sam. Juil 20th, 2024

Donner un avenir à l’ancien Gkn grâce à une impulsion de la base. L’initiative lancée vendredi dernier sur la page « Produzioni dal basso » par le collectif de l’usine Campi Bisenzio (Florence) dans le cadre d’une campagne de crowdfunding soutenue par Banca Etica, Arci et Fridays For Future Italia a immédiatement démarré en trombe. Quatre jours après son lancement, la collecte de fonds « Gkn for Future » pour la relance de l’usine a déjà dépassé les 11 500 euros. L’objectif fixé au 2 mai de collecter un budget minimum de 75 000 euros pour commencer à poser les bases du projet semble être à portée de main . Cette première étape servira à soutenir la capitalisation de la nouvelle coopérative par les travailleurs qui en ont le plus besoin et à couvrir une partie des coûts de la prochaine phase d’equity crowdfunding, qui sera lancée après l’été 2023 et fera appel aux petits, moyens et grands investissements de tous ceux qui sont prêts à parier sur le plan de réindustrialisation. Le processus a donc commencé par des dons de particuliers, mais l’intervention de partenaires industriels intéressés par le projet n’est évidemment pas exclue.

L’objectif est de réaliser une production durable, avec des panneaux photovoltaïques, des batteries et des vélos cargo à l’impact écologique réduit, conformément au plan soutenu par la Rsu. L’usine automobile toscane se trouve actuellement dans une impasse préoccupante. Il y a environ un mois, sur une note de la société dirigée par l’entrepreneur Francesco Borgomeo, l’entreprise a été mise en liquidation et un liquidateur a été nommé.  La demande de révocation de la procédure formulée par le ministère et partagée par les syndicats lors de la dernière table sur l’ancien Gkn a été rejetée. L’administration extraordinaire, après tout, permettrait au moins d’utiliser un coussin de sécurité sociale autre que Cigs per cessazione. Les travailleurs, sans salaire depuis près de six mois, attendent des réponses de plus en plus urgentes. Quelque 300 emplois sont en jeu.  La semaine qui vient de commencer s’annonce chaude pour l’ancien Gkn. Hier, une réunion d’organisation du comité d’entreprise a eu lieu. Aujourd’hui à 13h15, à Montecitorio, les Commissions réunies des Activités Productives et du Travail entendront l’audition du Collectif d’Usine, dans le cadre de la discussion commune des résolutions concernant l’identification de solutions pour la sauvegarde des niveaux d’emploi et la réindustrialisation de l’entreprise.

Le point culminant sera la mobilisation du samedi 25 mars à Florence, à laquelle se joindra également le Forum sur les inégalités et la diversité, et qui sera organisée pour attirer l’attention sur l’usine. . Ce sera également l’occasion de présenter en détail le plan élaboré par le collectif de l’usine, des chercheurs solidaires de toute l’Italie et des militants et organisations (Co.Mu.net-Officine Corsare, Autogestione in Movimento – Fuori Mercato, Rete italiana Imprese Recuperate, MAG) « qui ont apporté une contribution continue à cette lutte ouvrière ». Le plafond de 75 000 euros de la « première phase » a été fixé pour faire face aux premières dépenses : soutien à la capitalisation des parts sociales utiles à la création de la coopérative (40.000 euros) ; l’enregistrement de la coopérative (5 000 euros) ; l’avance des frais de démarrage de la campagne d’equity crowdfunding par une plateforme spécifique (3 000 euros) ; les frais de planification et de participation aux appels d’offres régionaux, nationaux et européens (13 800 euros) ; et la couverture de l’emprunt bancaire contracté pour l’achat de la nouvelle structure industrielle avant le démarrage de la production (13 200 euros). Si la collecte de 75 000 euros est dépassée, les ressources excédentaires seront affectées à la « phase deux », pour procéder à la mise en œuvre du plan de réhydratation. Un échec de la campagne de crowdfunding n’est pas exclu. Si des conditions empêchent la réalisation du plan industriel ou d’une partie de celui-ci, toutes les ressources collectées seront affectées aux activités d’entraide de « Soms Insorgiamo » (la société d’entraide des travailleurs fondée par certains travailleurs de l’ancien Gkn ndlr) de concert avec les promoteurs », informent les membres du collectif de l’usine. Bien qu’il soit évident que tout le monde espère que la pression exercée par la base aura un résultat positif.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *