mer. Avr 24th, 2024

Une restauration surprenante. Jusqu’à mercredi dernier, tous les paroissiens de Barcelone -ainsi que les historiens et les spécialistes- ont gardé dans leur rétine l’image sombre et noire de l’édifice de l’église. Christ de Lépante, l’une des images les plus vénérées de Catalogne, qui est vénérée dans la cathédrale de Barcelone. Compte tenu de l’état de l’image et de la perte progressive de la polychromie, le chapitre de la cathédrale et les restaurateurs ont décidé d’entreprendre une intervention pour évaluer l’état de l’image. Et le résultat fut inattendu.

La sculpture du Christ de Lépante, complètement noire, est maintenant blanche. C’est tout. Et pour une raison très simple : parce que l’image est ainsi. Ce qui était extraordinaire et altéré, c’était sa physionomie connue. Il s’avère que ce Christ, datant du XIIIe siècle et de style clairement gothique, a conservé sa polychromie d’origine mais sous cette « peau » superposée et artificielle. Une peau qui s’assombrit progressivement jusqu’à devenir noire, sous l’action de la suie des centaines de bougies. et de bougies déposées quotidiennement par les dévots à ses pieds. C’est en n’intervenant pas à temps que l’image a pris cette couleur opaque. Mais le plus significatif et le plus choquant, c’est qu’au cours des travaux de restauration, des traces de peinture ont été retrouvées. Vernis et repeint du 19e siècle plus tard pour correspondre à la couleur de la fumée, des matériaux qui ont été enlevés avec facilité et patience.



La restauration – qui n’a pas créé d’inquiétude dévotionnelle ni de détachement spirituel, bien entendu – a mis à jour une sculpture de mauvais augure qui a retrouvé son aspect d’origine, à la grande surprise, à la dérision et à la joie du Chapitre et des fidèles. Après avoir vu les images de l’intervention, de nombreux membres de la confrérie ont rappelé d’autres dévotions andalouses à l’iconographie similaire, c’est-à-dire de couleur noire. Cependant, la polychromie de ces sculptures est sombre en soi, et s’éloigne des diverses légendes et transmissions orales qui ont été transmises de génération en génération.

C’est le cas, par exemple, de la Vierge de la Merced, patronne de Jerez de la Frontera. Il en va de même pour la Virgen de los Milagros, de Puerto de Santa María, et la Virgen de Regla, de Chipiona. Elles jouissent toutes d’une dévotion avérée dans la province de Cadix et au-delà. ont les mêmes canons artistiques : raideur, hiératisme, enfant entre les bras et stature plus petite que celle d’un universitaire.

Ces modèles sont issus des modèles gothiques et romans du Moyen Âge européen. Après la Reconquête, au XIIIe siècle, la dévotion à la Vierge Marie et en particulier ce type d’iconographie, dont l’explication plus ou moins biblique se trouve dans la Cantique des Cantiques, notamment dans le Nigra Sum : « Je suis noire, mais gracieuse, filles de Jérusalem, comme les tentes de Quedan, comme les pavillons de Salmah… ». De plus, le noir est l’absence de lumière, l’origine de toute couleur, nécessaire pour composer et créer. Comme la Vierge elle-même, premier tabernacle de Dieu, origine de l’univers et de toutes choses. Voilà, très brièvement, l’explication possible de ces images noires du sud de l’Espagne, également présentes dans d’autres lieux comme Andújar, avec la Virgen de la Cabeza.

À Séville

Il est vrai que dans notre province, ce n’est pas une iconographie particulièrement répandue, mais à titre anecdotique, elle existe à Marchena, spécifiquement dans la Hermandad de la Humildad y Paciencia (Confrérie de l’Humilité et de la Patience), une image de la Notre-Dame du Buen Suceso qui est noire, comme ses homologues de Cadix. Elle est arrivée de Madrid en 1600 et date de la même période que celles mentionnées ci-dessus.

Sculptée en pleine transition sculpturale, elle montre des jambes droites et la rigidité de la mère et de l’enfant, avec des réminiscences du type hiératique typique de l’art roman. Cependant, on peut entrevoir une certaine recherche de naturalisme et d’expression de la tendresse, plus typique du gothique, où Marie devient la « Mère de Dieu », cessant d’être le « trône » du Fils de Dieu, comme c’était le cas dans l’art roman. Son visage est quelque peu hiératique, avec un léger sourire, une attitude hautaine, mais en même temps une douceur dans les traits, où ses yeux viennent dégager une certaine vivacité. Il adopte maintenant comme modèle la « hodegetria byzantine ».l’initiateur et l’initiateur de l’Enfant dans la Vie.

A une iconographie aussi fascinante qu’énigmatique. Pour l’instant, le Christ de Lépante à Barcelone revient à son état d’origine pour le plaisir des amateurs d’art et de restauration.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *