jeu. Avr 18th, 2024

Le Pâquescomme un miroir de nous-mêmes dans lequel sept jours naissent et meurent, nous sert de miroir à l’humanité. espace de réflexion et d’introspection personnelle. De bilan annuel, d’évaluations et d’exigences, d’étalonnages… Notre festival est un réajustement constant des perspectives et dessine le portrait réel de notre vie à un moment précis.

Le lundi de Pâques dernier, comme je le fais depuis que je nourris des raisons et de l’adolescence, Je me suis échappé à Virgen de los Buenos Libros pour attendre la confrérie de Las Penas, où tant de frères et de sœurs se sont retrouvés, pour se saluer, pour se retrouver. Le Seigneur (quel pas, pour l’amour de Dieu !), nous a coupé le souffle avec sa seule chute, avec son sa croix saignante d’argent dans l’écaille de tortue d’un nouveau-né d’avril. De ses yeux noisette émane une sorte d’hypnose qui pénètre ceux qui ont du mal à se laisser piéger : on le regarde et on succombe, sans autre raisonnement. Sa démarche a tellement ralenti notre pouls que nous nous sommes abandonnés à l’aube et à l’irréalité de cet instant qui tenait plus de l’imagination que de la certitude.



La procession, silencieuse mais résolue et naturelle, soulevait sur l’asphalte de véritables stalagmites asymétriques et des orgues noires. Les Nazaréens coupent la distance diffuse du palio de los Dolores, qui, dans le murmure du bruit, se frayait un chemin avec cette pointe de promptitude qu’offre l’élégance. Dans cette rue Alfonso XII, tant de choses me sont revenues qui ne devraient pas être évoquées dans ces lignes, mais j’ai retrouvé tout ce que je croyais avoir effrité dans ma mémoire. Parce qu’il n’y a rien de plus blessant et de plus douloureux De voir ces choses qui nous rendaient si heureux s’évanouir dans la patine du temps. Y dans la nuit de ce lundi de Pâques, j’étais heureux parce que, tout simplement, j’étais là, je suis revenu, avec le désir de trouver le bonheur ? la beauté ? la foi ? la vie elle-même ?

Le Madonna m’a semblé plus petite, plus légère et plus courte, La crestería tonnait en moi comme jamais auparavant, et je remarquais surtout comment la cire brûlante faisait scintiller sa chair blanche sur les lentilles des lanternes. J’ai à peine atteint les yeux de la dolorosa, qui scintillaient comme deux perles dans une fosse océanique. L’orchestre de Tejera, assommant sans pitié les fragiles sensibilités des cofrades, jouait Soleá, donne-moi ta main dans le crépuscule de la rue. Nous nous y sommes glissés, en masse, des deux côtés du passage.comme ceux qui accompagnent la projection de leur propre histoire, comme ceux qui envahissent les temps et les espaces en arborant le seul drapeau violet de la Semaine Sainte.

La dernière fois, j’avais vingt ans. Rien dans ma vie n’est plus comme avant. J’ai du mal à récapituler tant de jours et tant de ciels. Mais tout était à sa place. Tout était comme il l’avait toujours été. Tout est devenu clair, clair, clair… Ce que je croyais disparu est resté dans ma mémoire. Puis j’ai respiré, et j’ai été heureux. C’était vraiment le lundi de Pâques, c’était la Vierge des Douleurs qui se rendait à San Vicente.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *