lun. Juil 22nd, 2024

L’Antitrust a infligé une amende d’un million d’euros à quatre entreprises, Vodafone, Wind, Telecom et Fastweb, pour des factures émises après la récession.  Selon l’Autorité, les opérateurs téléphoniques ont mis en œuvre des pratiques déloyales dans la gestion des résiliations des utilisateurs de téléphones fixes et mobiles et a condamné Vodafone S.p.A. à une amende de 400 mille euros, Wind Tre S.p.A. à 300 mille euros, Telecom S.p.A. à 200 mille euros et Fastweb S.p.A. à 100 mille euros.

Les enquêtes antitrust ont permis de constater le comportement illicite des quatre opérateurs téléphoniques dans la gestion des résiliations des utilisateurs de téléphonie fixe et mobile, même en cas de migration vers un autre opérateur. En particulier, il est apparu que la gestion des procédures internes comportait des aspects critiques qui ont donné lieu, au moins à partir de janvier 2020, à des pratiques illégales. des situations de facturation post-récession ou, en cas de migration, de double facturation au détriment de l’utilisateur, qui devait illégitimement payer les factures du nouvel et de l’ancien opérateur.  Selon l’Autorité, la poursuite illégale de la facturation – après la demande de résiliation du service – est imputable à des anomalies et à des désalignements techniques entre les systèmes de gestion informatique du processus interne de chaque entreprise, à l’égard desquels ces mêmes entreprises, bien qu’à des degrés divers, n’ont pas adopté de mécanismes de contrôle efficaces et d’intervention opportune.

Les quatre compagnies de téléphone ont été averties  de continuer à mettre en œuvre la pratique déloyale et doivent, dans un délai de 90 jours, informer l’Autorité des mesures qu’elles ont prises à cette fin.

« Excellente nouvelle. Espérons qu’elle serve à quelque chose. Le problème de la double facturation et de l’annulation sont des problèmes non résolus à ce jour ». Dit Massimiliano Dona, président de l’Union nationale des consommateurs. « On ne comprend pas pourquoi il est facile d’activer un contrat, mais qu’ensuite cela devient une affaire de pouvoir l’annuler. Il devrait être étendu à tous les secteurs que pour résilier un contrat, il doit être possible d’utiliser le même moyen que celui par lequel il a été activé, par exemple par téléphone. Ce principe est prévu pour la téléphonie, mais il n’est malheureusement pas respecté. Ne parlons même pas des frais de résiliation, qui devraient être purement et simplement supprimés, comme cela a été fait pour les hypothèques », conclut Dona.

Pour les Codacons, en revanche, les sanctions infligées « sont tout à fait dérisoires et ont pour seule conséquence de chatouiller les géants de la téléphonie ». « Depuis un certain temps, les Codacons – explique le président Gianluca Di Ascenzo  – dénonce auprès de l’Autorité antitrust les pratiques déloyales mises en place par les opérateurs à l’égard des utilisateurs qui changent d’opérateur et continuent à recevoir des factures pour des services non utilisés, ou des demandes de paiement qui arrivent pour des utilisateurs qui ne les utilisent plus depuis longtemps. Des pratiques qui poussent les consommateurs à payer des factures même si elles sont illégitimes, de peur de subir des répercussions et d’éviter des litiges, et qui enrichissent les poches des compagnies de téléphone ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *