mer. Fév 28th, 2024

De moins en moins de familles italiennes bénéficient du revenu de citoyenneté et de la pension, alors que plus de 13% des familles italiennes considèrent que leur revenu est insuffisant pour répondre à leurs besoins de base. C’est ce que révèlent les données de l’Observatoire Rdc-Pdc publié par l’Inps et l’Observatoire « Sguardi Famigliari » de Nomisma, d’où émergent toutes les difficultés de la période actuelle d’inflation à deux chiffres parallèlement au resserrement des subventions.
En février, selon l’Inps, il y avait 1 001 743 ménages bénéficiaires, pour un total de 2 135 395 personnes concernées : le chèque moyen est de 575,31 euros. En janvier, la mesure de lutte contre la pauvreté avait été versée à 1,16 million de personnes pour 2,47 millions de personnes concernées : une forte baisse en un mois. Surtout, les ménages d’une seule personne, ceux pour lesquels le gouvernement étudie l’écrasement, à moins qu’il ne s’agisse de personnes handicapées ou âgées, sont passés de 537.238 en janvier à 460.775 en février.
Dans l’ensemble, le nombre de ménages bénéficiant du revenu et de la pension de citoyenneté est le plus bas depuis octobre 2020 (927 000), un mois qui a toutefois été affecté par le gel d’un mois après 18 mois de prestations. La baisse suivante pour cette raison a eu lieu en mai 2022 (avec des ménages en baisse à 1,085 million). En février, cependant, les subventions approuvées au début de l’été 2021 ont peut-être expiré, lorsque le chiffre de 1,4 million a été atteint.
Dans le détail, ce sont 899 842 ménages qui ont reçu le revenu de citoyenneté en février, avec un chèque moyen de 605,90 euros et 2 019 744 personnes concernées. D’autre part, 101 901 ménages ont reçu la pension de citoyenneté, avec une allocation moyenne de 305,16 euros et 115 651 personnes concernées. Les Italiens qui ont perçu le revenu de citoyenneté ou la pension en février étaient au nombre de 902 020, tandis que les citoyens d’autres pays européens étaient au nombre de 34 098, les citoyens non européens de 64 061 et les membres de la famille et les détenteurs d’une protection internationale de 1 564.
Toujours selon les données de l’Inps, les deux tiers des familles bénéficiant d’un revenu de citoyenneté et d’une pension résident dans le Sud et les îles, avec 672 890 chèques sur un total de 1 001 743 versés en février. Rien qu’en Campanie, le nombre de subventions versées est supérieur à celui du Nord, avec 229 989 chèques contre 186 694 dans le Nord. Le nombre total de personnes concernées est de 332 832 dans le Nord, 264 527 dans le Centre et 1 538 036 dans le Sud. Le montant du chèque moyen est plus élevé dans le Sud, avec 605,31 euros en moyenne, contre 500,29 dans le Nord et 531,83 dans le Centre. Dans la seule province de Naples, plus de 146 000 chèques sont versés, ce qui est proche des subventions reçues globalement par les résidents de Lombardie, du Piémont et de Vénétie.
Dans le même temps, l’Observatoire Nomisma souligne qu’au cours de l’année écoulée, en raison de la flambée des prix des biens et des services, 13 % des familles italiennes ont estimé que leurs revenus étaient insuffisants pour satisfaire leurs besoins fondamentaux, c’est-à-dire les dépenses inévitables telles que les denrées alimentaires, ou celles liées au logement telles que le loyer, l’hypothèque, les factures. En outre, 43 % des familles estiment que leurs revenus sont à peine suffisants pour faire face à ces dépenses. Parmi les catégories les plus fragiles, on trouve les jeunes, les familles nombreuses avec de jeunes enfants et les familles s’occupant de personnes dépendantes.
L’inflation galopante et la hausse des prix ont gravement affecté le pouvoir d’achat des ménages : plus de la moitié des personnes interrogées ont vu leur facture d’énergie augmenter de plus de 50 % par rapport à l’année précédente, et 16 % d’entre elles ont déclaré avoir eu de grandes difficultés à payer leurs factures : parmi elles, 4 % ont accumulé des retards de paiement. Pour faire face à la hausse des prix de l’énergie, les ménages ont tout d’abord dû réduire les dépenses considérées comme « inutiles », c’est-à-dire les dépenses liées aux loisirs, aux activités culturelles et au sport. Trente-neuf pour cent des familles qui ont déclaré avoir du mal à payer leurs factures ont également dû réduire leurs dépenses de base telles que les soins de santé, 31 % ont réduit leurs dépenses d’éducation et 27 % ont exprimé des difficultés à payer leur hypothèque ou le loyer de leur maison. Pour les mois à venir, le nombre de ménages craignant d’avoir de graves difficultés à payer leurs factures s’élève à 24 %.

Lire aussi:  Interview. Les voitures électriques et les objectifs de l'UE sont irréalisables. Voici pourquoi

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *