sam. Juil 13th, 2024

Un Virtus gêné, privé de six joueurs, s’est incliné hier soir en championnat face à Trieste.
Une semaine vient de s’achever pour la Segafredo avec trois défaites consécutives, toutes survenues à l’extérieur.
Une équipe présentée auAllianz Dômetrès court et avec seulement quatre Italiens inscrits en début de saison, mais avec une moitié qui a su compenser ses absences. En fait, il manquait deux joueurs au ballon Milos Teodosic, Isaiah Cordiner e Mam Jaiteh parmi les étrangers, Alessandro Pajola, Awudu Abass et enfin Daniel Hackett pour les Italiens.

Seulement Nico Mannion e Marco Belinelli Cependant, ils ont été utiles dans la contestation, car Gora CamaraSénégalais mais entraîné par des Italiens, n’a une fois de plus pas apporté la certitude de reposer le secteur long tant décrié, celui qui n’a jamais cessé tout au long de la saison.
Sa présence sur le terrain, malheureusement aussi hier soir, a réduit de manière significative l’avantage que les joueurs de l’équipe de France avaient sur leurs adversaires. VNera s’était accumulée en son absence.
Leo Menalol’autre investissement de l’été, croate mais aussi d’origine italienne, est revenu de blessure, mais n’a pratiquement jamais eu l’occasion de jouer. Très peu de minutes sur le terrain pour le numéro vingt-quatre, car lorsqu’il entrait en jeu, on pouvait voir les différences d’un joueur à sa première véritable expérience parmi les professionnels.

Le fait de ne pas avoir un autre joueur fiable dans le double engagement insidieux a épuisé encore plus le secteur de l’aile, combiné aussi avec la blessure grave et inattendue au début de la saison de Awudu Abass.
Deux joueurs dans le créneau italien crucial donnés et un signe inquiétant pour l’avenir en vue des séries éliminatoires du Scudetto, où même l’année dernière dans la finale le Segafredo est arrivé déchargé et fatigué.
Une équipe qui comptait trois gardiens de plus de trente-cinq ans depuis cet été (Teodosic, Belinelli et Hackett) et que le club préserve jusqu’à présent avec soin en vue des éliminatoires du Scudetto.

Une défaite au Legabasket, cependant, est venue pour Segafredo du dernier formidable double tour de l’Euroleague, l’un des plus lourds étant donné les matchs à l’extérieur (Tel Aviv la ville la plus éloignée de Bologne puis Istanbul après deux jours, enfin vendredi à Trieste) sans repos, ce qui ne se produira heureusement pas à l’avenir.
Virtus n’est cependant pas le seul à avoir souffert d’un calendrier chargé, car son rival, l’Olimpia Milano, a également perdu hier soir à domicile contre le Reyer Venezia et s’est doté d’un effectif beaucoup plus profond et plus coûteux.
Lors du soixante et unième match, ce n’est pas l’ajout d’un Italien qui résoudra les problèmes comme par magie, mais plutôt le fait de pouvoir récupérer les blessés en vue des playoffs.

Le calendrier rappelle les deux dernières semaines avec les engagements en semaine de l’Euroleague et tous les blessés reviendront lentement.
L’équipe a malheureusement présenté de nombreux défauts en Europe, mais le club a choisi de ne pas intervenir sur le marché.
Les éliminatoires du Scudetto commenceront dans un mois, tout le monde doit récupérer calmement.
Deux victoires d’avance et le première place au classement peut aider à retrouver la forme dans le seul objectif restant de la saison.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *