sam. Juil 20th, 2024

Les bêtes de somme de la ennemis de l’électromobilité  sont plus ou moins toujours les mêmes. Ainsi, on entend souvent dire que « les voitures à 100% de batterie utilisent presque exclusivement des combustibles fossiles pour se recharger ». Ou que « les temps de recharge sont très longs ». Ou encore que « les coûts de l’électricité font qu’un plein d’électricité coûte aussi cher qu’un plein de carburant conventionnel ». Et les colonnes alors ? « En Italie, il y en a très peu et elles sont insuffisantes ». Dommage (ou chance, selon le point de vue) que aucune de ces affirmations ne soit vraie. 

La mode des fake news  bref, n’épargne pas non plus cette question. Et c’est bien dommage, car si l’enthousiasme et l’intransigeance talibane avec lesquels les adeptes de l’électrique pur dépeignent une alimentation qui reste problématique sont absolument exagérés (du moins pour l’instant), il est juste de donner des informations véridiques pour que chacun puisse se faire une opinion correcte. Ainsi, en pleine transition écologique, une marque automobile occupe directement le terrain : Jaguar Land Rover  a en effet publié la deuxième partie d’un guide en 20 chapitres rédigé spécifiquement pour lutter contre les fausses nouvelles sur les voitures électriques. . Le livre numérique est intitulé « Dissiper les fausses nouvelles sur la voiture électrique (acte deux) «  et vise à contrer un phénomène croissant de désinformation qui a également affecté le débat politique.

Le petit manuel peut être téléchargé à partir du lien suivant : https://www.jaguar.it/Fake-news-elettrico.html  et a un objectif essentiellement informatif. La marque britannique détenue par l’Inde s’est déjà clairement engagée sur la voie de la mobilité purement électrique : d’ici la fin de la décennie, les familles Range Rover, Defender et Discovery disposeront chacune d’un modèle entièrement électrique, tandis que les véhicules de la marque seront équipés d’un moteur électrique. Jaguar ne produira plus que des voitures 100 % électriques d’ici à 2025 . Cependant, avec cette publication, l’entreprise ne prend pas parti, mais souhaite contribuer à promouvoir un changement culturel durable basé sur la connaissance. En d’autres termes, il s’agit de combattre les nombreuses idées fausses et les clichés sur la mobilité électrique à l’aide de données avérées, mais sous une forme légère et informative, avec des chiffres et des statistiques. Les arguments à réfuter vont du classique « il n’y aura jamais assez d’énergie pour toutes les voitures en circulation si elles deviennent électriques » à « nous n’avons pas les bornes de recharge pour les recharger toutes », en passant par « les voitures électriques polluent plus que les autres » et bien d’autres encore.

Voici donc le point concernant les fonts pour produire l’énergie utile  pour recharger les voitures, selon l’étude European Electricity Review publiée par le think tank Ember sur la production d’électricité en Europe, en 2022, la production à partir de sources renouvelables – éolienne et solaire (22 %) – dépassera la production à partir de gaz (20 %) . Ou encore que les temps de charge des voitures électriques sont de plus en plus courts grâce aux colonnes de charge rapide qui, dans le cas des versions de 400 kW, permettent aux voitures équipées d’un système d’alimentation électrique d’être rechargées plus rapidement. de faire le plein (à 80 % de leur capacité) en 20 minutes environ,  et d’obtenir l’autonomie nécessaire pour parcourir 100 km en un peu plus de 5 minutes. Parmi ces super-colonnes, 21 000 arriveront en Italie d’ici 2024, et ce grâce aux incitations fournies par le PNRR-Plan national de récupération et de résilience, qui prévoit jusqu’à 40 % de contributions non remboursables sur une allocation totale de 741,3 millions d’euros.

Nombreux sont ceux qui affirment qu’aujourd’hui la recharge d’une voiture électrique est très coûteuse.  Certes, le coût de l’énergie a encore augmenté, « mais il reste encore, » affirme la publication, « en moyenne 30% inférieur à ce que vous dépensez pour les carburants traditionnels ». Selon le manuel de Jaguar Land-Rover, « on ne peut, en somme, ignorer le concept de base selon lequel – en ce qui concerne le coût – la voiture électrique est très chère ». une économie circulaire parfaite peut être réalisée avec des voitures électriques alors qu’elle ne l’est pas avec les voitures diesel ou à essence. Il suffit de donner une seconde vie aux batteries  et créer des installations de stockage d’énergie pour aider à compenser les pics de consommation et rendre la production d’électricité elle-même plus efficace ». En ce qui concerne coût de l’électricité  En outre, « il ne faut jamais se référer à l’électricité achetée par un client domestique à un prix volatil. Il faut toujours tenir compte de ceux qui ont un prix volatile. tarif bloqué  et les clients (dépassant désormais le million d’autoproducteurs) qui, grâce à un système photovoltaïque, réduisent ou annulent leurs coûts énergétiques,  mais aussi de ceux qui bénéficient d’une forfaitaire pour les redevances publiques ou un plan soumis à un abonnement par lequel le client se voit offrir un forfait de recharge (qui peut également être utilisé en cas d’itinérance entre les principaux opérateurs) pour un montant fixe. Avec les abonnements forfaitaires, les tarifs restent compris entre 0,31 et 0,35 €/kWh ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *