jeu. Avr 18th, 2024

Les pèlerins de Séville entament leur pèlerinage particulier du Rocío, l’une des expressions populaires et ethnographiques les plus reconnues au niveau international pour sa variété, sa richesse, son ancienneté et sa valeur culturelle. Pendant sept jours, à travers des routes et des zones sablonneuses, ils marcheront à la recherche du chemin qui les mènera à la Blanca Paloma (colombe blanche). dans les marais de Doñana. La Virgen del Rocío, d’une manière ou d’une autre, est l’une des dévotions les plus enracinées dans notre ville et se manifeste clairement dans notre vie quotidienne.

À tel point qu’elle est présente dans la Semaine sainte sévillane. Nombreux sont les pénitents qui, quarante jours après la Résurrection, échangent leur capirote contre des botos et des volants pour chanter des sevillanas. Et vice versa : à El Rocío, il y a beaucoup de « cofradierismo ».. Dans le domaine musical, l’une des marches processionnelles porte le nom de cette dévotion infinie. Bien que son exécution ait été considérablement réduite, cette marche est toujours d’actualité. Rocío est un élément clé des répertoires « populeux » de nos pasos de palio et un bastion sentimental.



Cependant, cette marche a une histoire très particulière que nous ne pouvons nous empêcher de partager dans ce contexte. Gerardo Australia a écrit, il y a près de vingt ans, sur la figure de Felipe Carrillo Puerto, le gouverneur mexicain du Yucatán qui était tombé follement amoureux d’une journaliste du New York Times, Alma M. Reed.

Pour il a demandé au poète Luis Rosado et au musicien Ricardo Palmerín de conquérir son cœur. une chanson. De cette union « commune » est née Pèlerinune mélodie que Manuel Ruiz Vidriet a dû entendre et littéralement emprunter pour composer une marche sur la Blanca Paloma. Vous pouvez l’écouter ici et en tirer les conclusions que vous jugerez opportunes.  

Vidriet, musicien de Louisiane, a dû la composer dans les années 1920, toujours après 1923, année où cette chanson mexicaine a été interprétée pour la première fois. Manuel Pérez Tejera a entrepris une série d’arrangements, ce qui explique que l’on trouve parfois les deux noms accolés comme coauteurs de la composition.

Cependant, on sait que l’ami Vidriet n’était pas entièrement satisfait et a voulu terminer ce « collage » en y incorporant l’œuvre de Turina, rien de moins. Le populaire solo de piccolo et le trio final sont tirés de la majestueuse œuvre La procesión del Rocío, de Joaquín Turina, composée en 1912. Le compositeur ne ralentit le tempo du solo que pour terminer cette œuvre qui pourrait être décrite de bien des façons. ; Vous pouvez l’écouter ici à la minute 6:20.   Plagiat ? Ambiance ? Simple adaptation ?

Malgré cela, nous préférons conserver le romantisme et le lyrisme qui entourent cette composition, si chère, attachante et récurrente dans la Semaine Sainte de notre enfance, lorsque la Macarena défilait dans les Escoberos le matin du Vendredi saint…

Buen camino, rocieros.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *