mer. Mai 22nd, 2024

Le Hermandad Matriz de Almonte a exprimé son avis sur le projet controversé de déchargement de l’eau dans le Brûlure. Elle l’a fait ce vendredi, à deux semaines du début officiel du pèlerinage du Rocío dans le village de Huelva. La corporation, par l’intermédiaire de son président, Santiago Padillas’est opposée à l’adoption de cette mesure – qui sera tranchée en dernier ressort par la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE). Confédération hydrographique du Guadalquivir (CHG)– dans un contexte de sécheresse qui dévaste la campagne andalouse.

M. Padilla a fait ces déclarations à l’émission de télévision Canal Sur Réveillez-vous Andalousie. Interrogée sur cette mesure proposée par la délégation du gouvernement de la Junta de Séville (qui est la plus haute autorité responsable de la politique de l’emploi de l’Andalousie), elle a répondu qu’elle n’était pas en mesure de faire face à cette situation. Plan Romero dans la province), le président de la Matrice n’a pas mâché ses mots : « Nous ne sommes pas favorables à la construction de barrages ».. Sur ce point, il a précisé que la décision dépendait des « administrations ». « Bien que certaines mesures doivent être prises pour des raisons sanitaires, car il y a de l’eau stagnante dans la zone », a déclaré M. Padilla.



Le président de la Matriz a également souligné que l’eau qui serait utilisée à partir du réservoir d’Agrio n’est pas adaptée à la consommation humaine. Malgré tout, il a insisté sur le fait que « Nous ne souhaitons pas que cette mesure soit adoptée, car nous sommes conscients de la situation de sécheresse dans laquelle nous nous trouvons »..

Une proposition de la Commission

Ces déclarations placent le monde du rociero et la fête elle-même, qui commencera à être vécue dans toute l’Andalousie dans un peu plus d’une semaine, en marge de cette question controversée. Il convient de rappeler que la proposition de remplir d’eau le fleuve Guadiamar au passage du gué de Quema (Aznalcázar) émane de la délégation du gouvernement de la Junta de Séville. Elle est demandée chaque année, en profitant de la libération d’eau par la CHG pour les irrigants de la région.

Mais cette fois-ci, la demande est pour le moins controversée en raison de la sécheresse qui sévit dans les campagnes, ce que le ministre de la Transition écologique a critiqué, Teresa Riberavendredi dernier. Cependant, la CHG n’a pas encore pris de décision et continue d’étudier la proposition. En mai, deux rejets de l’Agrio sont prévus : l’un pour la centrale solaire thermique Abengoa de Sanlúcar la Mayor, qui n’atteindrait pas le Quema, et l’autre pour les cultures de la région, qui atteindrait cette enclave si symbolique pour les pèlerins.

Les rocieros, hors de la controverse

Outre la Matriz de Almonte, d’autres confréries sévillanes se sont exprimées sur cette question. L’une d’entre elles est celle des Rocío de Trianadont le frère aîné, Federico Floresa déclaré à ce journal que pour sa confrérie ; « n’est pas influencée par le fait que la Quema ait de l’eau ou non ».  dans le sens où cette enclave est « une de plus » dans le pèlerinage de cette corporation bicentenaire, la plus nombreuse de toutes celles qui font le voyage depuis la capitale.

La rivière Guadiamar qui traverse cette partie d’Aznalcázar est complètement à sec, sans une goutte d’eau, ce qui a laissé son lit plein de pierres à découvert. Avec les déclarations des confréries d’Almonte et de Triana, le monde du Rocío reste en marge d’une controverse entre administrations de différentes tendances politiques et en toile de fond de la controverse sur l’irrigation à Doñana, dans un mois de mai à caractère nettement électoral en raison des élections municipales du 28 mars.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *