ven. Mai 24th, 2024

Le coût des factures est un problème structurel pour les entreprises commerciales qui ont été le moteur de l’économie italienne dans cette partie de l’année 2023. En mars, pour les utilisateurs typiques du marché tertiaire, il y a eu une réduction « timide » du prix de l’électricité et du gaz par rapport à février, mais les montants restent élevés par rapport à ceux d’il y a deux ans, avant le début de la crise énergétique. des augmentations de 36% pour l’électricité et de 116% pour le gaz. 

Faire les comptes dans les poches des propriétaires d’hôtels, de bars et de restaurants l’Observatoire Confcommercio Energia demande une réduction des redevances générales de réseau pour le secteur de l’électricité dont l’incidence sur le coût de la fourniture est supérieure à 25 %, un poste qui pèse environ 13,1 milliards d’euros par an sur les dépenses énergétiques des Italiens, et de renforcer les crédits d’impôt « énergie  car « le pourcentage de déduction prévu pour le deuxième trimestre 2023 est absolument insuffisant ».

D’une manière générale, en mars, la facture d’électricité a été allégée de 10 %  En ce qui concerne le gaz, on constate une baisse significative (environ 30 %) par rapport à l’année dernière, mais un doublement par rapport aux deux hivers précédents.

Pour un petit hôtel, le coût de l’électricité pour le mois de mars s’élève à 3 847 euros, contre 4 273 euros en février dernier, soit une réduction de 10 %. Les frais de système – réintroduits en janvier 2023 pour les utilisateurs dont la puissance installée est supérieure à 16,5 kW – pèsent sur la facture totale à hauteur de 520 euros par mois en moyenne, soit un septième du total . Le montant de la facture de mars reste toutefois particulièrement élevé si l’on considère les « chiffres » avant la récente crise énergétique : en mars 2021, il s’élevait à 2.829 euros. En ce qui concerne l’approvisionnement en gaz d’un petit hôtel pour l’hiver 2022-2023 (octobre 2022 à mars 2023), le coût était de 10 923 euros, contre 14 040 euros payés pendant l’hiver 2021-22, mais le double des 5 605 euros payés en 2020-21. Tendance similaire pour les hôtels de taille moyenne avec des factures d’électricité de 6675 euros et des dépenses totales en gaz pour l’hiver 2022-2023 de 20 456 euros. Légères améliorations également pour la catégorie des bars : en mars, le coût de la fourniture d’énergie était de 599 euros par mois, contre 655 euros payés en février, soit une réduction d’environ 9 %. La facture de gaz pour tout l’hiver s’est élevée à 2 455 euros. Les restaurants ont payé 1 000 euros par mois pour l’électricité et 7 336 euros pour le gaz pour l’ensemble de la saison. Les épiceries ont dépensé 1 985 euros pour l’électricité en mars et 2 227 euros pour le gaz pendant tout l’hiver qui vient de s’achever.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *