mar. Avr 23rd, 2024

L’annuaire du Gran Poder est un exemple de bon goût. Il propose des articles d’intérêt et des informations qui peuvent être considérées comme étant d’avant-garde. avant-gardePourquoi ? Parce qu’il n’y a pas si longtemps, il était inconcevable qu’une confrérie donne toutes sortes de détails sur la restauration d’une de ses figures titulaires, y compris des radiographies montrant les défauts, les fissures et les trous. Dans la dernière publication, nous trouvons toutes les photos nécessaires pour comprendre le travail de Pedro Manzano avec le Virgen del Mayor Dolor y Traspaso. Il ne s’agit pas d’un sujet délicat, mais d’une attention excessive. Et la confrérie qui nous a montré le Seigneur dans l’hôpital créé pour sa dernière restauration, nous montre maintenant comment l’image de la Sainte Vierge a été restaurée.

Ce n’est que quelques années après la fondation de l’Ordre des Prêcheurs que l’image de la Sainte Vierge a été restaurée. ISA quand nous avons vu les premières images de ces caractéristiques. Peut-être était-ce lors d’une exposition sur la restauration du Cristo de los Negritos dans l’ancien couvent de Nuestra Señora de los Reyes dans la rue Santiago. Peu à peu, les critères pudibonds ont disparu au profit d’autres critères techniques et, bien sûr, toujours respectueux.




Un autre exemple est fourni par l’Annuaire lui-même. Les comptes financiers sont publiés en détail. Et rien ne se passe. Transparence maximale. C’était le Cardinal Amigo qui a fait le premier pas pour que l’archevêché publie chaque année ses recettes, ses dépenses, ses écarts, ses déficits, ses excédents… Tout. Il y a des entités qui continuent à vivre dans l’opacité, ce qui est inexplicable. Ou, ce qui est pire, elles tentent de se conformer à une information minimale et biaisée qui remet en cause notre intelligence. Il n’y a rien à cacher, ou si ?

Outre ces deux exemples de bon jugement, auxquels nous nous sommes habitués mais que nous ne pouvons manquer d’apprécier, l’Annuaire nous émeut en reproduisant l’article qu’Ismael Yebra a écrit au Seigneur en 2016. Nombreuses sont les photos de la sainte mission que nous n’oublierons jamais et dont un article spécial est offert par l’Association. Fernando Pérez Ávila. Les images ne cachent pas les détails caractéristiques des quartiers que Séville n’oublie pas grâce à la tendresse du regard du Seigneur. Il y a aussi ceux qui, à l’époque, ont censuré le fait que les médias publient des photos du Gran Poder sur fond de linge suspendu, de couettes, d’un petit garçon en pyjama ou de voisins en habits de tous les jours… Pourquoi ? Dieu est partout. Quelle manie de la censure ! Les photos aux rayons X ne nous ont pas enlevé la foi en l’image, ni la connaissance des dépenses et des revenus, ni le Seigneur contemplé par les gens des quartiers dans leur environnement simple, humble et sans sophistication. Nous avons parcouru un long chemin.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *