lun. Mai 20th, 2024

Une année sans procession de la Fête-Dieu est peut-être l’occasion de regarder en arrière et de se souvenir de ceux qui ont rendu possible la splendeur qui nous a tant manqué cette année. Le Corpus a connu un fort déclin au début des années quatre-vingt. L’interprétation déformée des principes du Concile Vatican II et les changements politiques en Espagne ont mis en échec les manifestations de religiosité populaire. Des secteurs de l’Église elle-même les considèrent avec méfiance. José Sánchez Dubé a dû faire preuve d’imagination pour faire revivre une procession tombée en désuétude. Il propose aux confréries de prendre en charge la décoration des chars et parvient à impliquer à nouveau la mairie. Le Corpus Christi bénéficie de son travail et du dévouement et de l’engagement d’un des grands de l’époque : Juan Castro Nocera. Don Juan était, dans la pratique, l’adjoint au maire chargé de la plus grande procession du calendrier des processions. Sans ces hommes, ce que nous avons connu ne serait pas possible. Et cette année, hélas, la pluie nous l’a enlevé.

Incompréhensible




Pourquoi la procession n’a-t-elle pas eu lieu à l’intérieur de la cathédrale avec le Saint-Sacrement dans l’ostensoir d’Arfe ? Quel ravissement minimaliste, réductionniste ou pseudo-austérité a affecté les responsables de la décision ? Nous comprenons tous que les pasos doivent rester en place, mais Sa Divine Majesté pouvait se rendre au meilleur endroit possible et au jour le plus approprié même si la procession ne sortait pas dans la rue. De plus, nous savons tous que le paso est sur roues. Il n’y avait pas de place pour un quelconque soupçon de tachiro. Ici, on en fait trop ou pas assez. On rêve de magnas, de départs extraordinaires et d’enterrements sacrés XXL, mais on a une sorte de complexe au moment où l’on s’y attend le moins. Le critère a failli, sans que cela n’enlève un iota à la beauté de l’ensemble lorsque nous nous sommes régalés dans la cathédrale. L’expérience intérieure était passionnante. Sans parler du contraste de la pluie qui tombait (et résonnait) à l’extérieur, quel beau cadeau !

Un VIP parmi les fidèles

L’archevêque a salué le ministre de la Culture, du Tourisme et des Sports au début de l’homélie, mais Don Arturo Bernal ne faisait pas partie des autorités. Une erreur de Monseigneur ? Pas du tout. M. Bernal était parmi les fidèles, comme un membre du peuple. Et Don José Ángel est venu le complimenter à la fin de la cérémonie lorsqu’il est passé dans le quartier où il se trouvait. Le conseiller était plus à l’aise parmi les fidèles.

Un bon prédicateur

Don Teodoro León, évêque auxiliaire, a présidé samedi dernier le mariage de la fille des ducs de Segorbe. C’est un grand orateur, comme nous le savions déjà lors d’autres célébrations. Bon ton et bon contenu. Il ne manquera pas d’être inondé de demandes pour célébrer des mariages.

Le débarquement

Francisco Ortiz Bernal est le nouveau doyen de la cathédrale. Francisco Román, curé de La Magdalena, est le nouveau Délégué à l’administration et au patrimoine, et Manuel Palma, le nouveau Secrétaire du Chapitre. Et Manuel Palma, le nouveau secrétaire du Chapitre. Que peut-on interpréter des résultats des élections qui ont eu lieu au sein du Chapitre ? Que les nouvelles générations sont arrivées, celles qui sont appelées à gouverner le premier temple de la ville dans la prochaine décennie et plus ? Le vicaire général continuera pour l’instant à être sous la responsabilité de Don Teodoro León, car il n’est pas logique d’avoir un évêque auxiliaire et un vicaire.

Le péremptoire

Le Conseil s’empresse de rembourser la TVA sur les chaises et les cartons, et d’annoncer le remboursement des chaises de la Fête-Dieu ! Cela n’enlève rien, bien sûr, au fait que beaucoup donnent l’argent aux confréries sacramentelles, les plus démunies des trois sections qui composent le Conseil. Deuxième coup. Le conseil électoral de Candelaria n’aura qu’une seule candidature. Le frère aîné actuel a décidé de ne pas se représenter. Troisième coup. Le frère Pablo est inscrit au séminaire métropolitain. Jeudi, il a participé à la procession. Et comme toujours, il a reçu de nombreuses marques d’affection. Et des bougies en plus. Entendu. Le congrès des confréries de 2024, avec tant de voyages à Rome et tant de références au Pape, il me semble qu’il devrait être rebaptisé, de manière humoristique,  » Le congrès des confréries de 2024 « . Purpuraliane pensez-vous pas ? Je le vois… clairement ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *