jeu. Mai 30th, 2024

Une image qui encourage le dialogue et console les femmes à la vie compliquée qui la contemplent. En partant de ce principe, la dédicace de ce Christ émouvant de Juan de Mesa ne pouvait être que celle de la Miséricorde. Cette œuvre, l’une des dix Crucifixions que le maître cordouan a sculptées au cours de sa courte vie, a reçu les prières d’une congrégation de femmes repenties qui existaient au XVIIe siècle dans le couvent de San José. Après diverses vicissitudes, l’image est devenue la propriété de la communauté de religieuses philippines qui s’est installée dans cette même église au XIXe siècle. Lorsque la communauté fondée par la mère María Dolores Márquez y Oñoro s’est installée dans l’église de San José, l’image est devenue la propriété de la communauté de religieuses philippines. ; couvent de Santa Isabel  ils emportent avec eux l’image du Christ. 400 ans après sa création, le Cristo de la Misericordia de Juan de Mesa continue de remplir la mission pour laquelle il a été conçu : réconforter les femmes et les enfants en danger d’exclusion qui sont accueillis par cette communauté dans leur maison.

Depuis quelques mois, les Philippiens célèbrent le 400e anniversaire de ce Christ qui, chronologiquement, est le cinquième de la série des dix sculptures impressionnantes du Christ crucifié de Juan de Mesa. Un programme innovant d’événements a été organisé, qui se distingue par la qualité des conférences et des intervenants, et qui s’achèvera le 26 novembre par une messe d’action de grâces.



Ce Christ crucifié a la particularité et l’honneur d’être la première image que l’historiographie relie directement à Juan de Mesa, ; un sculpteur que l’histoire a rapidement oublié en raison de sa mort prématurée.  . Comme l’explique le rapport historico-artistique rédigé par l’IAPH en 1999 à l’occasion de sa restauration, c’est José Bermejo qui l’a attribuée à la gouge du sculpteur cordouan en 1882. Par la suite, Celestino López Martínez a découvert la documentation sur l’image dans l’Archivo de Protocolos.

Le Christ a été commandé en 1622 par le Mercedarian Fray Domingo de los Santos pour le couvent de San José. Lors de la restauration par l’IAPH, un document a été trouvé et extrait d’un trou à l’intérieur de la sculpture, placé dans un petit sac en papier, certifiant la paternité du maître Mesa et de la commande.

Un Christ mort que l’auteur lui-même ramène à la vie

Au cours de cette intervention, les techniciens de l’IAPH ont constaté que l’image avait subi diverses modifications. La plus importante était l’adaptation d’un Christ mort, tel que conçu par Juan de Mesa, à un Christ vivant qui encouragerait le dialogue avec les fidèles qui le contemplaient. La transformation la plus importante a consisté à refermer la blessure que l’image devait avoir sur le côté droit, en introduisant un morceau de bois dont la polychromie est la même que celle du reste de la sculpture. « Cette modification a donc été réalisée par Juan de Mesa lui-même. On a également repeint la trace de sang, qui « devait être très semblable à celle du Christ de la Miséricorde de la Collégiale d’Osuna, sculpté par Mesa en 1623 ».

Pour le représenter comme un Christ vivant, le sculpteur a dû modifier les paupières, qui auraient été fermées. « Cela explique le signe horizontal que les yeux montrent que les paupières ont été sculptées à cette hauteur ». En outre, à une date inconnue, la couronne d’épines a été enlevée, laquelle, comme dans toutes les œuvres de Mesa, a dû être sculptée sur la tête elle-même. En conséquence, les cheveux sont mutilés sur le côté droit et sur une partie du côté gauche. La polychromie de l’image, selon les études réalisées, est originale et exécutée « avec une perfection et une subtilité énormes ».

Juan de Mesa a réalisé l’image du Cristo de la Misericordia pendant les quatre années de sa plus grande et meilleure production, entre 1618 et 1622. Andrés Luque Teruel, professeur d’histoire de l’art à l’université de Séville, souligne l’anomalie de l’image qui la rend si inhabituelle : « Juan de Mesa l’a faite morte. Quelles que soient les circonstances, le Christ est resté dans l’atelier et c’est alors qu’il reçoit la commande d’un Christ crucifié vivant. Il le transforme. Le Christ présente l’anomalie d’avoir l’anatomie d’être mort depuis plusieurs heures. Mais quand on l’approche, on voit qu’il est vivant. Ce n’est pas un défaut. C’est quelque chose que le sculpteur fait consciemment ».

De Saint Joseph à Sainte Elisabeth

Le Christ se trouvait à l’origine dans l’église de l’ancien couvent de San José, dans la rue du même nom, dans la collation de San Nicolás. Il n’existe aucune information sur son emplacement dans ce monastère. « Tout ce que l’on sait, c’est qu’au début du XIXe siècle, elle a été placée sous l’escalier du couvent », selon l’étude réalisée par l’IAPH. Elle y est restée jusqu’en 1869, l’année de la Glorieuse Révolution, qui a entraîné la disparition de l’église. ; un désastre pour le patrimoine de Séville  . À cette époque, elle fut transférée dans l’église du couvent de Santa Isabel par les religieuses philippines Hijas de María Dolorosa, qui s’étaient installées dans le couvent de San José en 1860.

Dans sa nouvelle église, la Crucifixion est placée sur un retable réalisé entre 1610 et 1614 par Martínez Montañés pour abriter un tableau du Jugement dernier peint par Pacheco, qui a disparu après le désamortissement.

Il se trouve toujours au même endroit. Il y est vénéré. Les religieuses se confient à lui et les femmes et les enfants recherchent la consolation qu’il offre depuis 1622. Pour célébrer le 400e anniversaire du Christ, un itinéraire catéchétique très particulier et très enrichissant est en cours d’élaboration. Son concepteur est Marco Antonio Coronel, professeur à l’université de Valence et personne liée à la communauté : « Il s’agit d’un itinéraire pluriel qui répond à l’appel du pape François. Nous commençons par la conversion, que nous considérons comme essentielle. Nous ouvrons la catéchèse à tous. La dernière, par exemple, a été donnée par un pasteur protestant et c’était très intéressant. Il y a aussi des conférences culturelles. La commémoration s’accompagne également d’une affiche extrêmement évocatrice créée par Pilar Rodríguez Romero, une illustratrice de l’École des arts de Cadix.

Confréries intéressées par le Christ

Comme le souligne Marco Coronel, la dévotion au Cristo de la Misericordia est profondément enracinée, tant chez les moniales elles-mêmes que chez les femmes et les enfants placés qui ont été élevés dans cette maison depuis de nombreuses générations. « Il existe un petit groupe de dévotion autour du Christ. Ce n’est peut-être pas une dévotion de masse, mais c’est plus profond et plus intime qu’on ne le pense », dit-elle. Cet enracinement du Christ dans la communauté s’est manifesté à deux moments : pendant le désengagement et pendant les événements qui ont précédé la guerre de Sécession. « Dans le premier cas, les religieuses ont été alertées tôt le matin de ce qui allait se passer. Elles étaient encore à San José. Elles sont montées sur l’autel pour décrocher le Christ et l’ont caché dans la maison avec les femmes. En 1936, alors qu’ils entendaient l’incendie de toutes les églises autour d’eux, ils se rassemblèrent en prière autour du Christ tout en écoutant le feu tout proche. À Santa Isabel, rien de tel ne s’est produit », explique M. Coronel.

Tout au long de l’histoire, plusieurs confréries se sont intéressées au Christ en tant que saint patron. Les contacts ont été informels, mais la communauté a toujours fait savoir qu’elle ne se séparerait pas du Christ. Il faut nier que la Confrérie de la Macarena ait été l’une de ces corporations. Voici ce que précise Luque Teruel : « Cette image n’a jamais été destinée à remplacer le Saint Christ que possédait la confrérie, dont l’invocation était celle-là, et non celle du Salut. Je peux le dire parce que j’ai été chargé par Manolo García d’identifier une image dont le transfert pourrait être demandé. Mais ce projet a été suspendu parce qu’on a essayé de localiser l’entrée de la crypte de San Gil, où, selon les archives, étaient entreposés les biens et les images touchés par l’incendie. On pense que le Saint Christ pourrait s’y trouver. Malheureusement, nous savons où se trouve la crypte, mais nous n’avons pas localisé l’entrée, qui doit probablement se trouver dans le presbytère ».

Tous les mois, jusqu’à la fête du Christ Roi, des événements continueront d’être organisés autour du Cristo de la Misericordia, toujours dans le but de promouvoir et de faire connaître son caractère. Comme le résume Coronel, « le Christ de la Miséricorde résume toute la foi du chrétien. Mort et résurrection. Il était mort et son sculpteur l’a ressuscité« . Une image avec une énorme onction sacrée qui attend à Santa Isabel.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *