ven. Mai 24th, 2024

Les entreprises italiennes ont toutes les cartes en main pour conquérir le monde. La poussée vers l’internationalisation, soutenue par des chiffres d’exportation supérieurs à ceux de nos principaux concurrents tels que la France et l’Allemagne, s’appuie sur les éléments suivants Confindustria  avec l’ouverture de sites stratégiques. La prochaine étape, après celles de Kiev et de Singapour, est inscrite à l’agenda du 21 juin, à destination de Washington.  « Les États-Unis sont notre troisième marché (après l’Allemagne et la France, ndlr), ils ne pouvaient pas être exclus du projet de Confindustria dans le monde », a déclaré le président de Confindustria. le numéro un de Viale dell’Astronomia Carlo Bonom i. « Il s’agit d’être présent avec notre diplomatie économique à un moment où, en 2024, lorsque nous aurons les élections présidentielles aux États-Unis, il y aura également des élections européennes et l’Italie aura la présidence du G7 et, par conséquent, la Confindustria la présidence du B7. Il est important d’être présent avec nos bureaux et nos fonctionnaires dans ces lieux où les stratégies internationales seront décidées, afin de sauvegarder les intérêts de notre industrie ». En tant qu’ambassadrice du Made in Italy, Confindustria a choisi Leonardo da Vinci en organisant, en collaboration avec la Veneranda Biblioteca Ambrosiana, une exposition sur le thème de l’art et de la technologie.  à la Martin Luther King Jr Memorial Library où seront exposés pendant deux mois douze dessins autographes, sélectionnés parmi les 1 119 feuilles qui composent le Codex Atlanticus.  Il s’agit d’une « opération pays » où l’industrie joue son rôle de diplomatie économique », a ajouté M. Bonomi. Léonard représente l’ingéniosité italienne : c’est lui qui a commencé à savoir fabriquer et à faire de belles choses comme nous le faisons tous les jours ».

Le fer de lance du Made in Italy est constitué par les produits d’excellence qui relèvent de la classification Bello e Ben Fatto (Bbf) et représentent une valeur de 122 milliards d’euros,  104 pour les pays avancés et 19 pour les pays émergents, mais ils ont le potentiel d’augmenter de 96 milliards supplémentaires. Les chiffres qui le vice-président de la Confindustria  chargé de l’internationalisation, Barbara Beltrame Giacomello  a déclaré hier lors de la présentation du rapport « Exporter la dolce vita » organisé par la Confindustria à Parme. Les grands changements auxquels nous assistons posent de nombreux défis, en particulier aux entreprises », a déclaré la vice-présidente, « qui doivent changer pour opérer sur les marchés internationaux, en se concentrant sur la durabilité, le développement des compétences numériques, l’internationalisation et les accords de libre-échange, la protection de nos marques et la lutte contre le phénomène de l’Italian Sounding ». L’Italie exporte 99 % de ses produits haut de gamme, en deuxième position derrière la Chine et en concurrence avec la France dans tous les secteurs. Les États-Unis sont le principal marché avec un potentiel de 22,6 milliards d’euros, suivis par l’Allemagne (5,7 milliards) et la Corée du Sud (4,7 milliards). Parmi les économies émergentes, le principal partenaire est la Chine (2,4 milliards), suivie de l’Arabie Saoudite (2) et du Qatar (1,4), tandis que les exportations vers la Russie stagnent.

L’industrie italienne de la mode, composée de 60 000 entreprises, dispose d’un potentiel inexploité et peine à s’associer comme l’a fait la France. « Les petites entreprises, qui constituent la grande majorité, ont du mal à accéder aux marchés nord-américain et asiatique », a souligné le président de la Commission européenne. Ercole Botto Poala, président de Confindustria Moda  – se trompent en ne connaissant pas la réalité complexe de ces pays ».© reproduction réservée

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *