jeu. Avr 18th, 2024

Le risque de pluie est très élevé pour les premières heures du jeudi matin, jour de la Fête-Dieu, à Séville. C’est ce qu’a expliqué le porte-parole de l’Agence météorologique de l’État (Aemet) en Andalousie, Juan de Dios del Pino, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a également dressé le bilan du printemps et de l’été.

M. Del Pino a expliqué que Séville, ainsi que le reste de la communauté, est affectée par le grain Óscar, qui a frappé les îles Canaries et atteint maintenant la péninsule avec des caractéristiques différentes. Il s’agit d’un grain qui s’est formé dans l’Atlantique et non d’une DANA comme celle de la semaine dernière. Il est donc plus facile de prévoir où et quand il va pleuvoir, car les précipitations sont produites par l’arrivée de bandes nuageuses.



Ainsi, il a expliqué qu’il ne pleuvra probablement pas à Séville mercredi après-midi, mais qu’une bande nuageuse devrait couvrir la ville pendant les premières heures de jeudi matin et les premières heures de la matinée de ce même jour, probablement entre six et huit heures du matin, heure prévue pour le début de la procession du Corpus Christi.

Comme à Pâques, l’Aemet peut affiner ces prévisions à l’approche de l’échéance, mais pour l’instant, il est très probable qu’il pleuve dès le début de la matinée. Il existe un scénario moins probable, mais qui peut se produire, selon lequel cette bande de nuages se divisera en deux. L’une couvrirait la partie ouest de la ville et l’Aljarafe et l’autre la partie est, de sorte que le centre resterait sans pluie, mais c’est un scénario beaucoup moins probable.

M. Del Pino a souligné que le printemps 2023 a été historique, car il a été le plus chaud depuis 1961, non seulement à Séville mais dans toute l’Espagne. À Séville, en particulier, les températures ont été supérieures de 2,4 degrés à la moyenne. De même, les températures moyennes du printemps ont été dépassées pendant 68 jours. Chaque jour, il y a une température moyenne, allant de 12 degrés le 1er mars à 20 degrés à la fin du mois de mai. Selon le porte-parole d’Aemet, ce n’est pas le fruit du hasard. « Si vous jouez à pile ou face et que vous obtenez toujours un résultat positif, c’est que la pièce est truquée. Ce qui est truqué ici, c’est la météo », a-t-il déclaré, faisant référence au changement climatique et aux températures de plus en plus élevées.

Le printemps a également été très sec, même si les pluies du mois de mai ont fait disparaître au moins le risque d’incendie. « Elles n’ont pas rempli les réservoirs, mais elles ont réduit le stress hydrique sur les terres et les plantes. Si elles avaient été utilisées pour remplir les réservoirs, ce qui est tombé en Andalousie aurait permis de remplir 5,5 fois notre plus grand réservoir, Iznájar. Mais ce n’est pas ainsi que la pluie tombe », a déclaré le météorologue, qui a précisé que la plupart des tempêtes étaient le résultat d’une DANA.

L’été s’annonce également plus chaud que la normale, avec des vagues de chaleur. Dans l’ouest de l’Andalousie, il y a 50 % de chances que l’été soit supérieur à la moyenne. Cette statistique s’élève à 60 % dans le cas de l’Andalousie orientale. « L’été pourrait également être plus humide que la normale, mais il ne faut pas oublier que la moyenne des précipitations en été est de 20 litres.

En ce qui concerne la sécheresse, M. Del Pino a indiqué que l’Andalousie en souffre depuis cinq ans, contrairement au reste de l’Espagne, et a comparé la situation à celle qui prévalait entre 1992 et 1995. « C’est quelque chose d’exceptionnel, de rare. Je comprends que les agriculteurs et les éleveurs soient très inquiets.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *