dim. Avr 21st, 2024

Gugliemo Sodero revient après 11 matchs en tant que spectateur, Alex Simoncelli et Totò Genovese poussent fort pour le break décisif au cœur de la quatrième décennie. Surtout, ce sont les vétérans qui mettent leur empreinte sur la huitième victoire en championnat du Bergamo Basket 2014, toujours avant-dernier, face à la Viola Reggio Calabria, vice-championne du groupe B. Prochaine station, le leader Mestre, qui vient de battre Orzinuovi : encore une mission impossible dans une finale avec de faibles espoirs de saisir la douzième place tant désirée.

A la bombe du coin de Bischetti, imitée par la demi-gauche de Marchini et répliquée de l’autre côté pour le 9-2 invité après 2’20 », répond un double Manenti tournant bien sur le pivot. La première flèche tirée de l’arc de Genovese est suivie par le contre-break d’Isotta, qui attaque le fer deux fois en autant de possessions pour le 9-0 contre-partiel. Balic entame immédiatement sa série personnelle à longue distance (15-11 à la mi-temps) en punissant la moindre velléité de la zone bergamasque. Le Piémontais remet les pieds sur terre sur une transition de Bischetti, et Spizzichini porte le score à 11-0 à 6:75. L’écart reste dans les limites acceptables, c’est-à-dire dans les dix, grâce à l’attaquant trapanais, jusqu’au plus-11 de Farina, 26-15 de la profondeur à 1′ du premier changement de temps. Sodero profite de l’avantage de l’homme impair et c’est une bonne nouvelle, car il connaît une suite avec le cinq dans la roue du nouvel entrant Cagliani au début de la sirène courte. Les 25-28 8′ et plus de la longue pause déclenchent la réaction de Laquintana et Farina, jusqu’à ce que Rota brise la glace avec le score coupant sous le panier (29-32, 3’30 »). Cane se maintient, Simoncelli (35-37, 5′) poursuit l’enchevêtrement des solutions individuelles sur un terrain plus ou moins ouvert. Marchini et Spizzichini font des dégâts à partir de là ; le trailer de Rota-Manenti et le dunk de Masciarelli (41-45, 9′) maintiennent la rotation des Jaunes et Noirs un peu lâche en défense. Isotta réussit bien à s’imposer, mais le centre ennemi est inarrêtable.

Au début de la seconde mi-temps, Simoncelli signe un tir lourd de la main gauche (48-50, 1′), prélude à un pickpocket (à Marchini) et à une contre-attaque clouée par Isotta pour la 52ème par sur le seuil du contre-break de Cagliani à 3 sur 55-54. Deux lancers francs sur trois tirés par Farina ont été immédiatement annulés par un missile de Genovese qui n’est rien d’autre qu’un missile net pour 58-56 à la mi-parcours. Au retour de l’exclusion prononcée par Bolignano, c’est Manenti qui a prolongé la série à longue distance.

Le dernier quart-temps déclenché par Sodero dans une approche acrobatique. Bischetti garde Bischetti d’un côté, les inférieurs de l’autre grâce à un Rota essentiel, mais c’est au capitaine vétéran Simoncelli de faire le petit dunk de l’extérieur (69-64, 2′), répliqué pour l’avantage maximal (+6) jusqu’à 72 à 7′ de la fin. La rotation ennemie est trop courte et rompre le souffle devient une entreprise. La quatrième faute précoce sort Cagliani de la mêlée, mais le meneur de jeu véronais chasse tout négatif en le claquant tumida d’où il prend le préfixe actualisant le score à plus 9. Genovese est celui qui le tue presque deux tours d’aiguille après le nouveau temps mort calabrais, aussi parce que le 78-66 à un coup de poker du générique de fin anticipe un peu la fermeture de la douzaine partielle du sillon maximum (81-65) et le « 13 » suivant saisi par Sodero (84-68) avec le peu d’aide du premier et du deuxième fer comme les audacieux. Le temps mort orange est à mettre à l’actif de Tiberti.

Bergamo Basket 2014 – Viola Reggio Calabria 86-74 (18-28, 45-48, 62-61)

BB14 : Simoncelli 18 (2/4, 4/7, 9 ass.), Isotta 11 (3/6, 0/2, 5/6, 6 ass.), Masciarelli 5 (1/1, 1/3), Genovese 13 (2/5, 3/4), Manenti 11 (4/11, 1/1, 0/1, 6 ass.) ; Roveda (0/2 tl, Sodero 13 (2/3, 3/6, 3 ass.), M. Cagliani 11 (4/11, 1/1, 0/1, 6 ass.).) ; Roveda (0/2 tl), Sodero 13 (2/3, 3/6, 3 ass.), M. Cagliani 7 (2/2, 1/1), Rota 4 (2/4), Cane 6 (3/3) ; NE Caridi. Entraîneur : Gabriele Ghirelli.

VIOLA : Balic 7 (0/1, 2/3, 1/1, 4 r., 5 ass.), Marchini 11 (4/4, 1/5), Bischetti 15 (2/2, 2/3, 5/6), Farina 10 (4/6, 0/3, 2/3, 6 r.), Spizzichini 15 (5/14, 1/2, 2/5, 7 r., 5 ass.) ; Corsaro, Laquintana 6 (3/4, 0/1), Musolino, Tiberti 11 (2/3, 2/3), Hamza. Entraîneur : Domenico Bolignano.

Arbitres : Zaniboni de San Lazzaro di Savena et Moratti de Quattro Castella.

Notes : partiels 18-28, 27-20, 17-13, 24-13. Spectateurs : 146. Temps morts : 4’07 V (9-9), 5’51 » (11-20), 18’20 » V (39-43), 19’19 » B (43-47), 24’57 » V (58-56), 34’02 » (75-66). Faute technique : BB14 banc 26’28 ». Antisportif : Tiberti 19’19 ». Sortis pour 5 fautes : .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *