mer. Mai 22nd, 2024

La Semaine Sainte à Séville est, sans crainte d’être contredit, l’événement le plus important de l’histoire de l’humanité. festival de la capitale de la ville. En raison de son histoire, de sa permanence temporelle, de sa richesse et, bien sûr, de sa participation. Des milliers de Sévillans sont présentsd’une manière ou d’une autre, à cette manifestation de religiosité populaire, héritée au fil des siècles et qui a formé un ensemble d’une richesse incalculable : socialement, anthropologiquement, dévotionnellement, artistiquement….

Pendant dix jours, en comptant le vendredi des Douleurs et le samedi de la Passion, la ville est complètement transformée : elle est absente de sa vie quotidienne et de toutes sortes de personnalités, de personnages et de classes. se retrouvent dans un même espaceet partager des expériences, des vécus et des émotions sans aucune distinction.



La semaine de Pâques en tant que telle, et très schématiquement, prend racine au milieu du XVIe siècle, lorsque les premiers confrères se réunirent pour méditer et commémorer la Passion, la Mort et la Résurrection du Christ, mais de manière très primitive : en faisant des stations de pénitence à différents endroits de la ville.

La procession était composée de flagellants – dans le cas des confréries de sang – ou de fidèles tels qu’ils étaient, dans le cas des confréries de lumière. Tout va changer fondamentalement avec l’arrivée des Réforme de Luther et du Concile de Trente, le mouvement contre-réformiste de l’Église, qui a promu la représentation iconographique de la Passion du Christ pour une plus grande et meilleure compréhension des fidèles, c’est-à-dire une catéchèse visuelle et plastique pour les aider à comprendre les passages de la Passion.

C’est ainsi que naquit le premières confréries telles que nous les connaissons aujourd’hui bien qu’il existait déjà dans la ville des confréries plus primitives, comme Los Negritos, La Vera Cruz, El Silencio et El Crucifijo de San Agustín, qui se disputaient entre elles pour des questions d’ancienneté et de prééminence. La splendeur et la configuration de la fête, plus ou moins telle que nous la connaissons aujourd’hui, La splendeur et la configuration de la fête, plus ou moins telle que nous la connaissons aujourd’hui, ont pris forme à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, lorsque l’art baroque a servi de support essentiel à la création des premières images processionnelles. Jerónimo Hernández, Bautista Vázquez el Viejo, la famille Ocampo et, bien sûr, Martínez Montañes et Juan de Mesa.

À partir de ce moment-là, le confréries étaient filles de leur temps et, en tant qu’entités sociales, elles ont dû s’adapter aux événements historiques qu’elles ont traversés : épidémies (certaines ont disparu), relations complexes ou amicales avec la monarchie, années languissantes du XVIIIe siècle et présence des idées des Lumières, et un XIXe siècle partagé entre l’incertitude de ses débuts et l’émergence lumineuse et internationale de la Semaine Sainte à la fin du XIXe siècle.

Bien sûr, le 20e siècle a marqué un avant et un après dans l’histoire de la Semaine Sainte -et de notre pays- : la guerre civile a dévasté l’héritage de certaines confréries qui ont dû renaître de leurs cendres. Des noms comme Rodríguez Ojeda, López Farfán et Castillo Lastrucci ont modelé une Semaine Sainte innovante qui répondait aux besoins de leur époque. Aujourd’hui, après presque un demi-siècle de démocratie, la Semaine sainte connaît un moment de splendeur sans précédent.Les confréries sont saines, avec une participation massive et une colonne vertébrale pour la société, qui la confond parfois avec un spectacle consumériste, peut-être le plus grand « danger » auquel la fête est confrontée, avec la perte de son naturel et de sa popularité.

Semaine sainte à Séville est composée de 71 confréries pénitentielles. Ceux qui processionnent le vendredi des Douleurs et le samedi de la Passion font leur chemin de croix dans leur quartier, tandis que du dimanche des Rameaux au dimanche de Pâques, la cathédrale devient l’épicentre de chacune des confréries.

Après avoir quitté leurs temples respectifs, les cortèges se dirigent vers la Carrera Oficial, qui commence sur la Plaza de la Campana et se termine à la cathédrale métropolitaine. Une fois leur station terminée, elles retournent à leur siège canonique. Des milliers de nazaréens, de différents quartiers de la ville, accompagnent leurs images dans leurs tuniques. La Macarena, El Gran Poder, San Gonzalo et San Bernardo sont les confréries qui comptent le plus grand nombre de nazaréens, plus de deux mille chacune.

Il y a des processions tous les jours, du début de l’après-midi jusqu’aux premières heures du matin. Par exemple, les confréries de San Pablo ou de Cerro del Águila parcourent plusieurs kilomètres dans leurs stations de pénitence et voyagent pendant plus de douze heures. D’autres, comme La Sed ou Santa Genoveva, se joignent également aux processions sur une distance d’environ six kilomètres. En revanche, les confréries qui passent le moins de temps dans les rues sont celles de Santa Marta, Santo Entierro et El Silencio, qui sont très proches de la Carrera Oficial.

La semaine de Pâques en 2023 est marquée par la grande réforme des horaires et des itinéraires proposée par le Conseil des Confréries. L’automne dernier, le Conseil des Confréries a mis en place une réforme majeure des horaires et des itinéraires afin de résoudre certains problèmes logistiques et pratiques que posait le déroulement de la Semaine Sainte dans un centre historique où convergent des centaines de milliers de personnes dans un laps de temps réduit.

Les jours les plus touchés par la réforme sont eLe dimanche des Rameaux (la Hiniesta sera la troisième sur la liste, la Paz la cinquième et la Amargura la septième) et sur Mercredi Saint, dont la gestion a donné lieu à de nombreux communiqués et échanges de déclarations entre les confréries. Ce jour-là, le Buen Fin sera le deuxième et le Cristo de Burgos clôturera la journée dans la Carrera Oficial. Le Mardi Saint reste le même qu’en 2022 et le Jeudi Saint connaîtra également de légers réajustements comme le passage de la Vallée à la quatrième place. La Madrugada, le jour le plus médiatique, ne subira qu’un seul changement spécifique : Gran Poder passera par Santas Patronas sur le chemin du retour et Esperanza de Triana par Zaragoza pour éviter qu’elles ne se croisent.

En outre, cette semaine sainte sera marquée par une historique : la célébration de la Santo Entierro Grande, qui aura lieu le samedi saint. Jusqu’à quinze pasos de différentes confréries participeront à la procession pénitentielle de la Confrérie du Saint Enterrement lors de son parcours sur la Carrera Oficial, avec leurs transferts correspondants.

Il s’agit de la dixième édition de cette grande procession, dont la première édition remonte à 1850. Cette année, elle est organisée à l’occasion du 775e anniversaire de la restitution du culte chrétien dans la ville. Il s’agit d’une année très spéciale pour plusieurs raisons, que les habitants de Séville considèrent avec beaucoup d’importance et d’enthousiasme : c’est le 775e anniversaire de la restitution du culte chrétien dans la ville. première semaine pascale de normalité totale après la pandémie de coronavirus, une étape malheureusement historique dans l’histoire de la fête la plus importante de Séville.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *