due à la « clause de sauvegarde » incluse dans le dernier renouvellement contractuel, concerne plus de 1,5 million de travailleurs de la métallurgie qui verront la troisième tranche de l’augmentation salariale de juin passer de la moyenne de 27 euros estimée lors de la signature de l’accord à 1,5 million d’euros. 123 euros, soit 96,4 euros de plus pour un troisième niveau . Une augmentation, toutefois, allant de 99,6 euros pour un premier niveau à plus de 162 euros pour un cadre, par rapport aux 21 euros – 35 euros sanctionnés par l’accord de 2021. La décision, en effet, de prévoir un ajustement des minima au cas où l’inflation constatée à la fin de l’année serait supérieure à celle établie lors de la signature de l’accord, a été prise par la Commission. protégé au moins partiellement la masse salariale .

Il s’agit d’une solution positive, unique dans le paysage contractuel de notre pays, originale et fruit d’un contrat innovant et mature », a expliqué ces derniers jours Roberto Benaglia, secrétaire général de la Fim Cisl.
« Déterminer les augmentations salariales en cours de contrat et pas seulement en fin de contrat est un choix pragmatique et très utile. Avec cette formule, nous mettons un soutien économique fort dans les enveloppes salariales des métallurgistes, en récupérant immédiatement le pouvoir d’achat érodé par l’inflation, sans devoir attendre l’expiration du contrat dans un an. Bien entendu, ce résultat important laisse ouverte une vérification globale de la défense de l’ensemble du pouvoir d’achat des masses salariales, qui devra être vérifiée à la fin du contrat », a conclu M. Benaglia.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *