lun. Juin 24th, 2024

L’inflation galopante de 2022 a fini par provoquer le plus grand appauvrissement des ménages italiens de l’histoire récente . Selon les calculs de l’Istat, au cours des trois derniers mois de 2022, le pouvoir d’achat des ménages a diminué de 3,7 % par rapport au trimestre précédent. Une baisse plus importante (-5,6%) n’avait été enregistrée qu’au début de l’année 2000 (-4,6%) et au printemps 2020, mais dans ce cas, il s’agissait d’un effet secondaire du début de la pandémie, immédiatement compensé par les +6,6% du trimestre suivant.

Cette fois-ci, il est impossible d’espérer un rebond : la cause de la baisse du pouvoir d’achat n’est pas la baisse des revenus (qui, au contraire, ont augmenté de 0,8 %), mais la baisse de l’inflation.l’augmentation des prix avec une inflation qui a atteint 12 % à la fin de l’année dernière.

Les résultats de cette situation continuent d’apparaître clairement dans les statistiques nationales : les ménages italiens réduisent leurs achats, mais dépensent plus qu’auparavant. Plus précisément, au cours des deux premiers mois de l’année 2023, les ménages italiens ont réduit leurs achats, mais ont dépensé plus qu’auparavant. ventes au détail  par rapport au début de l’année précédente ont diminué de 3% en quantité mais ont augmenté de 5,9% en termes de dépenses. Pour les produits alimentaires, le bien essentiel par excellence, l’augmentation des dépenses a été de 7,6%, avec une diminution de 4,7% des quantités achetées.

« L’onde longue de la hausse des tarifs de l’énergie continue de peser sur la consommation, les ventes au détail diminueront de -2,5% en 2023 », prédit l’association des détaillants. Confesercenti . Les supermarchés associés à Federdistribuzione  par la voix de son nouveau président Carlo Buttarelli, demande au gouvernement de donner « la priorité au soutien de la demande intérieure » et présente une enquête réalisée avec Ipsos qui montre, entre autres, que près d’une famille sur cinq a réduit la qualité des produits qu’elle achète pour se prémunir contre la cherté de la vie. Coldiretti  ajoute que les ventes de fruits en particulier ont chuté, avec une baisse de 8 % en 2022, portant la quantité de fruits consommés par les Italiens à son niveau le plus bas depuis 20 ans.

Obligées de dépenser plus pour acheter moins, les familles se battent pour mettre quelque chose de côté. La propension à épargner  a de nouveau baissé (à 5,3%), soit une baisse nette de deux points de pourcentage par rapport au trimestre précédent. Même par rapport à 2021 dans la moyenne 2022, le taux d’épargne a pratiquement diminué de moitié. Ces chiffres font de l’Italie une île malheureuse par rapport au reste de l’Europe, où Eurostat a annoncé la première remontée du taux d’épargne (de 13,3 % à 14,1 %) après un an et demi de baisse constante.

Du côté positif, l’inflation a été freinée depuis décembre, de sorte que le pire de la hausse des prix devrait être derrière nous. Après cela, il sera également possible de faire le calcul pour savoir qui paie réellement les hausses de prix. Pour l’instant, les ménages les ont davantage subies que les entreprises, selon les chiffres de l’ISTAT : la part des bénéfices des sociétés non financières (c’est-à-dire le rapport entre l’excédent brut d’exploitation et la valeur ajoutée) était d’environ 42 % au début de 2022 et est passée à 44,8 % au cours du dernier trimestre.

Les entreprises, en moyenne, gagnent donc plus qu’avant. Il s’agit d’une dynamique commune aux pays européens, qui a également été relevée par les économistes de la BCE dans une analyse récente publiée sur le blog de la banque centrale. « Les effets des bénéfices des entreprises sur la pression des prix ont été exceptionnels dans une perspective historique », écrivent les chercheurs, qui soulignent que depuis le début de l’année 2022, les bénéfices des entreprises ont augmenté bien plus que les coûts salariaux, de sorte que les entreprises peuvent absorber l’inflation bien mieux que les ménages.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *