lun. Juin 5th, 2023

Tout le monde était dans l’arène l’après-midi où Morante a coupé la queue. Tururu. Mais peu ont assisté à la cinquième édition du « pregón del caracol » qui ouvre la saison taurine. L’événement requiert un maître de cérémonie qui proclame haut et fort, comme dans les séances du conclave : « Extra omnes ! Et tous ceux qui n’ont pas été convoqués doivent quitter la salle. Nous sommes peu, très peu, à être appelés à la proclamation de l’escargot. C’est un après-midi après la Feria, tôt, avec le soleil encore haut, à cette heure où le chauffe-lait de la machine fonctionne presque encore. Gaggia où sont également préparés les cafés. Nous arrivons en silence, un peu comme si nous étions convoqués dans une loge. Personne ne dit où il va, mais tout le monde sait qui nous sommes, nous qui assistons à la proclamation de l’escargot. Cette année, l’orateur est Ramón López de Tejada, illustre tavernier, doté d’une vaste expérience dans le monde du journalisme et grand frère de l’Amargura. L’événement a eu lieu à La Mina. Le pupitre, un sympathique escargot. Comme témoins, les quatre crieurs précédents. Et, bien sûr, le tavernier hôte, Don Agapito Gómez. « La Mina est un temple derrière un autre temple ». C’est ainsi que Ramón définit le prestigieux établissement situé derrière le Salvador. Et il y eut un « Ole ! Il y a eu de la poésie, des déclarations d’amour, de la grâce en abondance, des allusions à la Semaine Sainte, de la géographie urbaine ? L’illustre crieur public n’a demandé qu’une seule faveur aux participants choisis : « Ceci n’est pas une proclamation à lire, mais à manger !

Ramón attendait l’appel de Paco Vélez, président du Conseil des Confréries, qui nous a privés de sa compagnie à la Foire pour partir à Rome avec Monseigneur (tu sais vraiment, Don Francisco !), quand les messieurs de l’escargot l’ont appelé pour une mission aussi importante… Tant mieux ! Il n’a pas déçu. Nous avons ri, nous avons goûté le bouillon d’escargot, nous avons apprécié la tournée qu’il a faite dans les bars de la capitale et de la province, car c’est un fin observateur de la vie urbaine et des tavernes de la capitale et des villes. Ramón est de ceux qui se déplacent pour découvrir une taverne dont on leur a donné des références fiables. Dans cette soif de savoir, il nous a toujours rappelé le grand Enrique Becerra. Il s’est même attaqué au profil de l’amateur d’escargots « malaje », celui qui se plaint toujours que les bestioles ont du sable ? Dans les pregones de Semana Santa, il nous manque le fait que l’orateur nomme ou non toutes les confréries. Nous regrettons seulement qu’il n’y ait pas eu une seule mention de la cabrilla, car nous sommes plus d’eux que d’elles.

Lire aussi:  La Piedad del Baratillo descend régulièrement l'avenue le mercredi saint.




Dans la Maestranza, le pregonero s’arrête pour boire de l’eau. Ramón l’a fait pour boire le bouillon. Agapito était heureux à la maison. Francisco Reina a fait un excellent travail de présentation. Nous spéculons tous sur l’endroit où Ramón placera le lutrin de l’escargot, et bien, dans son entreprise, La Abacería de San LorenzoIl n’y a plus de place pour rien, c’est comme le musée Lázaro Galdiano. Nous pensons qu’il est sur le point d’être catalogué par la Junta de Andalucía. Nous souhaitons seulement que le pregón del caracol 2024 se déroule comme d’habitude. Mais pas d’ouverture des portes au public. Ceux d’entre nous qui doivent partir doivent se rendre à la proclamation de l’escargot. Si cela continue, nous finirons à Fibes…..

Congrès des confréries

Don Carlos Amigo a convoqué le premier en grande pompe en 1999. Ce fut un succès et il s’est terminé par le couronnement canonique de l’Estrella. Quelqu’un a proposé le cardinal Ratzinger comme orateur, mais il n’a finalement pas été invité…. Il semblait trop controversé. Finalement, il a été proclamé pape, rien de moins. Le congrès s’est achevé et Monseigneur Amigo a été élevé au cardinalat en moins de quatre ans.

Le deuxième congrès

Il est finalement prévu pour le début du mois de décembre 2024. Il devait avoir lieu en octobre, mais le Synode a imposé le report de la date pour ne pas contre-programmer Rome. Logique. Avec le changement de date, nous avons perdu. L’atmosphère de la ville est plus favorable à la cause en automne qu’aux portes de l’hiver. D’autant plus qu’il y aura une procession. Et nous aurons des illuminations de Noël un peu partout. Nous avons gagné la fête du long week-end de la Constitution, mais nous devrons nous occuper de l’illumination, comme cela s’est produit lors de la dernière fête extraordinaire du Saint Patron.

Une procession spéciale ?

Il n’est clair pour personne qu’il y en aura un à la fin du congrès. Don José Ángel se sent fort. La nomination de deux évêques auxiliaires d’un seul coup n’est pas une mince affaire. Mais il doit bien mesurer le type de procession qu’il souhaite. Au début de son pontificat, il a fait l’expérience très agréable de la Santa Misión del Gran Poder. Mais il ne faut pas abuser des processions du Seigneur. Il nous est arrivé de sortir de grandes images et de les surexposer inutilement. Soyez très prudents à ce sujet. Demandez à Don Juan José ce qu’il en est du Saint Patron…. Réfléchissez bien aux spécialistes qui ont un point de vue sur les choses. Tout ne fonctionne pas et tout n’est pas pratique. Ne jouons pas à ce petit jeu. Que la piété populaire soit la digue contre la sécularisation est une chose, que tout soit valable en est une autre. Étudions, évaluons et réfléchissons. Les événements extraordinaires exigent que nous ne nous trompions pas. Ou bien on peut interpréter que les choses sont faites pour le plus grand honneur et la plus grande gloire de quelqu’un… Et non d’un jalon. Je me souviens que Don Carlos a dû reculer sur l’idée de porter le corps incorrompu de Sainte Angèle dans le passage de l’urne de la Confrérie de la Sainte Inhumation. Il a finalement opté pour la formule sensée de porter le corps sur une plate-forme. Considérez bien Don José Ángel dans le jardin duquel vous entrez et qui sont les personnes consultées …. C’est une chose d’entrer dans l’archidiocèse et une autre d’y rester. L’idée de sortir le Gran Poder et la Macarena a déjà été avortée par les confréries elles-mêmes pour le chemin de croix en 2000. Mieux vaut éviter la mégalomanie. Mieux vaut laisser la Sainte Mission comme l’une des plus belles expériences que nous ayons vécues, avec la valeur ajoutée d’avoir été organisée après une pandémie. Avons-nous besoin d’une tachiro toujours ? Si le congrès lui-même ne brille pas par son contenu intellectuel, par la qualité des intervenants et par les débats qu’il peut susciter, c’est peut-être le congrès lui-même qui échoue.

Lire aussi:  Règles, heures d'ouverture et changements pour les bars et les établissements à Madrugada 2023

Question…

« Je ne peux m’empêcher de vous demander, Monsieur le Procureur, maintenant que le temps a passé…. Avez-vous remarqué que le maire et l’archevêque sont allés au palquillo pour contempler le Santo Entierro Grande et ont laissé le prélat émérite dans la cour de San Antonio Abad… Personne ne leur a dit de le faire. Cela m’a semblé étrange. Ay, ay, ay, ay, ay, ça a le goût de Calisay pour moi. Tu verras, tu verras… tu ne peux pas les sentir ».

Le lézard de la cathédraleCher Procureur, nous devons commencer à penser à un nouveau curé pour San Roque, car Don Ramón commencera bientôt à agir en tant qu’évêque auxiliaire. Je me demande comment votre admiré Don Isacio, secrétaire général, s’intègre dans le nouveau schéma avec deux prélats auxiliaires, dont l’un est vicaire général. Attentif ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *