sam. Mai 25th, 2024

Le marché des « affaires publiques » en Italie continue de croître, avec un chiffre d’affaires qui, selon les dernières estimations, s’élève à environ 100 millions d’euros. Cependant, l’absence d’un cadre réglementaire clair représente une grave lacune pour notre pays, qui délégitime non seulement le rôle des parties prenantes qui agissent selon des principes d’éthique et de transparence, mais aussi celui des représentants publics qui n’exploitent pas à leur avantage leur statut de « décideurs » dans les processus législatifs. Cette question a été au centre du débat « La régulation de l’activité de représentation d’intérêts. Une comparaison d’idées«  a eu lieu le mardi 21 à la Terrazza Civita, à Rome, en présence notamment du vice-ministre de la Justice, Francesco Paolo Sisto. L’initiative, organisée par Confindustria Assoconsult ̶ l’association Confindustria qui représente les sociétés de conseil en Italie ̶ visait à mettre en lumière la nécessité pour le secteur de combler le fossé réglementaire qui affecte les entreprises qui s’occupent de relations institutionnelles. Outre des parlementaires, le débat a rassemblé des hommes politiques, des universitaires, des agences de lobbying et des dirigeants d’entreprises du secteur afin de stimuler une discussion ouverte sur la réglementation de cette activité.

Depuis des années, les entreprises du secteur réclament donc une réglementation claire, transparente et unifiée de la représentation d’intérêts à tous les niveaux institutionnels. En effet, le consultant est aujourd’hui un partenaire de la transformation, à la fois dans les réalités privées et publiques engagées dans les défis importants du Plan National de Relèvement et de Résilience. Depuis 1976, il y a eu plus de 70 tentatives de réglementer l’activité de représentation d’intérêts. Au cours de la dernière législature, la Chambre des députés a approuvé un texte unifié en première lecture, qui a été transmis au Sénat, mais qui a été bloqué par la dissolution anticipée des chambres.

« Aujourd’hui, nous sommes là pour vous expliquer comment la communication est devenue un aspect fondamental du conseil stratégique et comment l’accréditation institutionnelle, les affaires publiques, sont aujourd’hui de véritables services qui dépassent les clichés classiques« , a déclaré Luigi Riva , président de Confindustria Assoconsult. « En tant qu’association, nous avons pour mission de bousculer les idées reçues. Le public doit mieux connaître le professionnalisme et le sérieux qui sous-tendent les réalités que nous représentons. Aussi parce qu’avec le Pnrr et le soutien indispensable qui sera demandé à notre marché, nous ferons de plus en plus parler de nous« .

« Les plus de 200 entreprises représentées par Assoconsult font partie d’un système capable d’offrir beaucoup au secteur public grâce à des compétences transversales et verticales mûries sur des projets complexes et interdisciplinaires impliquant des acteurs nationaux et internationaux. » commenté Gianluca CominVice-président de Confindustria Assoconsult, chargé de la communication et de l’information. Plaidoyer. « Assoconsult représente la maison des sociétés de conseil et, désormais, des sociétés de conseil en relations institutionnelles. Au cours de la dernière législature – a conclu Comin – un travail important a été fait, certainement perfectible sur certains aspects, que nous ne pouvons pas disperser aujourd’hui : il est donc important de créer des lieux de confrontation afin de contribuer de manière constructive à la définition d’une loi adéquate et efficace, ce que nous demandons depuis des années en tant que professionnels.« .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *